Auteur :
• 28 mars 2012
closeCet article a été publié il y a 2 ans 6 mois 28 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Pour la petite histoire, c’est un samedi soir de février au beau milieu du Parc des Laurentides, au retour de Clair2012, en jasant avec notre ami Patrick Giroux que ma décision de renverser ma classe fut prise (dans un moment de grande fatigue, merci à Ewan Mcintosh).

Le lundi matin suivant, j’écrivais à mes directeurs pour leur présenter le projet et mes besoins. À la fin de la journée, je recevais le feu vert! J’avais des ailes! (et pour ceux qui me connaissent, imaginer la paire d’ailes)

Quelques semaines plus tard, le matin du lancement et de l’annonce de la classe renversée à mes élèves, ceux-ci n’avaient pourtant jamais entendu parler du concept. Et c’était voulu. Je voulais simplement éviter de voir les changements dans un aspect préparatoire, mais bien dans une finalité. Cependant, ça faisait trois semaines que je faisais des changements aux façons de faire en classe. Certains m’ont même fait la remarque que c’était comme un casse-tête, et que ce matin là, j’ajoutais les pièces manquantes afin que l’on puisse enfin voir l’ensemble.

Puisque je voulais (et que je veux encore) ma classe renversée collaborative et autonome, voici sur quoi je me suis attardé pendant ces trois semaines (sans ordre particulier).

  • J’ai éliminé les pupitres en rang d’oignon au profit d’ilot.
  • J’ai formé des équipes de travail.
  • Il fallait aussi trouver comment faire des capsules, comment les diffuser et aussi en produire quelques-unes.
  • J’ai présenté la chaine YouTube et le canal iTunes aux élèves afin d’avoir un peu de rétroaction.
  • Nous avons revisité le fonctionnement coopératif.
  • Et aussi effectuer des tâches nécessitant la coopération.
  • J’ai adapté une politique sur l’utilisation du wifi est des appareils mobiles (merci à Sébastien Stasse).
  • J’ai placé les élèves en situation de coconstruction sans l’utilisation d’outil technologique.
  • Je me suis débarrassé de mon bureau de prof.
  • J’ai ajouté des ordinateurs dans la classe.
  • Laissez les élèves choisir les équipes de travail.
  • Annoncer que les appareils mobiles seraient dorénavant acceptés dans ma classe.
  • Prévoir les connexions wifi pour tous mes élèves.
  • Garder à l’esprit que la classe renversée ce n’est pas seulement visionner des vidéos.
  • Monter les plans de travail.
  • Réfléchir à un moyen de permettre à l’élève de garder des traces des visionnements.
  • Garder le sourire.

Cette liste n’est pas exhaustive, mais je voulais simplement la partager, au cas où l’aventure vous tenterait!

Be Sociable, Share!
Vous pouvez suivre toutes les réponses à à ce billet via le flux RSS 2.0. Les commentaires et la notification par ping sont désactivés.

3 réponses

  1. Ma préparation à la #classe_renversée : http://t.co/fARyJuEz via @ProfNoel Besoins pour une #flipclass collaborative et autonome.

  2. C’est une classe de quel niveau?
    Est-ce possible de savoir quelle est la politique mise en place sur l’utilisation du wifi est des appareils mobiles?
    Est-ce possible de voir à quoi ressemblent les capsules?
    Vous dites avoir formé des équipes de travail et avoir laissé les élèves choisir les équipes de travail. Est-ce possible d’en savoir plus?
    Combien d’ordinateurs y a-t-il pour combien d’élèves?
    Quelle est la part des logiciels libres ?

    Bon, je sais, cela fait beaucoup de questions. En tout cas, chapeau pour avoir fait le saut.

  3. 3
    Éric Noël 
    Firefox 11.0 Ubuntu;

    J’enseigne en science de 4e secondaire

    La politique du wifi que j’utilise est inspirée de celle de l’école Alex Manoogian
    http://tuxi.ca/l8

    Pour les capsules il faut chercher ProfNoel dans Youtube.

    Oui les équipes sont libres et ne peuvent dépasser 4 personnes. Les élèvent peuvent apporter des appareils mobiles et il y a 3 ordinateurs en classe (tous sous Ubuntu bien sur)