Auteur :
• 2 novembre 2008
[audio:bpn_rc.mp3]

Voici l’édition candidate (Release Candidate) de la balado du ProfNoël.

Voici les liens discutés dans cette édition:

Le Blogueur-reporter

L’éditorial de Marie Andrée Chouinard du Devoir.

Réaction de Mario Asselin

Réaction de Michelle Blanc

Le wiki sur l’écriture de la liste du blogueur-reporter

Sortie de Ubuntu Intrepid Ibex 8.10 (ou Ubuntu pour les nuls)

J’ajouterai que les versions biannuelles d’Ubuntu sont supportées (mise à jour, bogue, etc) pour une période de 18 mois. À l’exception des LTS (long term support), qui elles sont supportées pour une période de 36 mois. Il ya une LTS à tous les deux ans.

L’intrepid Ibex sortie la semaine dernière sera supporté jusqu’en avril 2010, alors que la 8.04 sortie en avril dernier (et qui est une LTS), sera supporté jusqu’en 2011.

Un système d’exploitation dans sa poche.

Ubuntu en mode persistant dans une clef USB.

À partir de Linux.

À partir de Windows.

Catégorie : Balado | Tags : , , , , , , , ,  | Les commentaires sont désactivés
Auteur :
• 31 octobre 2008
OpenOffice.org School Mascot

Mascotte scolaire OpenOffice.org

Il y a trois ans, mon école passait sous une solution libre. L’an dernier, probablement à cause de la fusion de l’école, par souci d’uniformité et surtout par manque de temps, nous revenions à Windows.

J’ai donc vécu, dans un très court laps de temps, le début, le milieu et la fin d’une propagation ~Linux~.

Ce fut une période très stimulante, mais aussi frustrante. Bien que nous soyons de retour sous Windows (tous? Non, il y a un ordinateur sous Linux dans l’école….devinez lequel?) je crois qu’à brève échéance, nos écoles n’auront pas le choix de revenir sous une solution libre, afin de libérer ces sommes d’argent astronomiques et quelles puissent servir à la seul chose quel devrait desservir : la pédagogie.

J’ai entrepris une minisérie de billets sur ce que j’éviterai de (ou que je devrai) faire, si on me demandai de propager une solution libre dans l’école.

2. Avoir à l’idée que peu importe la solution déployée, l’homogénéité des applications doit primer, et ce bien avant le déploiement de la solution.

Pour plusieurs raisons qu’il n’est pas nécessaire d’énumérer ici, une école peut envisager le passage à la solution libre de deux façons :

  • Le parc hybride, Windows et Linux par exemple (par choix, ou bien parce que le déploiement de la solution libre se fait en plusieurs étapes).
  • Un parc dédié à Linux.

Peu importe le choix ou l’étape choisie, l’homogénéité des applications doit primer. Dans un univers scolaire où l’échange et la coconstruction deviennent la norme, il ne faut pas sombrer dans des difficultés de compatibilités. La plupart des outils libres de Linux sont également disponibles pour Windows (alors que le contraire n’est pas tout a fait vrai). Il devient donc optimal de préférer ces applications.

Donc, afin d’adoucir le transfert technologique, dès l’année qui précède le déploiement, il faut privilégier ces applications (OpenOffice, Firefox, etc.). De cette façon, l’utilisateur lambda conservera ses repères lors du déploiement.

Le changement d’une culture technologique ne s’improvise pas, ça se prépare.

Auteur :
• 29 octobre 2008

Ai-je vraiment besoin de commenter?

Darwin Awards: « Honoring those who improve the species…by accidentally removing themselves from it! »

Via: http://journalistedestrade.blogspot.com/2008/10/candidats-au-darwin-awards.html

Catégorie : Clin d’œil | Tags : ,  | Les commentaires sont désactivés
Auteur :
• 28 octobre 2008

Je sais, j’ai encore cédé à la tentation. J’ai installé Intrepid Ibex (ubuntu 8.10) dans mon ordinateur au travail.

