Auteur :
• 5 novembre 2012

La semaine dernière j’ai eu le plaisir de partager mon expérience de la classe renversée avec deux groupes d’enseignants. Voici donc les liens, dans Google Drive, pour les 3 documents importants qui constituent les éléments essentiels pour la construction du cahier de l’élève.

Voici le lien pour le plan de travail (c’est le plan utilisé pour l’électricité dynamique et l’électromagnétisme):

https://docs.google.com/document/d/17NX7NQkhhXkWklckBQ1UA-2PLOMLWunh6A8BFZ6tZAw/edit

 

Voici le lien pour le vrai ou faux (c’est celui utilisé pour les transformations d’énergies):

https://docs.google.com/document/d/1xXPu5uecH6oCG-NrWfJwtFR_mY5iuv8AZUNiM9RigoM/edit

 

Et voici le lien pour la feuille ViRéQ (Visionner – Résumer – Questionner):

https://docs.google.com/document/d/1KyJuqV_KWgThirG7IZtikB-WRsIyxxQe0n4o15Bc7ko/edit

 

En espérant que cela puisse vous aider…….

 

.

Catégorie : Classe renversée  | Les commentaires sont désactivés
Auteur :
• 26 mai 2012

Je viens tout juste de passer à LinuxMint Maya et la technique que j’avais publié en octobre 2011 afin d’installer Antidote RX v8 pour Ubuntu 11.10 est également valide pour Maya (et probablement aussi pour Ubuntu 12.04, mais je n’ai pas testé).

Voici donc un gigantesque copié/collé……..

Antidote n’est certainement pas un logiciel libre, mais je me permet quand même de publier dans le Planet Libre puisque le message est destiné aux utilisateurs d’un système d’exploitation libre…..

Alors, voici ce que j’ai appliqué afin de pouvoir utiliser ma version d’Antidote RX v8 (la H60).

Les manipulations qui suivent nécessitent des manipulations à effectuer avec des droits superutilisateurs (root) dont le mauvais usage peut engendrer des effets néfastes pour votre système. Je ne suis donc pas responsable de vos erreurs.

Tout d’abord, j’ai installé normalement Antidote v7 et ensuite j’ai appliqué le patch pour la v8. Jusqu’à 10.10 c’était terminé, un sudo antidote et on pouvait utiliser la chose.

LinuxMint Maya

Sous LinuxMint Maya on obtient le message d’erreur suivant:

antidote: error while loading shared libraries: libssl.so.6: cannot open shared object file: No such file or directory

La librairie libssl.so.6 semble avoir été remplacée par la libssl.so.1.0.0, pour y remédier j’ai crée le lien symbolique suivant dans les dossiers d’Antidote:

sudo ln -s /lib/i386-linux-gnu/libssl.so.1.0.0 /usr/local/Druide/Antidote/lib/libssl.so.6

Mais un problème semblable existe aussi pour le fichier libcrypto.so.6 puisqu’on obtient le message d’erreur suivant:

antidote: error while loading shared libraries: libcrypto.so.6: cannot open shared object file: No such file or directory

La librairie libcrypto.so.6 semble aussi avoir été remplacée par la libcrypto.so.1.0.0, pour y remédier j’ai également crée le lien symbolique suivant dans les dossiers d’Antidote:

sudo ln -s /lib/i386-linux-gnu/libcrypto.so.1.0.0 /usr/local/Druide/Antidote/lib/libcrypto.so.6

Il faut maintenant remédier à l’erreur suivante:

antidote: symbol lookup error: /usr/lib/i386-linux-gnu/libdbus-glib-1.so.2: undefined symbol: dbus_watch_get_unix_fd

Nous aurons besoin d’une version de libdbus-glib datant de l’époque de la sortie d’Antidote. Il faudra télécharger cette version (ne pas l’installer), la décompresser et ensuite copier les fichiers vétustes dans les répertoires d’Antidote.

wget http://security.ubuntu.com/ubuntu/pool/main/d/dbus-glib/libdbus-glib-1-2_0.74-2ubuntu0.1_i386.deb
dpkg -x libdbus-glib-1-2_0.74-2ubuntu0.1_i386.deb .
sudo cp usr/lib/* /usr/local/Druide/Antidote/lib/.

