Archives du tag ◊ Du code ◊

Auteur :
• 20 octobre 2010

Voici un petit hack permettant d’ajouter votre propre réducteur d’URL à la liste déjà présente dans Gwibber. Le but étant seulement d’utiliser votre propre réducteur, ou simplement d’en utiliser un alternatif.

La méthode qui suit a été testée sur le réducteur utilisant lilURL, un clone libre de TinyURL. Personnellement, j’ai installé mon propre réducteur et j’ai choisi Bilbolinks, qui utilise cette même bibliothèque. Ce qui nous intéresse sera d’appeler l’API de notre réducteur à partir de Gwibber. L’API de lilURL et de Bilbolinks est de la forme:

/api.php?longurl=http://www.uneurltrestreslongue.com

Puisque mon réducteur n’est pas encore public, j’ai fait une courte recherche et j’ai trouvé un réducteur qui utilise le Bilbolinks et qui fera l’affaire pour notre exemple http://joo.li.

Les manipulations qui suivent nécessitent des manipulations à effectuer avec des droits superutilisateurs (root) dont le mauvais usage peut engendrer des effets néfastes pour votre système. Je ne suis donc pas responsable de vos erreurs

Nous allons nous déplacer dans le répertoire qui gère les réducteurs.

cd /usr/share/pyshared/gwibber/microblog/urlshorter

Et nous allons créer un fichier de configuration nommé jooli.py

sudo nano jooli.py

Que nous allons renseigner comme suit (remplacer joo.li par votre réducteur (3x)) :

import urllib2

PROTOCOL_INFO = {

  "name": "joo.li",
  "version": 0.1,
  "fqdn" : "http://joo.li",

}

class URLShorter:

  def short(self, text):
    short = urllib2.urlopen("http://joo.li/api.php?longurl=%s" % urllib2.quote(text)).read()
    return short

Ensuite on doit modifier le fichier __init__.py

sudo nano __init__.py

en ajoutant:

@import jooli

Et dans la commande PROTOCOLS

"joo.li": jooli,

Ce qui donnerait au final:

import cligs, isgd, tinyurlcom, ur1ca
#import snipurlcom, zima
import jooli

PROTOCOLS = {
  "cli.gs": cligs,
  "is.gd": isgd,
  #"snipurl.com": snipurlcom,
  "tinyurl.com": tinyurlcom,
  "joo.li": jooli,
  "ur1.ca": ur1ca,
  #"zi.ma": zima,
}

On enregistre et il nous reste plus qu’à créer un lien symbolique vers notre nouveau fichier jooli.py

cd /usr/lib/python2.6/dist-packages/gwibber/microblog/urlshorter
sudo ln -s /usr/share/pyshared/gwibber/microblog/urlshorter/jooli.py

Voilà on redémarre Gwiber, et on choisit notre nouveau réducteur dans les préférences.

Pour info, le hack est le fruit d’une conversation dans #ubuntu-qc entre moi et @deuxpi.

Ma version de Gwibber est 2.32.0.1

Auteur :
• 20 septembre 2010

IconitoPetite découverte de la soirée, que je vais expérimenter prochainement dans mon serveur. Il s’agit d’un espace numérique de travail (cyberapprentissage) qui me semble bien intéressant. Il s’agit d’Iconico école numérique.

C’est tout d’abord une application web (nécessitant un serveur LAMP)  à destination de tous les usagers du système scolaire et de ses partenaires éducatifs de proximité. Sous licence libre LPGL, cette application web offre l’utilisation d’un courriel sécurisé, d’une gestion personnelle de documents, d’un annuaire global, d’un album photo ou encore d’un cahier de textes.
De plus on peut créer afin de favoriser un travail collaboratif, des groupes de travail allant jusqu’à la publication d’un blogue personnalisé accessible depuis internet.

Puisque c’est toujours intéressant de voir, voici un lien vers une page de démonstration.

La page web du projet.

Le téléchargement

Et un guide d’installation.

On s’en reparle.

Auteur :
• 18 septembre 2010

SquidJe travaille depuis quelques jours à remonter mon serveur sous 10.04.1 et voilà que je me bats avec le fichier configuration de Squid. Avec ses 4926 lignes pour un fichier de 164,5 Kio, nous sommes plus près d’un manuel d’utilisation qu’un fichier de configuration. J’ai découvert une astuce afin de se débarrasser des lignes commentées en ligne de commande (puisqu’il n’y a pas d’environnement graphique).

Puisque dans notre exemple les lignes commentées débutent par un dièse:

#    WELCOME TO SQUID 2.7.STABLE3
#    ----------------------------
#

Il suffit donc de balancer tout ce qui suit ce symbole. Dans un terminal, à partir du dossier où se trouve le fichier de configuration (dans mon cas squid.conf), on s’assure d’abord de préserver le fichier d’origine en le renommant.

