Auteur :
• 17 juillet 2005
closeCet article a été publié il y a 11 ans 4 mois 26 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Cette semaine j’étais à l’extérieur du RDS (Royaume Du Saguenay) en visite chez mon BFL (Beau-Frère de Laval) et en ouvrant mon portable j’ai pu accéder à deux réseaux domestiques sans fil non-cryptés.

Je m’interroge.

Que dit l’étiquette à ce propos? Est-ce une invitation à un partage du lien internet? Dans ce cas pouvons-nous nous connecter sans tracas?

Be Sociable, Share!
Catégorie: General
Vous pouvez suivre toutes les réponses à à ce billet via le flux RSS 2.0. Les commentaires et la notification par ping sont désactivés.

5 réponses

  1. 1
    Sacco 

    Je n’ai pas encore de réseau sans fil dans mon humble demeure (bientôt, avec l’achat imminent de mon powerbook 😉 ), mais je me pose une question en ce sens que peut-être vous pourrez m’aider ? mieux comprendre. Quel tort peut-il y avoir ? utiliser le réseau de quelque d’autre ou même ? ce que quelqu’un utilise mon (éventuel) réseau?

    J’utilise Internet tous les jours de la semaine (les trois plus vieux ainsi que ma conjointe font de même — sans compter une importante utilisation de skype) et n’ai jamais même passé près d’atteindre mes quotas (sans compter l’existence de forfaits illimités).

    Y a-t-il véritablement un risque que quelqu’un se mette en face de chez moi et télécharge suffisamment d’information pour que cela me pose un réel préjudice? Et dans le cas contraire, pourquoi cela devrait-il me déranger qu’un quidam emprunte mon réseau pendant quelques minutes? Bien sûr, si j’habitais près d’un café et que tous ses clients en profitent pour vérifier leurs courriels, je conçois bien que la chose pourrait poser problème. Mais dans le cas contraire…

    À moins qu’il y ait un risque en terme de sécurité qui m’échappe, je ne vois tout simplement pas pourquoi la chose devrait m’inquiéter. Tant qu’? avoir un réseau… qu’il serve, non?

  2. 2
    Louis 

    Les gens de Laval semblent généreux. Je pense ? y redéménager. 🙂

  3. Je partage les mêmes inquiétudes et la même ignorance qu’Éric et Sacco. J’espère que quelqu’un pourra nous éclairer.

    Ce n’est que récemment que j’ai protégé ma borne Airport en la limitant ? un seul canal (le mien), par mesure présumée de sécurité. Et pourtant, elle peut desservir 10 canaux. Cela signifie que je prive 9 utilisateurs potentiels du service. Ai-je raison, ai-je tort ? Je suis dans le noir.

    Quand je vois les réseaux gratuits qui se développent dans plusieurs villes (voir le billet récent de Clément ? ce sujet : carnets.ixmedia.com/remol… je me demande si je ne devrais pas laisser ma borne ouverte.

  4. La mienne est ouverte. Tant mieux si elle peut servir un voisin. J’assume les autres risques… sans trop être en mesure de les évaluer, c’est vrai.

    J’invite Sylvain Carl ? intervenir ici dans les prochains jours. Il saura sans doute nous aider.

  5. J’imagine que l’on serait en droit de comparer l’accès ? un réseau sans-fil avec un terrain sans clôture : dans un petit village, dans des banlieux paisibles, il n’y a peut-être pas lieu de s’inquiéter outre mesure : le terrain ne sera pas piétiné ni abusé par trop de personne.

    Les clôtures apparaissent quand la loi tacite du respect de la propriété d’autrui n’est plus respectée par un nombre grandissant de passant.

    Donc si ma métaphore est juste, n’ayez pas peur de passer sur le terrain de quelqu’un d’autre, il n’y a pas de raison d’appliquer des règles de civilité urbaine moderne alors que nous sommes encore ? l’époque préhistoriques des chasseurs/cueilleurs.

    Les règlements arriveront bien assez vite, pour l’instant il n’y a pas de mal ? en profiter…