Auteur :
• 21 août 2005
closeCet article a été publié il y a 11 ans 3 mois 21 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

J’allais visiter de temps en temps le blogue de la candidate à la chefferie du parti québécois Pauline Marois. Ce matin j’ai du faire face à une nouvelle mouture du site Web. Le blogue a disparu.

Oui bien sur il y a une section intitulée: « La tournée, les évènements… » dans laquelle semble apparaître tous les billets publiés ultérieurement, mais épurée de TOUS les commentaires antérieurs (ainsi que la possibilité d’en laisser de nouveaux) à un billet de madame Marois, daté du 10 août, expliquant:

« Il me faut un peu modifier ma participation à ce Journal de bord : je vais laisser mon équipe vous relater mes activités, en toute transparence comme nous avons commencé, de façon factuelle. Je me réserve de prendre la plume (le clavier!) de temps en temps, bien entendu. J’ai des messages en tête pour vous! ».

Il semble que l’équipe Marois n’ait pas apprécié l’expérience du blogue politique. Honnêtement, bien que je sois déçu de la disparition de celui-ci, je crois les comprendre. C’est comme ci ce nouvel espace d’expression libre avait créé une ruée vers les commentaires. Les discussions étaient des plus décousus, les gens voulaient faire un commentaire, peu importe le sujet de la discussion. Je crois me souvenir un commentaire sur le logement à montréal dans un billet parlant d’une vistite dans le bas du fleuve par exemple. C’est sans parler des « abonnés » qui multipliaient les commentaires en rafales, pas toujours pertinents.

Mais j’aurai quand même aimé garder une trace de ces commentaires…

Sommes-nous prêts pour le blogue politique? Du moins je crois que les nouvelles tentatives auront besoin d’un jardinier à plein temps…

Be Sociable, Share!
Catégorie: Non classé | Tags : ,
Vous pouvez suivre toutes les réponses à à ce billet via le flux RSS 2.0. Les commentaires et la notification par ping sont désactivés.

8 réponses

  1. Ouais… c’est pas évident? ! Comment faire pour inculquer un peu de discipline aux lecteurs qui laissent des commentaires? ? D’une part, il faut trouver une façon d’éduquer les internautes ? l’éthique de la blogosphère.

    Un «? jardinier? » qui retire les mauvaises herbes? ? Ça frôle la censure.

    D’autres suggestions, ? brûle-pourpoint? :

    • une page ? part ou un onglet pour les messages en vrac, ceux qui ne se rapportent pas au billet en question? ;

    • un message en pop-up pour valider l’envoi du commentaire, dans lequel on s’assure que le contenu se rapporte au billet (sinon un bouton pourrait rediriger l’usager vers une page de messages divers, tout en préservant le texte du commentaire).

  2. L’idée du jardinier devrait plus jouer le rôle d’animateur que de censeur, un peu comme dans un wiki, qui aiguille un peu tout le monde. Vers les messages vracs par exemple.

  3. En réaction ? un commentaire de Patrick Moisant sur mon site:

    carnets.opossum.ca/remoli…

    Je m’interroge sur le fait que nous aurions pu/du jouer collectivement ce rôle d’animateur.

    Sans doute n’est-il pas trop tard pour bien faire. Vous sentez-vous concernés?

    J’essaierai d’aller un peu plus loin dans cette réflexion au cours des prochains jours.

  4. Il ne faut pas conclure qu’un tel est mieux que l’autre parceque son blogue est resté dans la même forme. J’ai tout simplement fait la remarque parce que j’avais noté un changement que je considérais important dans le site de madame Marois, dans les faits, un blogue "non-entretenue" ce n’est pas mieux qu’un blogue plus restrictif.
    À ce point, c’est plus une question d’image. Les remarques que j’ai faites quant ? l’utilisation du blogue par les visiteurs seraient pratiquement les mêmes pour le blogue de monsieur Boisclair. Il faut apprécier celles-ci dans une optique constructive. Il ne faut pas pointer du doigt l’équipe Marois, ils ont fait ce que certains se refusent encore de faire.

    Concernant le rôle que nous aurions (en tant que blogeurs) pu/du avoir ? la volée n’est pas aussi clair que cela.
    Si un appel clair est lancé et que certains désirent (et ont le temps) d’y apporter leurs expériences ce serait vraiment bien.