En mode super-utilisateur:

mv squid.conf squid.conf.bak

Ensuite on épure le fichier.

cat squid.conf.bak | egrep -v -e '^[:blank:]*#|^$' > squid.conf

Voilà, plus que 50 lignes, et un mal de tête en moins.

Note sur Squid 2.7.STABLE3 et Lucid Lynx

Sous Ubuntu 10.04.1, j’ai remarqué que pour arrêter ou démarrer Squid, les commandes suivantes ne semblent plus fonctionner.

sudo /etc/init.d/squid start
sudo /etc/init.d/squid stop

On obtient le message suivant:

Rather than invoking init scripts through /etc/init.d, use the service(8)
utility, e.g. service squid start
Since the script you are attempting to invoke has been converted to an
Upstart job, you may also use the start(8) utility, e.g. start squid

Pour démarrer Squid, je passe en super utilisateur

sudo su

Pour ensuite démarrer la bête.

sudo service squid start

Esct-ce  particulier à la 10.04.1 cette nouvelle façon de faire?

Source

Auteur :
• 12 septembre 2010
waves

waves

Antérieurement dans Ubuntu, il était possible de changer le thème de l’écran de déverrouillage de l’économiseur d’écran en utilisant un fichier ayant l’extension .glade.
Du moins, c’est ce que je faisais à l’époque en utilisant, par exemple, le thème Curves que je récupérais dans gnome-look.org. Ce matin en réactivant le verrouillage de l’écran lorsque l’économinseur d’écran est activé, j’ai réalisé que les fichiers .glade n’étaient plus pris en compte.

Il semble que depuis Karmic Koala, l’utilitaire screen-locking, utilise les fichiers de configuration .ui de gtkbuilder. Voici donc comment procéder, afin d’installer un nouveau thème ( .ui ou .glade).

Installer un thème de déverrouillage avec une extension .ui

Les nouveaux thèmes de déverrouillage utilisent l’extension .ui, voici les étapes d’installation.

1- On décompresse l’archive et on déplace ensuite son contenu dans /usr/share/gnome-screensaver/. On peut ouvrir le dossier avec les droits d’administrateur avec la commande:

gksudo nautilus /usr/share/gnome-screensaver/

2- On ouvre l’utilitaire de configuration. Dans un terminal on tape:

gconf-editor

3- On se déplace ensuite dans apps -> gnome-screensaver, et on renseigne lock_dialog_theme avec le nom du thème que l’on vient d’installer.

Installer un thème de déverrouillage avec une extension .glade

Les anciens thèmes de déverrouillage utilisent l’extension .glade, voici les étapes d’installation.

1- On décompresse l’archive.

2- Dans un terminal, on se déplace dans le dossier où l’archive a été décompressée.

3- Dans le terminal, on lance l’outil de conversion, il se peut que vous deviez installer cet outil (libgtk2.0-dev).

gtk-builder-convert -w nom_du_heme.glade nom_du_heme.ui

4- On déplace ensuite tous les fichiers du thème (même celui avec l’extension .gtkrc qui n’a pas été modifié) dans /usr/share/gnome-screensaver/. On peut ouvrir le dossier avec les droits d’administrateur avec la commande:

gksudo nautilus /usr/share/gnome-screensaver/

5- On ouvre l’utilitaire de configuration.
Dans un terminal

gconf-editor

6- On se déplace ensuite dans apps -> gnome-screensaver, et on renseigne lock_dialog_theme avec le nom du thème que l’on vient d’installer.

Voilà

Auteur :
• 4 octobre 2009

Le billet aurait également pu avoir comme titre : Radio-Canada et firefox 3.5. Mais  puisque la version de firefox livré avec Karmic Koala est la 3.5, je me suis permis ce raccourci.

Les techniques antérieures consistaient, afin d’avoir accès à la zone vidéo de RC, d’enlever le plugin totem (totem-mozilla) et d’ajouter les plugins vlc (mozilla-plugin-vlc) et mplayer (mozilla-mplayer).

Pour la version 3.5 de firefox, il n’est pas nécessaire d’enlever le plugin totem, le simple ajout d’un plugin mplayer fera l’affaire. Si vous désirez installer le plugin mozilla-mplayer, cela entrainera l’installation de la version 3 de firefox. Si vous ne désirez pas avoir également la version 3, il faut installer le nouveau plugin mplayer: gecko-mediaplayer.

sudo apt-get install gecko-mediaplayer

C’est ce qui explique pourquoi ceux qui ont fait une mise à jour via le web, se sont retrouvés avec les versions 3 et 3.5 de firefox.