Si vous êtes impatient comme moi (puisque la version final ne sera disponible que vendredi prochain), voici comment mettre à jour votre Hardy Heron (Ubuntu 8.04) Vers l’Intrepid Ibex.

Dans un terminale taper:

gksu 'update-manager -c -d'

Ensuite:

  1. Ouvrez le gestionnaire de mises à jour (Système → Administration → Gestionnaire de mises à jour) ;
  2. Cliquez sur le bouton Vérifier ;
  3. S’il existe des mises à jour pour votre version actuelle de Ubuntu (Hardy heron), installez-les en cliquant sur le bouton Installer les mises à jour ;
  4. Ensuite, au-dessus de la zone des mises à jour disponibles, un bandeau vous informe qu’une nouvelle version d’Ubuntu est disponible. Cliquez sur le bouton Mettre à niveau, au bout de ce bandeau, pour démarrer la procédure de mise à niveau ;
  5. Suivez les instructions à l’écran.
Inspiré de : http://doc.ubuntu-fr.org/migration_hardy_intrepid
Catégorie : Du code, ubuntu | Tags : , , , ,  | 4 commentaires
Auteur :
• 26 octobre 2008

Il y a trois ans, mon école passait sous une solution libre. L’an dernier, probablement à cause de la fusion de l’école, par souci d’uniformité et surtout par manque de temps, nous revenions à Windows.

J’ai donc vécu, dans un très court laps de temps, le début, le milieu et la fin d’une propagation Linux.

Ce fut une période très stimulante, mais aussi frustrante. Bien que nous soyons de retour sous Windows (tous? Non, il y a un ordinateur sous Linux dans l’école….devinez lequel?) je crois qu’à brève échéance, nos écoles n’auront pas le choix de revenir sous une solution libre, afin de libérer ces sommes d’argent astronomiques et quelles puissent servir à la seul chose quel devrait desservir : la pédagogie.

J’entreprends donc une minisérie de billets sur ce que j’éviterai de (ou que je devrai) faire, si on me demandai de propager une solution libre dans l’école.

  1. Avoir à l’idée que bien que nous ayons un plein contrôle sur la technologie que nous déployons, nous devons avoir une très forte influence sur celle que nous ne contrôlons pas.

En effet, un des écueils de ce type que nous avons eu la dernières fois n’a pas été au niveau de Linux lui même, mais au niveau d’OpenOffice. Oui il y avait OpenOffice à l’école, mais à la maison il ne l’avait pas.

Avec OOo on parle de compatibilité de 99%. On en a cassé du sucre sur le 1%. Il est certain que la mise en page d’un document texte, ou la présentation des diapositives d’une présentation peuvent être dérangées, si nous n’utilisons pas les mêmes outils à l’école et à la maison (et comme la norme est d’être à la dernière minute…).

Il ne faut pas se contenter de mentionner que c’est téléchargeable quelque part dans internet. Pour la prochaine fois, il faudra remettre, à tous les élèves, un cd avec la même OpenOoofice (même version que celle déployée à la maison) accompagné d’instructions d’installation claires.

Il faut influencer, à notre avantage, la technologie que nous ne contrôlons pas.

Éric Noël

Auteur :
• 25 octobre 2008

Il est rare que je raconte mes aventures quotidiennes dans ce blogue, mais bon je voulais vous raconter mes dites aventures…. sonores.

J’ai tellement l’impression de mettre le doigt dans un engrenage c’est pas possible. Tout a démarré avec l’édition alpha de la balado du ProfNoel. À l’époque (tout va vite dans internet non? L’époque en question remonte à deux semaines 😉 ), je croyais que la fabrication d’une balladodiffusion ne se limitait qu’au contenu et au montage dans l’ordinateur. Qu’il ne me suffisait que de brancher mon micro à 10$ et boum, c’était parfait.

