Archives de la catégorie ◊ Du code ◊

Auteur :
• 12 septembre 2010
waves

waves

Antérieurement dans Ubuntu, il était possible de changer le thème de l’écran de déverrouillage de l’économiseur d’écran en utilisant un fichier ayant l’extension .glade.
Du moins, c’est ce que je faisais à l’époque en utilisant, par exemple, le thème Curves que je récupérais dans gnome-look.org. Ce matin en réactivant le verrouillage de l’écran lorsque l’économinseur d’écran est activé, j’ai réalisé que les fichiers .glade n’étaient plus pris en compte.

Il semble que depuis Karmic Koala, l’utilitaire screen-locking, utilise les fichiers de configuration .ui de gtkbuilder. Voici donc comment procéder, afin d’installer un nouveau thème ( .ui ou .glade).

Installer un thème de déverrouillage avec une extension .ui

Les nouveaux thèmes de déverrouillage utilisent l’extension .ui, voici les étapes d’installation.

1- On décompresse l’archive et on déplace ensuite son contenu dans /usr/share/gnome-screensaver/. On peut ouvrir le dossier avec les droits d’administrateur avec la commande:

gksudo nautilus /usr/share/gnome-screensaver/

2- On ouvre l’utilitaire de configuration. Dans un terminal on tape:

gconf-editor

3- On se déplace ensuite dans apps -> gnome-screensaver, et on renseigne lock_dialog_theme avec le nom du thème que l’on vient d’installer.

Installer un thème de déverrouillage avec une extension .glade

Les anciens thèmes de déverrouillage utilisent l’extension .glade, voici les étapes d’installation.

1- On décompresse l’archive.

2- Dans un terminal, on se déplace dans le dossier où l’archive a été décompressée.

3- Dans le terminal, on lance l’outil de conversion, il se peut que vous deviez installer cet outil (libgtk2.0-dev).

gtk-builder-convert -w nom_du_heme.glade nom_du_heme.ui

4- On déplace ensuite tous les fichiers du thème (même celui avec l’extension .gtkrc qui n’a pas été modifié) dans /usr/share/gnome-screensaver/. On peut ouvrir le dossier avec les droits d’administrateur avec la commande:

gksudo nautilus /usr/share/gnome-screensaver/

5- On ouvre l’utilitaire de configuration.
Dans un terminal

gconf-editor

6- On se déplace ensuite dans apps -> gnome-screensaver, et on renseigne lock_dialog_theme avec le nom du thème que l’on vient d’installer.

Voilà

Auteur :
• 24 avril 2009

Voici une petite « recette » que j’ai appliquée à mes installations Jaunty Jackalope afin de maximiser l’écoute de fichiers multimédias.

Bien sûr, cette liste répond à mes besoins, elle est donc discutable pour d’autres utilisateurs. Mais je me permets de la partager quand même.

On doit tout d’abord ajouter le dépôt Medibuntu à votre liste de dépôt. Il faut aller dans Système → Administration → Sources de mise à jour. Dans l’onglet Sources des mises à jour, on clique sur Ajouter

deb http://packages.medibuntu.org/ jaunty free non-free

Ensuite on ajoute la clé en tapant dans un terminal:

wget -q http://fr.packages.medibuntu.org/medibuntu-key.gpg -O- | sudo apt-key add -

Et on met à jour.

sudo apt-get update
sudo apt-get upgrade

L’installation des paquets maintenant.

Si vous planifiez configurer compiz, il faut installer compizconfig-settings-manager qui vous permettra de le faire.

sudo apt-get install compizconfig-settings-manager

Si vous avez quelques difficultés à configurer votre son, les deux paquets suivants m’ont été très utiles : asoundconf-gtk et alsa-oss .

sudo apt-get install asoundconf-gtk alsa-oss

Maintenant l’installation de plusieurs codecs incluant la lecture de DVD:

sudo apt-get install libasound2 libasound2-plugins padevchooser gstreamer0.10-pulseaudio ubuntu-restricted-extras w32codecs libavcodec52 winff libdvdcss2

Et puisque je fais un peu de montage audio, j’aime bien les lecteurs mplayer et vlc, audacity pour monter du son et avidemux par habitude :

sudo apt-get install mplayer vlc audacity avidemux

Bien sûr on peut tout installer en une seule étape :

sudo apt-get install compizconfig-settings-manager asoundconf-gtk alsa-oss libasound2 libasound2-plugins padevchooser gstreamer0.10-pulseaudio ubuntu-restricted-extras w32codecs mplayer vlc audacity libavcodec52 winff avidemux libdvdcss2

Voilà, c’est ma recette, elle discutable et surtout perfectible….

Catégorie : Du code | Tags : ,  | 14 commentaires
Auteur :
• 3 mars 2009

wordpress-iconAvec toute mes manipulations d’un nouveau serveur et l’intégration des pages web éparpillées que j’ai un peu partout, j’en suis venu à me poser la question comment déménager complètement un blog créé sous WordPress.

Les manipulations que je présente ici ont été réalisées avec la version 2.6. Tout d’abord, je présume que vous avez un accès FTP et un accès à votre base de données MySQL (via phpmyadmin) dans votre ancien et votre nouvel hébergeur. Ces solutions ont fonctionnés pour moi, je ne pourrait être tenu responsable de ce que vous allez faire.

Voici les deux cas :

1. Sans changement de nom de domaine (http://mondomaine.com –> http://mondomaine.com).

C’est le cas le plus facile, c’est un simple déménagement d’hébergeur. Le transfert du blogue peut se faire en quelques étapes :

  1. Tout d’abord, on se connecte en FTP à notre ancien hébergeur et on télécharge tout le répertoire racine de notre blogue.
  2. Dans le répertoire que l’on vient de télécharger, on édite le fichier wp-config.php que l’on renseigne avec les nouvelles informations de connexion (DB_NAME, DB_USER, DB_PASSWORD et DB_HOST).
  3. Ensuite on se connecte à phpmyadmin de notre ancien hébergeur, on se positionne dans la bonne base de données, on clique sur exporter, on coche en bas sur transmettre, on donne un nom significatif et on sélectionne un format de compression (moi j’ai utilisé bzippé) puis exécuter.
  4. Dans notre nouvel hébergeur, on se connecte en FTP et on télécharge en amont le répertoire racine que l’on avait téléchargé dans notre ordinateur.
  5. Ensuite on se connecte à phpmyadmin de notre nouvel hébergeur, on se positionne dans la bonne base de données, on clique sur importer, on sélectionne le fichier compressé de la base de données dans notre ordinateur, puis exécuter.

Et voilà!

2. Avec changement de nom de domaine (ex. : http://www.mondomaine.com/blogue –> http//:blogue.mondomaine.com).

Ici la difficulté réside dans le fait que WordPress utilise des url absolues, plutot que relatives. Nous devrons donc au préalable modifier toutes les adresses contenues dans la base de données. Voici les étapes :

  • Tout d’abord, on se connecte en FTP à notre ancien hébergeur et on télécharge tout le répertoire racine de notre blogue.
  • Dans le répertoire que l’on vient de télécharger, on édite le fichier wp-config.php que l’on renseigne avec les nouvelles informations de connexion (DB_NAME, DB_USER, DB_PASSWORD et DB_HOST).
  • Si vous avez la réécriture d’url, vous devait également éditer le fichier .htaccess afin qu’il ai la nouvelle adresse.
  • Dans notre nouvel hébergeur, on se connecte en FTP et on télécharge en amont le répertoire racine que l’on avait téléchargé dans notre ordinateur.

Pour la modification de l’adresse dans la base de données, plusieurs références proposent de modifier la base de données avec un éditeur de texte, ce qui implique un téléchargement sans compression.

J’ai du rejeter cette solution parce que mon fichier SQL nom compressé dépassait la limitation de 2 Mo d’importation d’un fichier SQL dans phpmayadmin. Nous allons donc régler notre problème par des requêtes SQL.

  • On se connecte à phpmyadmin de notre nouvel hébergeur, on se positionne dans la bonne base de données, on clique sur importer, on sélectionne le fichier compressé de la base de données dans notre ordinateur, puis exécuter.
  • Toujours dans notre base de données de phpmyadmin on sélectionne SQL. Il suffira de copier les requêtes modifiées dans la zone de texte puis choisir exécuter.

On modifie afin que la nouvelle adresse soit prise en compte :

UPDATE wp_options SET option_value = replace(option_value, 'http://ancien.domaine.com', 'http://nouv.domaine.com') WHERE option_name = 'home' OR option_name = 'siteurl';

Ensuite on modifie l’adresse de tous les billets et de toutes les pages

UPDATE wp_posts SET guid = replace(guid, 'http://ancien.domaine.com','http://nouv.domaine.com');

Ensuite on modifie le contenu des billets et des pages afin que les liens pointant vers notre blogue soient modifiés.

UPDATE wp_posts SET post_content = replace(post_content, 'http://ancien.domaine.com', 'http://nouv.domaine.com');

Voilà

Auteur :
• 28 octobre 2008

Je sais, j’ai encore cédé à la tentation. J’ai installé Intrepid Ibex (ubuntu 8.10) dans mon ordinateur au travail.

Si vous êtes impatient comme moi (puisque la version final ne sera disponible que vendredi prochain), voici comment mettre à jour votre Hardy Heron (Ubuntu 8.04) Vers l’Intrepid Ibex.

Dans un terminale taper:

gksu 'update-manager -c -d'

Ensuite:

  1. Ouvrez le gestionnaire de mises à jour (Système → Administration → Gestionnaire de mises à jour) ;
  2. Cliquez sur le bouton Vérifier ;
  3. S’il existe des mises à jour pour votre version actuelle de Ubuntu (Hardy heron), installez-les en cliquant sur le bouton Installer les mises à jour ;
  4. Ensuite, au-dessus de la zone des mises à jour disponibles, un bandeau vous informe qu’une nouvelle version d’Ubuntu est disponible. Cliquez sur le bouton Mettre à niveau, au bout de ce bandeau, pour démarrer la procédure de mise à niveau ;
  5. Suivez les instructions à l’écran.
Inspiré de : http://doc.ubuntu-fr.org/migration_hardy_intrepid
Catégorie : Du code, ubuntu | Tags : , , , ,  | 4 commentaires
Auteur :
• 15 octobre 2008

J’expliquais ici comment installer la version release candidate de flash 10 afin de pouvoir utiliser une caméra fonctionnant avec les pilotes UVC qui utilisent la norme V4L2.

Toute ce manipulations sont maintenant inutile puisque Adobe à publié aujourd’hui la version finale de son produit. Et pas de n’importe laquelle manière puisqu’il est possible de télécharger une version .deb dédié à Hardy Heron.

Il sufit d’aller à cette page et de sélectionner .deb pour Ubuntu 8.04+

On télécharge et on double-clique.

Voilà !

Catégorie : Du code, ubuntu | Tags : , , , ,  | Les commentaires sont désactivés
Auteur :
• 13 octobre 2008

Edit du 5 janvier 2009

Depuis l’écriture de ce billet, un dépot est disponible pour l’installation de openoffice3. Il est grandement préférable d’utiliser celui-ci, puisque les mises à jour suivront.

le dépot

deb http://ppa.launchpad.net/openoffice-pkgs/ubuntu hardy main

__________________________
Voici en quelques étapes faciles l’installation de la dernière mouture d’OpenOffice.

On doit s’assurer  de désinstaller la version 2.4 de notre Hardy Héron,

Dans un terminal on tape:

sudo apt-get remove openoffice.org-common

(note: on peut aussi faire sudo apt-get remove openoffice*.* qui est un peu plus brutal et moins élégant)

Pour que la nouvelle version soit entièrement fonctionnelle (pour certaines fonctions avancées, mais ça fonctionne aussi sans), on se doit d’installer un Java run time environnement.

sudo apt-get install sun-java6-jre sun-java6-plugin sun-java6-fonts

Ensuite téléchargeons OpenOffice 3.0.0

wget ftp://ftp.plusline.de/pub/OpenOffice/localized/fr/3.0.0/OOo_3.0.0_LinuxIntel_install_fr_deb.tar.gz

On décompresse

tar -xvzf OOo_3.0.0_LinuxIntel_install_fr_deb.tar.gz

On se positionne dans le bon répertoire

cd OOO300_m9_native_packed-1_fr.9358/DEBS/

Et on installe

sudo dpkg -i *.deb

Maintenant il faut installer les menus et les correspondances

cd desktop-integration
sudo dpkg -i *.deb

Voilà c’est terminé. On peut faire un peu de ménage.

rm -r ~/OOO300_m9_native_packed-1_fr.9358
cd
rm OOo_3.0.0_LinuxIntel_install_fr_deb.tar.gz

Bonne version 3.0.0 !

Auteur :
• 11 octobre 2008

Il est pratique de pouvoir utiliser le support USB avec VirtualBox. Pourtant le support USB n’est pas configurer par défaut (un bogue?) dans la dernière mouture de VirtualBox.

Je vous présente ici la solution que j’ai utilisé afin d’activer cette fonction dans ma Hardy Heron. Pour une raison que j’ignore, les solutions proposés dans internet n’ont pas fonctionner dans ma distribution et j’ai donc pigé à gauche et à droite afin de le faire fonctionner. Voici donc ce qui a fonctionner chez moi.

Tout d’abord installons, si ce n’est déjà fait la dernière version de VirtualBox (ne pas oublier de désinstaller votre version actuel):

On ajoute à la liste de dépôt

deb http://download.virtualbox.org/virtualbox/debian hardy non-free
wget -q http://download.virtualbox.org/virtualbox/debian/sun_vbox.asc -O- | sudo apt-key add -

On met les dépôts à jour et on installe la dernière version de Virtualbox à l’aide de synaptic.