    Donc un projet appuyé par la communauté.

  5. En attendant que la discussion se poursuive, ce que je souhaite, je vous signale le retour des commentaires antérieurs ? la refonte du site.

    J’ai simplement relayé les observations d’Éric ? qui de droit.

    C’est bien, non?

  6. «Il ne faut pas conclure qu’un tel est mieux que l’autre parce que son blogue est resté dans la même forme». Je suis parfaitement d’accord avec cela. Si cette remarque fait suite ? mon commentaire laissé chez Clément, je tiens ? préciser qu’il est loin de moi l’idée de faire une telle conclusion (si ce dernier peut être interprété dans ce sens, cela n’en était pas l’intention). Faire une telle conclusion «un tel est mieux que l’autre» sur la base de cette seule logique de la forme au premier degré serait signe d’une réflexion assez limitée, vous en conviendrez. Ce que je trouvais dommage, sans compter que les gens auraient probablement mal perçu cela, c’est l’effacement des commentaires antérieurs (ou plutôt l’apparence d’effacement puisque ceux-ci n’étaient seulement plus visibles). Je suis très heureux d’apprendre ci-dessus qu’ils sont de retour. À mon sens, c’est un peu une question de respect et d’étiquette envers les gens.

    En ce qui me concerne pour le moment, quel que soit le candidat ou la candidate, je serais heureux qu’il/elle m’affirme simplement qu’il/elle fait la lecture des commentaires qui sont laissés sur son carnet/site/autre. Déj? l? , j’y verrai une grande réception aux idées. C’est l’étape 1, mais elle est déj? énorme et très exigeante. D’accord, il y aura des commentaires «bolos» de la part de gens «bozos» 🙂 mais la lecture de ces derniers n’en sera que plus rapide. C’est qu’? chaque fois que j’ai écrit ? des personnes au niveau politique, j’ai toujours reçu des réponses génériques de la part d’une personne dont la tâche est précisément d’envoyer ces dites réponses. D’accord, ils doivent recevoir une somme incroyable de courrier et il est donc normal d’agir de la sorte me direz-vous. Alors, dans ce contexte, je ne veux pas de réponse. Recevoir une réponse «bidon» m’insulte. À quoi bon écrire une lettre ou un commentaire si on sait que l’on ne sera pas véritablement lu? Dans un premier temps, je veux juste la certitude d’avoir été lu. Ensuite, on pourrait passer ? l’étape 2, c.-? -d. au prochain pas, en misant sur quelque chose d’un peu plus dynamique. Une chose est certaine, cela soulève ? nouveau la difficile dynamique des commentaires sur un carnet/blogue. Plusieurs se souviendront que de nombreux billets avaient été écrits sur cela lors des premiers temps des carnets/blogues. Dans son dernier billet, Stéphane voit juste en mentionnant : «Pouvoir s’exprimer, c’est une chose. Pouvoir contribuer ? l’avancement d’un enjeu collectif, c’en est une autre.» carnets.ixmedia.com/steph… . En terme de réalisation, c’est tout un défi ? relever ! Reste ? trouver comment on peut y arriver 😉

  7. Il ne faut pas faire les choses parce qu’il faut les faire.
    Prenons l’exemple suivant, je téléphone ? mon député et c’est un message enregistré qui me propose de laisser un message et qu’après j’obtienne une réponse enregistrée générique me remerciant en me m’informant qu’il sera traité avec diligence etc. etc.
    Est-ce que ce serait acceptable? Absolument pas. Pourquoi cela le serait pour un courriel? Parce que l’ordinateur est supposé nous épargner du travail pas nous en donner?

    Si on place une adresse courriel ou une zone de commentaires cela devient un engagement envers l’usager. Et ne pas respecter ses engagements, c’est contribuer au cynisme envers la classe politique.

  8. 8
    Nelson 

    Je suis dans la soixantaine avancée.Je ne sais comment mais je désire soutenir Madame Marois si elle se présente comme chef du parti Québecois. Des jours difficiles s’en viennent et ma tête ne vois qu’elle Elle aura tout mon support et plus.
    N.P.