Archives de ◊ mars 2009 ◊

Auteur :
• 13 mars 2009

Il y a présentement dans le site de la NASA un concours afin de nommer le « Node 3 » (un module de connexion et sa coupole) de la station spatiale internationale.  Le nom doit refléter l’esprit d’exploration et de coopération incarné par la station spatiale, et de suivre la tradition établit par le « Node 1 » Unity et le « Node 2 » Harmony.

La communauté internationale vote déjà en proposant le nom d’Ubuntu afin de nommer cette partie de la station spatiale.

Souvenons-nous qu’Ubuntu provient d’un ancien mot bantou (langue d’Afrique), quelqu’un d’ubuntu désignant une personne sachant que ce qu’elle est est intimement lié à ce que sont les autres, donc il est parfois traduit en l’appliquant au « je » : « Je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous ». Reflétant largement l’esprit d’exploration et de coopération.

Vous pouvez voter une fois par jour. C’est donc un rendez-vous quotidien!

P.-S. Au moment d’écrire ces lignes, Vista devance Ubuntu……vite !

Catégorie : ubuntu | Tags : ,  | 3 commentaires
Auteur :
• 12 mars 2009

Si vous êtes  comme moi et que vous aimez identifier vos machines carburant à Ubuntu, ceci vous intéressera peut-être.

ubuntu_case_badge_185Plutôt cette semaine DoctorMO nous apprenait dans un billet que son projet d’étiquette d’identification d’Ubuntu en aluminium était repris par la société ZaReasons et qu’elle avait, à sa demande, mis en vente les étiques dans leur site web.

Les étiquess viennent en ensemble de 11  étiquettes pour 5$ us et dans mon j’ai été facturé 6,85$ canandien pour un ensemble.

Catégorie : ubuntu | Tags :  | 11 commentaires
Auteur :
• 11 mars 2009

CmapTools est un logiciel de mind-mapping, ou encore en français, de création de cartes conceptuelles (aussi appelées cartes cognitives ou idéateur).

Un idéateur est une façon de représenter les relations entre les idées, d’images ou de mots, de la même façon qu’une carte routière représente l’emplacement des routes et des villes ou qu’un schéma électrique représente le fonctionnement d’un appareil électrique. Dans un idéateur, chaque mot ou expression est connecté à l’autre et lié à l’idée originale, un mot ou une phrase. L’utilisation d’idéateur est un moyen de développer la pensée logique et l’étude des compétences, en révélant des liens et aides les élèves à voir comment les différentes idées forment un ensemble plus vaste.

Ce logiciel permet de plus d’ajouter des contenus multimédias aux concepts et de présenter les cartes créées sous différents formats (images, web, texte). L’existence d’un serveur de Cmap en fait, de plus, un moyen d’échange assez puissant (bien que complexe à maitriser).

Pour une raison que j’ignore et qui honnêtement me fout en rogne, le téléchargement de l’application ne contient qu’un fichier .bin sans aucune note explicative.

Voici comment donc comment installer et intégrer CmapTools à notre bureau gnome de notre distribution Ubuntu.

Avertissement: les manipulations qui suivent nécessitent des manipulations à effectuer  avec des droits super-utilisateur (root) dont le mauvais usage peut engendrer des effets néfastes pour votre système.

Dans un terminal nous allons créer un espace de travail.

mkdir trav
cd trav

Ensuite ils faut aller sur le site de CmapTools et télécharger dans notre espace de travaille (probablement /home/user/trav ) la dernière version pour Linux.

Dans notre terminal (qui n’avais pas été fermé)

unzip LinuxCmapTools*.zip

Et on lance l’installation (adapter votre version).

sudo sh ./LinuxCmapTools_v4.18_06-09-08.bin

On choisi comme répertoire d’installation /opt/CmapTools


cmaptools_logo_2
L’installation est maintenant terminée, nous pouvons lancer l’idéateur dans un terminal par cette commande;

/opt/CmapTools/CmapTools

Mais disons que cela fait un peu rustre, intégrons le un peu plus.

Téléchargeons l’icone.

wget http://cmap.ihmc.us/Images/AppIcons/CmapTools48px.gif
sudo cp CmapTools48px.gif /opt/CmapTools/CmapTools48px.gif

Créons un lien symbolique afin d’utiliser cmaptools pour lancer l’application.

sudo ln -s /opt/CmapTools/bin/update /usr/bin/cmaptools

L’intégration au menu maintenant (toujours dans un terminal).

sudo gedit /usr/share/applications/cmaptools.desktop

Et nous renseignons le fichier de la façon suivante:

[Desktop Entry]
Encoding=UTF-8
Name=CmapTools
Comment=Logiciel de mind-mapping
Exec=cmaptools
Icon=/opt/CmapTools/CmapTools48px.gif
StartupNotify=true
Terminal=false
Type=Application
Categories=Applications;Network

On enregistre et nous rafraichissons le menu.

killall gnome-panel

Et voilà, notre application est maintenant accessible dans Applications –> Internet.