Pour l’édition alpha, J’ai écrit ici que mon son était mitigé, mais dans les faits il était pourri! Il y a le dicton qui dit que lorsque l’on se compare on se console. Ce n’est pas vrai!!!

Dès ma première balado, l’univers, et je ne pèse pas mes mots, de l’audio, s’est révélé à moi. Et je fus renversé. Peut-être parce que je ne m’étais jamais donné la peine de de m’y intéresser, mais la recherche de la qualité est tributaire de tout une science.

Première tentative d’améliorer mon son, je m’achète un micro usb à 50$. Mais je n’ai jamais réussi à le faire fonctionner avec ma Hardy Heron (ici certains pourront me narguer que je cherche le trouble en partant….), je l’ai donc rapporté au magasin.

Peu avant l’enregistrement de mon édition bêta, je twitte avec un gourou de la balado et lui demande comment améliorer mon son.

Trois possibilités s’ouvrent à moi.

  1. Le ZOOM H2 (200-220$). Bon micro interne, peut servir d’interface USB et d’enregistreur nomade. Et c’est évolutif (on peut y ajouter un meilleur micro et un mixer pour le brancher dessus).
  2. Le micro usb (100-150$) est une option, mais sans possibilités d’évolutions (à moins de remplacer le micro).
  3. Un micro à condensateur branché dans un mixer avec une entrée micro (moins de 200$) voir ici.

De tout cela je ne retiens que les mots micro et mixer, puisque je sais où emprunter un mixer. Pour moi qui croyais naïvement qu’un micro était un micro, je cours emprunter le mixer (un MJ100 de Yamaha), et j’achète un microphone à condensateur chez radio-shack.

J’ai donc réalisé l’édition bêta de cette façon, c’était ma première expérience avec un mixer, je suis un peu perdu, mais bon, on va apprendre. Il me restait donc qu’à me procurer un mixer.

Mais pendant ce temps, on discute beaucoup d’audio ici, ici, et . J’écoute, je lis, je réécoute et je relis. Et ce matin je me rends compte que finalement radio-shack (je sais, ça changé de nom) ne vend pas de micro à condensateur et que le vendeur en savait probablement moins que moi.

J’ai donc retourné le microphone (qui était dynamique) et me voilà de retour à la case départ.

Catégorie : Balado | Tags : , ,  | 3 commentaires
Auteur :
• 22 octobre 2008

J’ai décidé de remettre cela! Et je parle trop proche du micro !

Dans cette balado:

Le site sur le géocaching afin de trouver les coordonnées d’une cache près de chez vous.

Voici le lien sur monoxyde de dihydrogène:

Et pour valider:

Édit 23 octobre.

J’ai oublié de mentionner l,origine de mon intro (et des virgules sonnores).

TOP 100 sélection des meilleurs thèmes musicaux TOTALEMENT LIBRES DE DROIT

Catégorie : General | Tags : , , , , ,  | 2 commentaires
Auteur :
• 18 octobre 2008

L’information cours dans internet, radio-canada s’associe avec youtube. Il est maintenant possible de visionner du contenu de radio-canada directement dans youtube. Est-ce une phase de tests? Qu’elles seront les formats présentés (car présentement on semble priviliéger la segmentation d’émission)? Je l’ignore.

Pas moyen de trouvé dans le site de radio-canada ou dans les actualités de google la moindre annonce officielle sur cette nouvelle tangente.

En partie je me réjouis, car ce passage pourrait signifier que le contenu de notre société serait, enfin, multiplateforme, c’est à dire pouvant être visionné par Windows, Mac et Linux. Fini tout le bricolage et le changement de codec intempestif (comme aux olympiques) dans des formats peu courants, propriétaires et non libres! Enfin de pouvoir consulter du matériel d’archives sans obligatoirement s’assurer d’avoir une machine tournant sous Windows en classe.

Mais je dois me « bémoliser », sans annonce officielle, nous sommes peut-être simplement dans un projet bêta, qui ne verra jamais le jour……

En tout cas, profitons-en un peu: