Auteur :
• 30 octobre 2010

Depuis quelques semaines je m’intéresse un peu plus à la plateforme de Launchpad, là où semble s’opérer le développement d’une grande quantité d’application libre (souvent orienter Ubuntu, mais pas obligatoirement). Le bricoleur que je suis s’était mis en tête de savoir comment fonctionnent les fameux ppa (Personal Package Archive).

Si je voulais expérimenter un ppa, il me fallait donc un paquet logiciel à partager. Tant qu’à y aller, autant y aller avec une application qui n’est pas présente dans un autre dépôt (vous pouvez briser mon rêve en me disant qu’il y en avait déjà un).

Mon choix c’est porté sur Xsshfs, une petite application développée en Perl appuyée par une interface graphique GTK Glade. Xsshfs permet donc graphiquement de monter un répertoire distant en utilisant sshfs, un ssh utilisant un système de fichier. C’est un truc que j’utilise tous les jours afin d’accéder à mes fichiers distants.

J’ai donc récupéré les sources pour bâtir un paquet Maverick, créer un ppa et finalement le téléverser dans celui-ci.

D’ordinaire je n’aurai pas écrit un billet à propos de cette expérimentation personnelle, puisque je n’ai que suivi des tutoriels la pluspart du temps, avec une petite dose de casse-tête, mais bon, c’est cela apprendre. Mais voilà que depuis quelques jours, le site de téléchargement d’origine du développeur n’est plus disponible à partir d’ici.

Et voilà, mon ppa vient donc de trouver une utilité.

Les manipulations qui suivent nécessitent des manipulations à effectuer avec des droits superutilisateurs (root) dont le mauvais usage peut engendrer des effets néfastes pour votre système. Je ne suis donc pas responsable de vos erreurs. C’est un ppa expérimental!

Pour installer Xsshfs, il faut ajouter le ppa du profnoel:

sudo apt-add-repository ppa:profnoel/xsshfs

On met à jour la liste des dépôts et on installe

sudo apt-get update
sudo apt-get install xsshfs

Et voilà ma petite contribution au libre.

Pour télécharger Xsshfs pour d’autres distributions: http://xsshfs.zici.fr/telechargement

Catégorie : libre, ubuntu | Tags : , , , , , ,  | 8 commentaires
Auteur :
• 29 octobre 2010

Z’avez vu la dernière pub?

Voici un petit clip qui a été présenté plus tôt cette semaine au sommet des développeurs Ubuntu.

Lien vers le vidéo (si vous visionner à partir du planet-ubuntu francophone).

Catégorie : ubuntu | Tags : , , ,  | 22 commentaires
Auteur :
• 24 octobre 2010

Si vous faites une petite recherche dans la logithèque Ubuntu, vous remarquerez qu’une application propriétaire ET payante, un jeu dans notre cas, y a été ajoutée.



Je ne suis pas un « libre à tout prix », mais j’ignore encore si je dois m’en réjouir ou pleurer…. Chose certaine, c’est à suivre avec intérêt.

Et vous?

p.s. Stéphane Sébastien a essayé le jeu.

Catégorie : ubuntu | Tags : , , , ,  | 27 commentaires
Auteur :
• 20 octobre 2010

Voici un petit hack permettant d’ajouter votre propre réducteur d’URL à la liste déjà présente dans Gwibber. Le but étant seulement d’utiliser votre propre réducteur, ou simplement d’en utiliser un alternatif.

La méthode qui suit a été testée sur le réducteur utilisant lilURL, un clone libre de TinyURL. Personnellement, j’ai installé mon propre réducteur et j’ai choisi Bilbolinks, qui utilise cette même bibliothèque. Ce qui nous intéresse sera d’appeler l’API de notre réducteur à partir de Gwibber. L’API de lilURL et de Bilbolinks est de la forme:

/api.php?longurl=http://www.uneurltrestreslongue.com

Puisque mon réducteur n’est pas encore public, j’ai fait une courte recherche et j’ai trouvé un réducteur qui utilise le Bilbolinks et qui fera l’affaire pour notre exemple http://joo.li.