Si on le désire, nous pouvons faire un peu de ménage

cd ..
rm -r trav

Pour désinstaller l’application

sudo /opt/CmapTools/Uninstall_CmapTools

Bonne idéation !

Catégorie : TIC, ubuntu | Tags : , , , , ,  | 15 commentaires
Auteur :
• 10 mars 2009

Il y a trois ans, mon école passait sous une solution libre. L’an dernier, probablement à cause de la fusion de l’école, par souci d’uniformité et surtout par manque de temps, nous revenions à Windows.

J’ai donc vécu, dans un très court laps de temps, le début, le milieu et la fin d’une propagation Linux.

Ce fut une période très stimulante, mais aussi frustrante. Bien que nous soyons de retour sous Windows (tous? Non, il y a un ordinateur sous Linux dans l’école….devinez lequel?) je crois qu’à brève échéance, nos écoles n’auront pas le choix de revenir sous une solution libre, afin de libérer ces sommes d’argent astronomiques et quelles puissent servir à la seul chose quel devrait desservir : la pédagogie.

J’entreprends donc une minisérie (ici et là) de billets sur ce que j’éviterai de (ou que je devrai) faire, si on me demandai de propager une solution libre dans l’école.

3. L’implantation d’une solution libre est un investissement, il ne faut s’attendre à faire de pleines économie dès l’an 1.

L’implantation d’une solution libre est tout d’abord un investissement

  1. humain
  2. technologique
  3. et monétaire

Les trois types d’investissements doivent exister et coexister. Il doit y avoir un équilibre entre ceux-ci. Durant l’implantation, une partie des sommes monétaires épargnées doit nécessairement être investie dans un accompagnement technologique et humain.

Si le but de la manœuvre est uniquement d’économiser complètement les sommes dédiés à l’achat des licences, sur une très courte échéance, la pérennité de l’implantation de la solution libre est fortement vouée à l’échec.

L’implémentation réussie d’une solution libre est un investissement gagnant c’est certain, il faut simplement éviter la recherche de l’économie instantanée.

Auteur :
• 9 mars 2009

Logo de ClamAVIl y a des demandes des fois qui nous prennent de court.

Dernièrement, j’avais à vérifier du contenu et ensuite à le diffuser. En me remettant la clé usb, mon interlocuteur me précise que je devrait peut-être faire un petit scan pour les virus avant de diffuser, puisque la clef avait circulé amplement.

Le seul hic, c’est que cela doit faire 3 ans que je n’ai plus d’antivirus….. J’ai bien couplé dans mon serveur mail, Postfix à ClamAV et Clamassassin, mais là j’étais sur mon portable.
En en cherchant les lignes de commandes de ClamAV (freshclam, clamscan et autres souvenirs), j’ai découvert sur une petite interface graphique de Clamav, basée sur la bibliothèque Gtk, donc utilisant les même librairies que Gnome.

Cette interface me permettra entre autre de faire la mise à jour des signatures des virus ainsi que de la vérification de la clé usb (et/ou de mon disque dur, si le coeur m’en dit).

Pour l’installer ClamTK clamtk :

sudo apt-get install clamtk
Interface graphique de Clamav

Interface graphique de Clamav

L’utilisation est extrêmement simple:

  • Le menu option permettra de vérifier ou nom les fichiers cachés, d’activé la journalisation, de gérer la grosseur des fichiers, etc.
  • Le menu fichier nous permettra de faire la vérification d’un fichier, d’un dossier de manière récursive ou non récursive.

Veuillez noter qu’afin de pouvoir mettre à jour ClamAV vous devez démarrer Clamtk en tant que superutilisateur :

sudo clamtk

J’ai testé sur Hardy Heron ainsi que sur un livecd Intrepi Ibex. Cela peut être utile lors d’une migration complète vers Ubuntu, afin de s’affranchir des vestiges de Windows……..

