Auteur :
• 25 juillet 2005
closeCet article a été publié il y a 11 ans 4 mois 17 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Dernièrement dans la Presse, j’ai pu assister à un petit débat concernant la position de la commission scolaire de Montréal d’éliminer les notes du bulletin dès septembre. Dans celui-ci, discouraient le syndicat et la commission scolaire. L’argumentaire de la tâche semblait être le fer de lance du syndicat et de la commission scolaire.

Ces articles m’ont amené à réfléchir sur la bipolarité de ces échanges. En effet, dans ce style d’intervention, on ne peut que s’interroger sur l’espace accordé à la facette du praticien vis-à-vis la pédagogie. Mais, quel est donc ce lieu où les enseignants peuvent discuter effectivement de pédagogie? Une troisième voie qui se conjuguerait avec les deux autres ne pourrait qu’enrichir la discussion.

Existe-t-il des regroupements d’enseignants? J’ai découvert, à la lecture du rapport du CEFRIO sur « les enseignants canadiens et les ressources pédagogiques en ligne » qu’il existait une fédération canadienne des enseignants (FCE). Quelle surprise, peut être n’avais-je pas assez cherché après tout, j’y ai donc jeté un coup d’oeil via leur site Web, mais aucun lieu n’est présent afin d’échanger. De plus j’y apprends qu’il n’y a pas de membre individuel, mais que des membres corporatifs.

Deuxième découverte, toujours sur le site de la FCE, je découvre qu’un de leurs membres est l’association provinciale des enseignantes et des enseignants du Québec. Deuxième association dont j’ignorais l’existence, mais quelle déception! La mise à jour du site remonte à octobre 2004, on y parle presque essentiellement d’assurance, nous sommes bien loin des discussions professionnelles que je souhaitais. De plus il ne semble pas y avoir de membre individuel, encore que des membres corporatifs, des syndicats surtout.

Je crois qu’il existe un espèce de vide démocratique lié à la pratique éducative. Pour l’instant, c’est en essayant de graviter autour d’une communauté dynamique via les cybercarnets que je réussis personnellement à combler une partie de ce vide. Loin de moi l’idée d’aborder le débat d’un ordre d’enseignants, puisqu’un ordre doit protéger le public, ce qui ne s’applique que très difficilement à l’enseignant. Mais il manque un quelque chose, une troisième chaise lors des échanges….

Be Sociable, Share!
Catégorie: General
Vous pouvez suivre toutes les réponses à à ce billet via le flux RSS 2.0. Les commentaires et la notification par ping sont désactivés.

14 réponses

  1. Attention ! Ces deux "fédération" et "association" ne sont que deux syndicats ou groupes de syndicats. Si ma mémoire est bonne, ce sont des syndicats d’enseignants francophones soit du "reste" du Canada, ou encore des commissions scolaires anglophones. Rien ? voir avec le fait de "fédérer" ou "d’associer" , que dire, de représenter tous les enseignants de la province ou du pays.

  2. 2
    Louis 

    Ouais, c’est une belle question en ce lundi matin pluvieux (du moins en Estrie). Les questions que je me pose en lisant ce billet: est-ce qu’il y a un réelle volonté de mettre les gens (enseignants et autres ressources) en réseau au Québec? Le partage fait-il partie de notre culture éducationnelle au Québec? Une association sans que les syndicats ne mettre leur gros nez la dedans, est-ce possible au Québec?

  3. Une troisième chaise… j’aime bien!

    M. Noël fait une intervention sur son carnet ce matin qui m?interpelle. Je me permets ici quelques réflexions ? ce sujet.

  4. Pourquoi l’AQUOPS n’en ferait-elle pas son affaire? ? Je crois savoir qu’elle cherche justement ? redéfinir son rôle. L’organisme est déj? bien connu, en plus de jouir d’une réputation d’impartialité. Et elle possède déj? un fort membership.

    D’une part, je crois que l’AQUOPS doit cesser d’opérer en coulisse et jouer un rôle plus musclé sur la scène de l’éducation québécoise. D’autre part, le mariage des TIC et de la pédagogie est un besoin qu’on assouvit difficilement et qu’on a maintes fois décrié (encore récemment ici? : http://www.opossum.ca/guitef/arc... Puisque c’est justement dans les cordes de l’AQUOPS, le moment est peut-être venu pour elle d’accroître sa visibilité. Malheureusement, il semble qu’elle n’ait pas les ressources financières pour ce faire.

  5. 5
    Eric Noel 

    Mais il y a aussi les problèmes locaux. J’aimerai savoir combien il y a de CS ou d’école possédant un organe décisionnel (pas juste consultatif) dédié ? la pédagogie au quotidien.

  6. Touché? !… quant aux réseaux locaux. Il s’agit d’un aspect aussi important que les agoras provinciales.

    En tout cas, c’est pas dans ma CS ou dans mon école que ça se passe. J’ai pourtant essayé. Un blogue collectif ( http://www.opossum.ca/rochebelle... ) n’a jamais levé.

  7. Je pense aussi que c’est l’espace que l’AQUOPS devrait occuper pour les prochains mois et les prochaines années.

  8. À moins que je ne me trompe, l’AQUOPS est assez, comment dire, sectoriel. C’est un levier qui peut être primordial quant ? l’utilisation des TICs ainsi qu’? la compétence transversale y étant associée.

    Pour plusieurs l’AQUOPS est "peinturé dans le coin". Je ne comprends pas dans quelle mesure l’AQUOPS pourrait se placer comme intervenant pédagogique généraliste (qui traite assurément de la non-utilisation des TICs).

  9. 9
    Sacco 

    J’ai un peu la même inquiétude que M. Noël quant ? l’AQUOPS… De passer par une telle organisation n’impliquerait-il pas, de facto, une certaine orientation aux discussions ou — je tente de suivre — aux prises de position? Mais je ne connais que très peu les mandats de l’AQUOPS.

  10. 10
    Opossum 

    Réseau d’enseignants…

    Un projet d’espace Web destinés à réseauter les enseignants québécois est en train de prendre forme à l’instigation d’Éric Noël, et grâce à l’engagement de Sacco et de plusieurs autres…

  11. Les enseignants veulent-ils d’un lieu virtuel d’échanges professionnels

    C’est la question que pose “Sacco” dans ce billet audacieux. Son souhait serait de pouvoir aménager «un lieu d’échanges informel — modéré, cela s’entend — où toute une…

  12. L’idée d’une agora éducationnelle où les enseignants discutent de pédagogie reste cohérente avec le mandat de l’AQUOPS dans la mesure ou celle-ci est perçue comme un agent d’échange utilisant les TIC. Comme je m’éloigne du sujet, j’ai préféré traiter de la question sur mon blogue? : http://www.opossum.ca/guitef/arc...

  13. La fameuse troisième chaise

    La troisème chaise, ma contribution au début du projet.

  14. RT @ProfNoel: ref souffrance Tu me fais penser à un vieux billet écrit il y a 5 ans…. http://tuxi.ca/0n // très intéressant ça !