Auteur :
• 7 novembre 2008
closeCet article a été publié il y a 8 ans 1 mois 1 jour, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Depuis le début de la campagne électorale québécoise, la parti québécois s’est installé dans l’application de micro-bloging Twitter.

Au moment de l’écriture de ce billet, 97 personnes suivaient QuebecGagnant et celui-ci ne suivait que 48 personnes.

QuebecGagnant est resté muet à mon questionnement vis-à-vis cette distorsion (ainsi qu’à toutes mes interventions/questionnements/réponses d’ailleurs). Mais bon ce n’est pas grave.

Ce qui me choque par contre c’est ce message :

QuebecGagnant: @mdumais en débarquant tout juste sur Twitter et en voulant rejoindre des gens influents, il allait de soi de débuter par Yulbiz.

Je déplore énormément cette attitude monorégionaliste basée sur l’exclusion. C’est contraire à l’esprit Twitter à mon avis (de même qu’aux réseaux sociaux) ou l’échange est primordial selon moi.

je m’empresse donc de retirer ce blogeur fantôme et de l’ajouter à l’endroit ou il devrait être: dans mon agrégateur RSS.

J’avais également pensé intituler le billet : »L’élitisme du PQ dans Twitter ».

Be Sociable, Share!
Vous pouvez suivre toutes les réponses à à ce billet via le flux RSS 2.0. Les commentaires et la notification par ping sont désactivés.

9 réponses

  1. 1
    Sylvain 

    Pendant ce temps, à RDI, on dit que qqn quelque part parle de Pauline Marois comme étant perçue comme snob ! …

  2. 2
    Zelaurent 

    T’es dur sur ce coup là. Si on commence à critiquer les partis politiques à chaque fois qu’ils font une incursion dans le numérique, on va finir par ne plus les voir. Remarque que j’aime aussi critiquer 😉

    Dans le cas du ciblage sur Yulbiz, je trouve ça honnête de la part de @QuebecGagnant de l’avoir reconnu. Au niveau marketing, ça fait du sens de commencer par ceux qui paraissent les plus connectés. C’est certain qu’il faudra ensuite élargir le cercle. En même temps, je déteste ceux qui suivent 10.000 personnes sur Twitter et avec qui ils n’ont aucune interaction.

  3. 3
    Esther 

    Ce n’est pas tant l’élitisme qui me dérange (que j’appellerais plutôt un triage marketing), comme l’impression que le dernier mot doit appartenir au parti. Ils essayent de répondre, argumenter, engager un débat… en moins de 140 mots. Des conversations qui ne finissent la plupart du temps qu’en « vous faites exprès de ne pas comprendre ». Est-ce bien la bonne façon d’utiliser Twitter pour un parti? J’avais beaucoup admiré la façon de faire de l’équipe de Layton aux dernières fédérales. Information concise et vérifiable. Agenda, annonce, complément d’information. Très peu d’attaques envers les autres partis et à peu près autant de « prises de becs ».
    Mais bon, une première, c’est fait pour apprendre. S’ils ne le font pas eux-mêmes, nous le faisons certainement.

  4. 4
    Éric Noël 

    @Zelaurent Pour un gars de Chicoutimi c’est le genre de truc qui passe de travers….je les ai juste transféré d’application dans le fond. Le temps qu’il y ait ajustement…

    @Esther Je me pose la même question sur cette façon d’utiliser twitter.

  5. 5
    Denis Boudreau 

    En bon Montréalais, je N’ai pas été choqué par la mention de Yulbiz. Je dirais même que je l’ai trouvée narcissiquement réconfortante. 😉

    Cependant, j suis assez d’accord avec ce que Esther avance. Au-delà du profond malaise que j’éprouve en suivant les échanges en retrait, je suis très, mais alors là, très étonné du ton adopté par les représentants de certains partis qui n’ont pas tout à fait l’air de saisir la manière efficace d’exploiter un fil de discussion comme Twitter.

    Bloguer intelligemment ses idées et ses arguments en moins de 140 mots, tout en veillant à la sensibilité des uns et des autres, ça ne relève pas du défi, c’est simplement impossible… à moins de se servir du canal pour pointer vers du matériel mieux défini, ailleurs, dans un format beaucoup plus adapté.

    Sans partisanerie aucune, le NPD a très bien réussi ce coup là lors des Fédérales 2008. Un exemple à suivre au niveau de la manière d’exploiter les outils.

    Je suis loin d’être convaincu que les Chefs de certains partis aujourd’hui seraient contents de voir comment tournent les discussions ce matin. Aucun parti n’a rien à gagner à tenir tête à qui que ce soit – il faut savoir choisir ses batailles, c’est bien connu.

    Le moins que l’on puisse dire, c’est que le contenu de certains twitts que j’ai lu depuis 2 jours ne brillent pas par leur degré de diplomatie ou même par réserve politique.

    Navrant, dans bien des cas. Comme quelqu’un qui s’enlise dans les sables mouvants et qui se débat de plus en plus fort pour s’en sortir sans se rendre compte qu’il cale de plus en plus à chaque mouvement.

  6. Je seconde Denis pour ce qui était du NPD aux fédérales de 2008. J’aime bien la transparence affichée par Québec Solidaire aussi. Reste que l’utilisation de Twitter en est encore à ses débuts. Ça ne peut que s’améliorer j’imagine 😉

  7. L’ex attaché de presse en politique provincial que je suis peut tout de suite vous dire que la présence politicienne, tout simplement, est quelque chose de pas simple, où que ce soit. Les facteurs de surprises, bonnes ou mauvaises, peuvent se multiplier et très rapidement être reprises dans les journaux avec pas mal de force. Être présent sur twitter peut aussi causer ce même genre de problème, mal intervenir, dire le mauvais truc, etc… Visiblement ici, aucune stratégie n’avait été préparé, c’est une leçon que j’imagine ils auront la chance de corriger. Un message twitter est aussi important que tout autre message, il faut juste bien le saisir.

  8. @ tous, j’ai vous me le pardonnerez pas du tout corrigé ce commentaire et appuyé sur «send» un peu rapidement à mon goût… pardonnez la grammaire triste du précédent commentaire!

  9. 9
    Éric Noël 

    Mise à jour.
    Ce matin je semble remarquer un changement chez QuebecGagnant (via mon agrégateur rss).

    Au moment d’écrire ce commentaire 117 personnes suivaient QuebecGagnant et celui-ci suivait 171 personnes.

    Et ces deux twittes:

    tiens, les partis québécois me suivent sur twitter 😀 Useless mais s’ils sentent que c’est nécessaire… Allez Pauline, rock da socialmedia!


    https://twitter.com/Oliv/status/997127917

    Et la réponse:

    @Oliv suivi parce que vous faites partie de la valeur ajoutée de ce réseau, avec votre citoyenneté ou pas et que vous aimiez le PQ ou pas


    http://twitter.com/QuebecGagnant/status/997577174