Et pour terminer, nous aurons à gérer l’erreur suivante:
D-Bus library appears to be incorrectly set up; failed to read machine uuid: Failed to open "/usr/local/var/lib/dbus/machine-id": Aucun fichier ou dossier de ce type

Le fichier machine-id existe dans /var/lib/dbus/. Il nous faudra donc créer un lien, mais d’abord assurons-nous que l’arborescence existe.

cd /usr/local/
sudo mkdir var
cd var/
sudo mkdir lib
cd lib/
sudo mkdir dbus
sudo ln -s /var/lib/dbus/machine-id /usr/local/var/lib/dbus/machine-id

Et voilà, ça devrait fonctionner…..

Bonne erreur de grammaire…

Auteur :
• 18 avril 2012

Lorsque l’élève se prépare en visionnant une capsule vidéo, une feuille ViRéQ lui est automatiquement associée.

Mais qu’est-ce qu’une feuille ViRéQ? Cela signifie simplement les trois étapes associées à celle-ci : Visionnez, Résumez et Questionnez.

Visionnez.
L’étape est simple, c’est de visionner une capsule à son propre rythme.

Résumez.
Ici l’idée est de permettre à l’élève de garder des traces et de retrouver rapidement l’information délivrée dans la capsule. Il s’agit de résumer en ses propres mots les éléments qui semblent importants à retenir pour lui.

Questionnez.
Au retour en classe, peut-être que certains éléments de la capsule vidéo peuvent sembler obscurs pour l’élève. Il peut donc y inscrire son questionnement et en discuter avec les membres de son équipe de travail. Si l’élève juge qu’il a bien compris, il profite de cet espace pour suggérer une question qui pourrait être posée dans un examen et la propose à son équipe de travail à son retour.

Voici un exemple de feuille ViRéQ

Auteur :
• 13 avril 2012

Dernièrement, un sondage (auquel j’ai participé) avait été lancé au clavardage #flipclass afin de recueillir de l’information sur les classes qui avait été renversée. L’instigatrice du sondage, Crystal Kirch que je remercie, a partagé avec moi les données brutes des 319 répondants.

Je vous livre donc aujourd’hui deux statistiques intéressantes.

Les matières qui ont été renversées:

47%pour les sciences et 36% pour les maths

Les niveaux (adapté au système québécois) qui ont été renversées:

 

Auteur :
• 28 mars 2012

Pour la petite histoire, c’est un samedi soir de février au beau milieu du Parc des Laurentides, au retour de Clair2012, en jasant avec notre ami Patrick Giroux que ma décision de renverser ma classe fut prise (dans un moment de grande fatigue, merci à Ewan Mcintosh).

Le lundi matin suivant, j’écrivais à mes directeurs pour leur présenter le projet et mes besoins. À la fin de la journée, je recevais le feu vert! J’avais des ailes! (et pour ceux qui me connaissent, imaginer la paire d’ailes)

Quelques semaines plus tard, le matin du lancement et de l’annonce de la classe renversée à mes élèves, ceux-ci n’avaient pourtant jamais entendu parler du concept. Et c’était voulu. Je voulais simplement éviter de voir les changements dans un aspect préparatoire, mais bien dans une finalité. Cependant, ça faisait trois semaines que je faisais des changements aux façons de faire en classe. Certains m’ont même fait la remarque que c’était comme un casse-tête, et que ce matin là, j’ajoutais les pièces manquantes afin que l’on puisse enfin voir l’ensemble.

Puisque je voulais (et que je veux encore) ma classe renversée collaborative et autonome, voici sur quoi je me suis attardé pendant ces trois semaines (sans ordre particulier).

  • J’ai éliminé les pupitres en rang d’oignon au profit d’ilot.
  • J’ai formé des équipes de travail.
  • Il fallait aussi trouver comment faire des capsules, comment les diffuser et aussi en produire quelques-unes.
  • J’ai présenté la chaine YouTube et le canal iTunes aux élèves afin d’avoir un peu de rétroaction.
  • Nous avons revisité le fonctionnement coopératif.
  • Et aussi effectuer des tâches nécessitant la coopération.
  • J’ai adapté une politique sur l’utilisation du wifi est des appareils mobiles (merci à Sébastien Stasse).
  • J’ai placé les élèves en situation de coconstruction sans l’utilisation d’outil technologique.
  • Je me suis débarrassé de mon bureau de prof.
  • J’ai ajouté des ordinateurs dans la classe.
  • Laissez les élèves choisir les équipes de travail.
  • Annoncer que les appareils mobiles seraient dorénavant acceptés dans ma classe.
  • Prévoir les connexions wifi pour tous mes élèves.
  • Garder à l’esprit que la classe renversée ce n’est pas seulement visionner des vidéos.
  • Monter les plans de travail.
  • Réfléchir à un moyen de permettre à l’élève de garder des traces des visionnements.
  • Garder le sourire.