Pour le USB maintenant:

Il faut éditer le fichier mountdevsubfs.sh qui se trouve dans le répertoire /etc/init.d/

Dans un terminale on tape

gksudo gedit /etc/init.d/mountdevsubfs.sh

puis trouvez la section suivante :

# Magic to make /proc/bus/usb work
#
#mkdir -p /dev/bus/usb/.usbfs
#domount usbfs “” /dev/bus/usb/.usbfs -obusmode=0700,devmode=0600,listmode=0644
#ln -s .usbfs/devices /dev/bus/usb/devices
#mount –rbind /dev/bus/usb /proc/bus/usb

Maintenant on décommande les 4 dernières lignes :

# Magic to make /proc/bus/usb work
#
mkdir -p /dev/bus/usb/.usbfs
domount usbfs “” /dev/bus/usb/.usbfs -obusmode=0700,devmode=0600,listmode=0644
ln -s .usbfs/devices /dev/bus/usb/devices
mount –rbind /dev/bus/usb /proc/bus/usb

Ensuite il faut ouvrir le fichier /etc/udev/rules.d/40-permissions.rules (utilisé le gedit déjà ouvert) et trouvez la partie suivante:

# USB serial converters
SUBSYSTEM=="usb_device", GOTO="usb_serial_start"
SUBSYSTEM=="usb", ENV{DEVTYPE}=="usb_device", GOTO="usb_serial_start"
GOTO="usb_serial_end"
LABEL="usb_serial_start"
ATTRS{idVendor}=="0403", ATTRS{idProduct}=="6001", \
MODE=”0660″, GROUP=”dialout”
LABEL=”usb_serial_end”

Éditer cette ligne MODE=”0660″, GROUP=”dialout” comme suit :

MODE="0664" , GROUP="usbusers"

On tape ensuite dans un terminal

gksudo gedit /etc/udev/rules.d/40-basic-permissions.rules

puis trouvez la section suivante :

# USB devices (usbfs replacement)
SUBSYSTEM==”usb”, ENV{DEVTYPE}==”usb_device”, MODE=”0664″
SUBSYSTEM==”usb_device”, MODE=”0664″

Et on remplace par

# USB devices (usbfs replacement)
SUBSYSTEM==”usb”, ENV{DEVTYPE}==”usb_device”, MODE=”0666″
SUBSYSTEM==”usb_device”, MODE=”0666″

Maintenant il faut ajouté le groupe usbusers dans d’outils de gestion des “Utilisateurs et Groupes” et y avoir ajouté votre compte utilisateur.

On redémarre.

À la première ouverture de VirtualBox, dans Préférences on sélectionne dans l’onglet USB on coche « Activer le contrôleur USB ».

Voilà!!

MAJ 27 mars 2009

Article non valide pour la versions 2.1.4 de Virtualbox

Pour la 2.1.4 , il faut lire ce billet.

Auteur :
• 10 octobre 2008

Le principal intérêt d’installer la version de 10 de Flash est l’utilisation de caméra web via un fureteur (entre autres). En effet, la version 9 de Flash pour Linux ne supporte pas les pilotes UVC qui utilisent la norme V4L2 (la plupart des nouvelles webcams).

Il existe une solution, ici, utilisant le projet Flashcam, permettant d’utiliser une webcam, à travers Flash 9.

Mais puisque la version 10 de Flash semble bien supporter les pilotes UVC voici comment l’installer sur votre Hardy Heron

1. On désinstalle d’abord la version actuelle de votre distribution

sudo apt-get remove flashplugin-nonfree

2. Ensuite on télécharge

wget -O - http://download.macromedia.com/pub/labs/flashplayer10/flashplayer10_install_linux_091508.tar.gz | tar xz -C ~

3. Et on installe

cd install_flash_player_10_linux ./flashplayer-installer

4. On enlève le répertoire contenant les fichiers téléchargés (si vous recevez un avertissement à propos de la suppression d’un fichier protégé en écriture, appuyer y et Enter pour continuer)

rm -r ~/install_flash_player_10_linux

On redémarre Firefox afin d’activer Flash.

Si pour quelques raisons, vous décidez de revenir à la version supportée par Hardy Heron il suffit:

1. On enlève Flash 10.

rm ~/.mozilla/plugins/libflashplayer.so

2. Et on réinstalle la version 9 de flash à partir des dépôts.

sudo apt-get install flashplugin-nonfree

Bon Flash et souriez à la caméra.

Catégorie : Du code, ubuntu | Tags : , , ,  | Les commentaires sont désactivés
Page 2 sur 41234