Auteur :
• 7 juillet 2005
closeCet article a été publié il y a 11 ans 5 mois 4 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Dans le dernier billet de Patrick Moisan, celui-ci nous livre un billet sur la participation citoyenne. Aimant la politique et ayant dû souvent combattre avec le hansard afin de trouver l’information recherchée, je n’ai pu qu’applaudir devant l’accomplissement du site de ce jeune ingénieur dans lequel est compilé des statistiques sur les absences lors des votes, le nombre de projets de loi déposés, la quantité de mots prononcés en Chambre, et ce, pour chaque député.

Une section de celui-ci me laisse quand même songeur. Au moment où l’on suggère d’occuper tout l’espace médiatique possible afin d’informer et rejoindre la population (et par ricochet ses électeurs), j’apprends que sur les 75 députés représentant les Québécois à la chambre des communes, seulement 26 possèdent un site Web informatif de base (pas de propagande). Ce qui représente un pourcentage de 34,6 %. En Ontario, ce sont 91 des 106 députés (85,8 %) et en Alberta, tous les 28 députés possèdent leur site Web. La moyenne nationale se situerait à 72,7 % et celle du ROC (Rest Of Canada) à 85 %.

Pour les partis représentés à la chambre, le tableau n’est pas plus rose pour le Québec. Le bloc ferme la marche avec seulement, 15 députés (27,7 %). Il y a même un plus grand nombre de néo-démocrates (17) possédant leur site que de bloquistes!

Je m’interroge sur les causes de ce si grand écart. Pourquoi ne prennent-ils pas cet espace?

Be Sociable, Share!
Catégorie: Non classé | Tags : ,
Vous pouvez suivre toutes les réponses à à ce billet via le flux RSS 2.0. Les commentaires et la notification par ping sont désactivés.

Une réponse

  1. 1
    Sacco 

    Étrange en effet… Justement je me demandais pourquoi mon député n’avait de site… Je trouve la chose bien dommage. Ça évoluera sans doute bien rapidement même si ça nous semble tardif.