Cette liste n’est pas exhaustive, mais je voulais simplement la partager, au cas où l’aventure vous tenterait!

Auteur :
• 27 mars 2012

La fin de la troisième semaine arrive à grands pas et voici quelques statistiques concernant la technologie et mes élèves.

Petit rappel, une des contraintes au départ était de permettre à l’élève d’utiliser sa propre technologie afin de visionner les capsules vidéo. Une autre contrainte était de permettre le visionnement sans connexion internet. C’est pourquoi le contenu vidéo est accessible à partir d’une chaîne YouTube et un site sous WordPress. De plus, le site sous WordPress est conjugué avec Podpress, qui permet au contenu d’être accessible via iTunes et rejoindre beaucoup d’appareils mobiles.

Voici donc quelques statistiques recueillies.

1 – Quelle est votre source privilégiée pour les capsules vidéo?

Le % de flip.tuxi.ca (qui est mon site sous WordPress+Podpress) est de 2%

2 – Quelle est votre endroit privilégiée pour visionner les capsules vidéo?

Le % pour l’école est de 4,1%

Le % pour l’autobus est de 2%

3 – Quelle est votre appareil privilégiée pour visionner les capsules vidéo?

Le % pour l’ultra-portable est de 4,1%

Le % pour la tablette est de 6,1%

Dans un prochain billet, mon approche pédagogique.

Auteur :
• 21 mars 2012

En attendant un billet sur ma classe renversée, voici une photo d’un îlot de travail ce matin.

Catégorie : Classe renversée, TIC | Tags : , , ,  | Les commentaires sont désactivés
Auteur :
• 19 mars 2012

Ce matin j’entreprends ma deuxième semaine de classe renversée (en anglais, la flip classroom). Plusieurs mises au point ont déjà été faites depuis l’annonce du concept aux élèves la semaine dernière. Mais mettre en place ce concept pédagogique a nécessité quelques semaines de préparation. J’ai opté pour la transition, faire de petits changements qui ont pu sembler, au cours de ces semaines, anodins pour mes élèves et qui placé bout à bout nous ont conduit là où l’on désirait être. Comme la préparation de vidéos de présentant des concepts antérieur comme appui à l’élève.

Donc, beaucoup de préparation. Pédagogique dans un premier temps, le concept est assez simple et peut se résumer à renverser l’ordre des choses : on voit les concepts à la maison (via des capsules vidéo, des balados ou bien d’autres matériels de confrère) et l’on fait les devoirs à la maison. C’est donc utiliser le temps en classe afin de travailler avec l’élève les tâches complexes, au moment où je peux le plus l’aider. Aussi beaucoup de lecture, mais malheureusement les informations, les partages de connaissances et d’expérimentations sont très rares dans la langue de Molière et cela a nui à la fluidité de mes lectures. Je vous présenterai plus précisément mon approche pédagogique dans un prochain billet.

Une préparation aussi technologique. Beaucoup d’expérimentation sur des outils permettant de capter ma parole et ce qui se passe sur le TNi, mon ardoise tactile ou mon portable. L’idée était également de permettre à l’élève d’utiliser la technologie qu’il possède déjà, via les appareils mobiles en sa possession. Création d’un site avec les capsules vidéo que je réalise, une chaîne YouTube ainsi qu’une présence dans iTunes avec le même contenu. À cela s’ajoute deux ordinateurs en classe, l’ouverture du wifi, de même qu’une politique à propos de l’utilisation en classe de l’internet sur la technologie appartenant aux élèves. Je crois que je devrai faire aussi un billet concernant mes choix technologiques.

Un autre changement qui peut aussi sembler mineur, c’est de ne plus avoir de bureau de prof, pour ne pas être devant les élèves, mais avec les élèves. J’aime bien la phrase suivante en anglais et j’aimerais bien en trouver une aussi punchée en français : « I’m not de sage on the stage, but de guide on the side« .

Pour information, j’utilise le mot-clic #Classe_renversée dans Twitter et la communauté anglophone utilise #flipclass. Il y a d’ailleurs un clavardage sur le sujet le lundi soir à 20h.

Je vous laisse sur deux articles en français concernant la classe renversée ainsi qu’une vidéo sur le même sujet.

Et l’expérience d’un enseignant de chimie.