Auteur :
• 9 mai 2009

Voici comment installer la dernière version d’OpenOffice 3,1 (amélioration entre autres du travail collaboratif) dans votre Ubuntu. Dans ce billet on y parle des nouvelles fonctionnalités.

Ils faut par contre passer par les dépôts semi-officiels de l’équipe Scribbers.

Avertissement: les manipulations qui suivent nécessitent des manipulations à effectuer avec des droits superutilisateurs (root) dont le mauvais usage peut engendrer des effets néfastes pour votre système. Je ne suis donc pas responsable de vos erreurs.

La méthode suivante est à privilégier si vous utilisé Jaunty, Intrepid ou Hardy.

On choisit Système -> Administration -> Sources de logiciels

Et dans Logiciels de tierces parties on ajoute pour Jaunty:

deb http://ppa.launchpad.net/openoffice-pkgs/ppa/ubuntu jaunty main

Et ensuite on tappe dans une console, afin d’ajouter la clé:

wget -q 'http://keyserver.ubuntu.com:11371/pks/lookup?op=get&search=0x60D11217247D1CFF' -O- | sudo apt-key add -

Et on effectue la mise à jour:

sudo aptitude update && sudo aptitude full-upgrade -y

Voilà c’est terminé!


Si vous n’utilisez pas Jaunty, Intrepid ou Hardy (ou que vous n’utilisez pas les dépôts), voici comment installer la 3.1 sans les dépôts.

On doit s’assurer de désinstaller la version 3.0.1,

Dans un terminal on tape:

sudo apt-get remove openoffice.org-common

(note: on peut aussi faire sudo apt-get remove openoffice*.* qui est un peu plus brutal et moins élégant) <- vraiment pas à essayer!

Pour que la nouvelle version soit entièrement fonctionnelle (pour certaines fonctions avancées, mais ça fonctionne aussi sans), on se doit d’installer un Java run time environnement.

sudo apt-get install sun-java6-jre sun-java6-plugin sun-java6-fonts

Ensuite téléchargeons OpenOffice 3.1 (Université de Sherbrooke)

wget http://gulus.usherbrooke.ca/pub/appl/openoffice/localized/fr/3.1.0/OOo_3.1.0_LinuxIntel_install_fr_deb.tar.gz

On décompresse

tar -xvzf OOo_3.1.0_LinuxIntel_install_fr_deb.tar.gz

On se positionne dans le bon répertoire

cd OOO310_m11_native_packed-4_fr.9399/DEBS/

Et on installe

sudo dpkg -i *.deb

Maintenant il faut installer les menus et les correspondances

cd desktop-integration
sudo dpkg -i *.deb

Voilà c’est terminé. On peut faire un peu de ménage.

rm -r ~/OOO310_m11_native_packed-4_fr.9399
cd
rm OOo_3.1.0_LinuxIntel_install_fr_deb.tar.gz

Bonne version 3.1 !

MAJ 9 mai 17h57

  • Il semble que dans l’installation via les dépôts il y ait une difficulté concernant la francisation. Soyons patient.
  • Dans l’installation via l’archive, la francisation semble correcte.
  • Si vous obtenez un plantage systématique à l’ouverture dOpenOffice, effacez le répertoire .openoffice.org dans votre dossier personnel.

MAJ 18 mai 12h20

Il semble que les dépôts ne soient pas pressés de nous donner la version française. J’ai fini par ne plus être patient. Si la version francophone est primordiale pour vous, avant de repasser à la 3.0 vous pouvez télécharger la paquet de francisation de Debian et l’installer (dans le cas bien sur où vous avez installer OOo via les  dépôts semi-officiels de l’équipe Scribbers):

openoffice.org-l10n-fr_3.1.0-1_all.deb

C’est bien sur à titre expérimental, je viens de le faire et cela semble stable.

Auteur :
• 2 mars 2009

3333643Pour faire suite à ce billet (et à la discussion qui a suivi), à propos de l’utilisation du SSH comme serveur SOCKS4, afin de naviguer un peu plus sécuritairement, voici quelques astuces supplémentaires quant à son utilisation.

Tout d’abord, le port d’écoute par défaut d’un serveur ssh est le port 22. Mais ce n’est pas un absolu. On peut indiquer à notre serveur, d’écouter sur un autre port, ou bien sur plusieurs ports à la fois. Un port intéressant à choisir est le 443.

Pourquoi ce port? Tout simplement parce que c’est le port par défaut du web sécurisé (HTTP interroge sur le port 80 et HTTPS sur le port 443).  Donc si le café bloque tous les ports à l’exception de ceux destinés au web (80 et 443), personne ne sera étonné d’avoir un flux crypté (notre connexion ssh) sur le port 443.

