Auteur :
• 20 juin 2005
closeCet article a été publié il y a 11 ans 5 mois 22 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

C’est la fin de l’année, mes activités de carnetier s’en ressentent. Mais ma « correction » est enfin terminée, je suis presque en vacance 🙂 . Je voudrais juste revenir rapidement sur un article publier vendredi dernier dans le devoir et qui était intitulé « Les jeunes canadiens sont recalés en sciences ».

On y fait référence entre autres, afin d’explique le fait qu’un élève sur trois ne comprend pas des concepts scientifiques élémentaires, à une notion qui me paraît tordu : la « fatigue liée à l’évaluation ».

Étrange notion non? On ne dit pas fatigue des examens-dont-je-ne-me-souviendrai-plus-rien-après mais bien de l’évaluation. De plus on y mentionne la lassitude tant des élèves que des enseignants liée à l’augmentation continuelle des exigences des programmes afin d’expliquer cette grande fatigue.

Pourtant j’ai dont l’impression que l’augmentation n’est pas dans le même sens et que d’englober toutes les évaluations sans distinction est tout de même assez approximatif.

Be Sociable, Share!
Catégorie: General | Tags :
Vous pouvez suivre toutes les réponses à à ce billet via le flux RSS 2.0. Les commentaires et la notification par ping sont désactivés.

Les commentaires sont désactivés.