Les manipulations qui suivent nécessitent des manipulations à effectuer avec des droits superutilisateurs (root) dont le mauvais usage peut engendrer des effets néfastes pour votre système. Je ne suis donc pas responsable de vos erreurs

Nous allons nous déplacer dans le répertoire qui gère les réducteurs.

cd /usr/share/pyshared/gwibber/microblog/urlshorter

Et nous allons créer un fichier de configuration nommé jooli.py

sudo nano jooli.py

Que nous allons renseigner comme suit (remplacer joo.li par votre réducteur (3x)) :

import urllib2

PROTOCOL_INFO = {

  "name": "joo.li",
  "version": 0.1,
  "fqdn" : "http://joo.li",

}

class URLShorter:

  def short(self, text):
    short = urllib2.urlopen("http://joo.li/api.php?longurl=%s" % urllib2.quote(text)).read()
    return short

Ensuite on doit modifier le fichier __init__.py

sudo nano __init__.py

en ajoutant:

@import jooli

Et dans la commande PROTOCOLS

"joo.li": jooli,

Ce qui donnerait au final:

import cligs, isgd, tinyurlcom, ur1ca
#import snipurlcom, zima
import jooli

PROTOCOLS = {
  "cli.gs": cligs,
  "is.gd": isgd,
  #"snipurl.com": snipurlcom,
  "tinyurl.com": tinyurlcom,
  "joo.li": jooli,
  "ur1.ca": ur1ca,
  #"zi.ma": zima,
}

On enregistre et il nous reste plus qu’à créer un lien symbolique vers notre nouveau fichier jooli.py

cd /usr/lib/python2.6/dist-packages/gwibber/microblog/urlshorter
sudo ln -s /usr/share/pyshared/gwibber/microblog/urlshorter/jooli.py

Voilà on redémarre Gwiber, et on choisit notre nouveau réducteur dans les préférences.

Pour info, le hack est le fruit d’une conversation dans #ubuntu-qc entre moi et @deuxpi.

Ma version de Gwibber est 2.32.0.1

Auteur :
• 18 octobre 2010

Pratiquement dix jours après la sortie d’Ubuntu 10.10, les développeurs de Canonical ont annoncé l’activation des dépôts Natty Narwhal. La prochaine version d’Ubuntu qui sera lancée en avril 2011, succèdera à Maverick Meerkat.

Comme on pouvait s’y attendre, les dépôts d’Ubuntu 11.04 incluent très peu de modifications par rapport à ceux de Meerkat Maverick. Pour l’instant, la seule différence notable est l’inclusion du jeu de compilateur GNU GCC 4.5 au lieu de la version 4.4 utilisée dans Lynx et Maverick.

Précisément parce qu’il y a une transition vers GCC 4.5 la compilation de plusieurs paquets risque d’entraîner quelques erreurs, de sorte que, au moins dans les premières semaines de vie, les dépôts d’Ubuntu Natty Narwhal risquent d’être instables.

On en sait peu sur les fonctionnalités qui caractériseront Ubuntu 11.04. L’orientation que prendra la distribution se décidera au prochain sommet des développeurs Ubuntu (Ubuntu 11.04 Developer Summit) qui se tiendra à Orlando du  25 au 29 octobre.

L’arrivée de GNOME 3, l’intégration avec les services liés à Ubuntu One, l’élimination de la zone de notification et l’introduction de la barre de menu globale sont quelques-uns des aspects les plus probables (lire ici machine à rumeur) sur lesquels les développeurs devront discuter.

Note: L’image est sous licence CC by-nc-sa

Catégorie : libre, ubuntu | Tags : , , , , ,  | 7 commentaires
Auteur :
• 17 octobre 2010

Vous connaissez déjà sans doute le live cd, outil permettant d’essayer GNU/Linux dans votre ordinateur sans rien changer.

Mais puisque Edubuntu est livré dans un DVD, l’expérimenter peut aussi devenir une tâche longue.

