Auteur :
• 20 avril 2006
closeCet article a été publié il y a 10 ans 7 mois 22 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Ce matin dans le Devoir (lien ne fonctionnant que pour les abonnés) nous y apprenons que le 15 mai prochain, le Conseil canadien de l’apprentissage (CCA) distribuera des notes aux villes, aux provinces et aux régions, concernant l’état de toutes les sphères de l’apprentissage au Canada..

À ce qu’il parait, le palmarès se baserait non pas uniquement sur l’école, mais ratisserait l’apprentissage d’une manière beaucoup plus large. On se baserait pour bâtir l’indice d’une quinzaine de facteurs allant au taux de décrochage, les taux d’emploi, l’accès aux services de garde, les taux de criminalité juvénile et même le nombre de naissances prématurées. Lesquels couvrant les « quatre dimensions de l’apprentissage » (apprendre à savoir, faire, vivre ensemble et être).

Vivant au Saguenay, une région qui semble nettement en décroissance, mais où il fait bon vivre, j’ai bien hâte de voire quel sera le contre-effet de ces facteurs sur la notion de l’apprentissage.

Et le bonheur dans tout cela? À quand un indice sur le bonheur 😛

Be Sociable, Share!
Catégorie: General | Tags :
Vous pouvez suivre toutes les réponses à à ce billet via le flux RSS 2.0. Les commentaires et la notification par ping sont désactivés.

3 réponses

  1. Très intéressant, Éric. Je suis curieux de connaître les résultats. Dommage que notre parcelle de blogosphère ne fasse pas partie d’une des régions analysées 😉

  2. Il semble qu’il y ait maintenant un indice du bonheur…

    http://www.indicedebonheur.com/

    www2.canoe.com/infos/queb…

  3. 3
    Martin 

    Tu as oublié ceci:

    L’école publique, c’est le bonheur

    news.google.com/news/url?…