Catégorie : ubuntu | Tags : , , , ,  | 13 commentaires
Auteur :
• 8 mars 2009

tikilogoJe voulais profiter de la semaine de relâche pour retravailler le wiki du ProfNoel. Cet espace collaboratif que j’avais installé/expérimenté en 2005 (ici, ici et ), était depuis mon outil pédagogique priviliévié en regard à la compétence transversale TIC. J’avais installé à l’époque la version du MST de Wikini, que j’avais modifié un peu au cours des ans, sans vraiment faire de mise à jour. Mais depuis le début de l’année scolaire, je n’y ai presque pas touché, puisqu’il n’était plus accessible à partir d’internet (uniquement disponible à l’intérieur des murs de mon école). Il est certain qu’être en intranet comporte quelques avantages, mais ceux-ci sont rapidement occultés par les désavantages.

J’ai donc décidé de me réapproprier l’outil, et de le rendre accessible, comme à ses débuts, à partir d’internet. Qui dit déménagement d’une plateforme vieille de 5 ans, dit aussi mise à jour au passage, et avec tout les modifications apportées (dont je n’ai bien sûr pas toujours gardé une trace) et bien dans mon cas précis, cela reviens à repartir de zéro.

Alors puisqu’un lustre c’est long en informatique, pour quoi ne pas réévaluer au passage.

Voici une liste non exhaustive et en désordre de ce que j’apprécie du wiki dans mon contexte scolaire:

  1. Permets à l’élève de publier du contenu, sans connaissances techniques élaborées.
  2. Permets le travail collaboratif sur un texte
  3. Faciliter d’imprégner aux élèves la wiki attitude.
  4. La facilité de publier/modifier un texte (magie du double clique).
  5. Permets à l’enseignant d’observer la genèse d’un texte, d’une idée.
  6. Facilité de l’enseignant à intervenir dans une discussion en y ajoutant de nouvelles pistes.
  7. Le wiki permet de lier rapidement des pages (donc du contenu), afin de mettre en commun le travail de tous.
  8. Permets le travail évolutif.
  9. Donne le droit à l’erreur.
  10. Permet de garder une trace individuelle/collective du cheminement de l’élève.

Une des choses qui était difficile était l’intervention privée, je devais y aller avec le courriel fourni lors de l’inscription, et souvent les courriels fournis ne sont pas toujours en service assidu. Une autre chose qui aurait pu être intéressante (réglant du même coupe le problème de communication mentionné) aurait été un ajout de réseautage social.

Une des possibilités (j’y ai pensé pendant une fraction de seconde) aurait pu être Facebook, puisque la plupart de mes élèves y sont déjà membre, mais à la lecture d’ici, ici, et ont confirmé ce que je craignais. J’ai pensé également à Ning afin d’être le maitre d’oeuvre, j’ai installé et expérimenté BuddyPress, histoire d’être indépendant, mais c’est solution était toujours un à côté

Présentement, j’expérimente TikiWiki, qui pour le moment, répond à toutes mes attentes. Sous l’aspect d’une usine à gaz (un dossier d’installation de 50 Mo quand mémère), c’est un wiki extrêmement versatile, modifiable et configurable sans trop avoir besoin de mettre les mains dans le code source, facilitant par le fait même, les mises à jour futures.

Bientôt le tikiwiki du ProfNoel ?

Catégorie : TIC | Tags : , , , , , , , ,  | 2 commentaires
Auteur :
• 6 mars 2009

Je ne suis pas tellement du type classement et autres trucs du genre, mais je suis tombé sur le classement québécois publié pat Twitter Grader, appelé pompeusement Twitter Elite et deux choses ont frappés le régionaliste francophone que je suis:

  1. Du top 15, ils sont tous situés à Montréal.
  2. Du top 15, 1 seul est francophone.

Étrange non ?

Catégorie : Clin d’œil | Tags : , , ,  | Les commentaires sont désactivés
Auteur :
• 6 mars 2009

Article intéressant ce matin chez polluxe avec son billet : « les filles écartées des sciences?» (via le mathoscope).

Ce qu’on y raconte, c’est que le ministère de l’Éducation nationale (France) aurait identifié, étude à l’appui, la cause de la faible proportion des femmes dans les domaines scientifiques.
Hé bien une des causes, serait l’attitude des enseignants de math et de physique.

Il semblerait que les stéréotypes ancrés dans leur cerveau influent sur leurs pratiques d’orientation.

Je me demande si ici aussi nous avons cet effet. Je sais que depuis des années, énormément d’efforts ont été faits (et il y a encore du chemin à faire) afin d’intéresser les jeunes filles aux carrières scientifiques. Et ça fonctionne. Il faut dire que le département de math-science de mon école est majoritairement féminin.

Suis-je dans un microcosme? Je l’ignore. Mais je me demande s’il n’y aurait pas une dichotomie, ou préférablement un décalage, entre ici et là bas. Je ne veux pas me lancer dans une comparaison des systèmes, je voulais juste dure que je ne croyais simplement pas à cette théorie.

Page 3 sur 41234