Et bien si vous avez un ordinateur dans lequel Java est installé (Linux, MacOS X, Solaris or Windows), il est maintenant possible d’essayer la dernière version d’Edubuntu, la version éducative d’Ubuntu, directement dans le web, sans rien installer ou télécharger dans votre ordinateur. Afin de pouvoir expérimenter Edubuntu pendant 2 heures, il suffit simplement de suivre le lien suivant:

La session est à la base dans une machine virtuelle utilisant la dernière version stable instalée dans un serveur dédié (situé à Frankfurt en Allemagne). Afin de conserver une certaine fluidité, un maximum de 10 utilisateurs peuvent utiliser simultanément le weblive.

L’opérateur du serveur, Stéphane Graber, prépare la transition vers Natty Narwhal dès qu’une version suffisamment stable est disponible.

Note. Remarquer que dans mon cas, j’ai eu à installer (c’est automatique) un applet java (NX Web Companion) afin de pouvoir me connecter

Lien direct: http://www.edubuntu.org/vmmanager.

Auteur :
• 15 octobre 2010

J’aurais aimé intituler ce billet: « Constante évolution » mais il n’aurait pas été fidèle au contenu principal de ce billet, l’Installation du pilote Wizardpen. Le pilote Wizardpen permet de faire fonctionner adéquatement les tablettes graphiques USB.

Mardi dernier je tentais l’installation d’une tablette graphique afin d’expérimenter un projet scolaire. Je n’avais jamais installé (ni même manipulé) une telle tablette. Bref, l’installation échoue, et par manque de temps, je ne cherche pas vraiment plus loin. Voilà qu’aujourd’hui, je décide de récidiver pendant la pause du midi avec mon ordinateur portable. Cinq minutes plus tard, la tablette fonctionne!

Pourtant, c’était la même manipulation. Mais bon, c’est la vie, et quand ça fonctionne,on  ne cherche pas toujours à comprendre :).
Mais voilà que ce soir, à la lecture de mes fils RSS, je découvre que plus tôt ce matin, le mainteneur du paquet a tout simplement mis à jour son dépôt afin que le pilote fonctionne correctement avec Maverick.

Les manipulations qui suivent nécessitent des manipulations à effectuer avec des droits superutilisateurs (root) dont le mauvais usage peut engendrer des effets néfastes pour votre système. Je ne suis donc pas responsable de vos erreurs

Donc pour faire fonctionner une tablette graphique qui n’est pas reconnue nativement (par exemple KYE, Trust, AceCad Flair, UC-Logic, Genius Pen, SuperPen etc), on doit d’abord installer le dépôt du pilote Wizardpen.

On ajoute le dépot suivant:

sudo add-apt-repository ppa:doctormo/xorg-wizardpen

On met à jour les dépots:

sudo apt-get update

Et on installe le pilote:

sudo apt-get install xserver-xorg-input-wizardpen

Voilà c’est terminé, au redémarrage, votre tablette fonctionne.

Pour une liste des tablettes réputées fonctionner avec le pilote, il y a une liste au début de cette documentation.

Constante évolution? Ça vaut la peine de jeter un coup d’oeil à l’ancienne documentation….

Bon dessin!

Auteur :
• 15 octobre 2010

Si vous désirez expérimenter la version de Firefox 4.0 beta 8 pre dans votre Ubuntu, il est possible de l’installer via les dépôts de développement quotidien (daily build).
C’est vraiment pour expérimenter la vitesse que j’en ai fait l’installation. Avec une interface en anglais et des plug-ins qui ne sont pas encore pleinement compatibles, nous sommes encore loin d’une utilisation grand public.
Mais si comme moi, vous voulez simplement suivre le projet au jour le jour, afin de suivre son évolution, je vous invite à faire ce qui suit :

Les manipulations qui suivent nécessitent des manipulations à effectuer avec des droits superutilisateurs (root) dont le mauvais usage peut engendrer des effets néfastes pour votre système. De plus les dépôts de développement quotidien (daily build) peuvent être instable, je ne suis donc pas responsable de vos erreurs.

On ajoute le dépot de développement quotidien suivant:

sudo add-apt-repository ppa:ubuntu-mozilla-daily/ppa

On met à jour les dépots:

sudo apt-get update

Et on installe Firefox

sudo apt-get install firefox-4.0

Bon champs de mine……

Catégorie : libre, ubuntu | Tags : , , , , ,  | 8 commentaires