Alors, comment faire? Tout d’abord, on présume qu’un serveur ssh est déjà installé dans votre ordinateur à la maison, si ce n’est déjà fait, voici la commande à écrire dans un terminal:

sudo apt-get install openssh-server

Ensuite on doit indiquer à notre serveur ssh d’écouter sur un autre port. Dans un terminal:

sudo gedit /etc/ssh/sshd_config

On recherche

# What ports, IPs and protocols we listen for
Port 22

Et on écrit sous Port 22, Port 443. Ce qui donne:

# What ports, IPs and protocols we listen for
Port 22
Port 443

On enregistre et on redémarre le serveur ssh

sudo /etc/init.d/ssh restart

On peut donc maintenant refaire l’astuce avec la commande:

ssh -D1111 -p443 username@hostname

Avec un serveur mandataire.

Que faire maintenant si tout le trafique internet est filtré par un serveur mandataire (proxy)? Disons que l’on veuille accéder à notre compte bancaire et tout le trafic est filtré par un ordinateur que nous ne contrôlons pas.

Prenons le cas d’un serveur mandataire fonctionnant sous squid. Par défaut l’adresse d’écoute de serveur est le 3128 et le nom du mandataire est proxy.local.

Il faut maintenant installer une application qui nous permettra de passer notre connexion ssh à travers le serveur mandataire. On installe corksrew

sudo apt-get install corkscrew

On peut donc maintenant refaire l’astuce avec la commande dans un terminal:

ssh -D1111 -p443 username@hostname -o"ProxyCommand corkscrew proxy.local 3128 %h %p"

Et si le mandataire nécessite un login et un mot de passe:

ssh -D1111 -p443 username@hostname -o"ProxyCommand corkscrew proxy.local 3128 %h %p login motdepasse"

Ne pas oublier de laisser la fenêtre ouverte et de renseigner Firefox (Édition -> Préférences -> Avancé -> Réseau -> Paramètres) afin qu’il utilise un proxy de type SOCKS ayant comme nom d’hôte localhost sur le port 1111.

Cette astuce permettrait même de naviguer dans des sites interdits par le serveur mandataire, il ne pourrait pas filtrer votre trafic, puisqu’il serait crypté et sur le port 443, ce qui serait normal pour lui après tout!

Auteur :
• 14 novembre 2008

Édit 20 novembre

Puisqu’il est toujours avantageux d’utiliser les dépôts (mise à jour automatique, etc.), voici comment installer OpenOffice 3 de cette façon.

On choisit Système -> Administration -> Sources de logiciels

Et dans Logiciels de tierces parties on ajoute:

deb http://ppa.launchpad.net/openoffice-pkgs/ubuntu intrepid main

Et ensuite on tappe dans une console:

sudo aptitude update && sudo aptitude full-upgrade -y

Pour Hardy Heron c’est ici.

Je sais, certain dirons que je me suis auto copié/collé, mais voici en quelques étapes faciles l’installation de la dernière mouture d’OpenOffice dans notre Intrepid Ibex 8.10 (et oui, ce sont les mêmes que pour Hardy Heron, un gros titre, il n’y a rien de mieux pour régler les questions…).

On doit s’assurer de désinstaller la version 2.4,

Dans un terminal on tape:

sudo apt-get remove openoffice.org-common

(note: on peut aussi faire sudo apt-get remove openoffice*.* qui est un peu plus brutal et moins élégant)

Pour que la nouvelle version soit entièrement fonctionnelle (pour certaines fonctions avancées, mais ça fonctionne aussi sans), on se doit d’installer un Java run time environnement.

sudo apt-get install sun-java6-jre sun-java6-plugin sun-java6-fonts

Ensuite téléchargeons OpenOffice 3.0.0 (Université de Sherbrooke)

wget http://gulus.usherbrooke.ca/pub/appl/openoffice/localized/fr/3.0.0/OOo_3.0.0_LinuxIntel_install_fr_deb.tar.gz

On décompresse

tar -xvzf OOo_3.0.0_LinuxIntel_install_fr_deb.tar.gz

On se positionne dans le bon répertoire

cd OOO300_m9_native_packed-1_fr.9358/DEBS/

Et on installe

sudo dpkg -i *.deb

Maintenant il faut installer les menus et les correspondances

cd desktop-integration
sudo dpkg -i *.deb

Voilà c’est terminé. On peut faire un peu de ménage.

rm -r ~/OOO300_m9_native_packed-1_fr.9358
cd
rm OOo_3.0.0_LinuxIntel_install_fr_deb.tar.gz

Bonne version 3.0.0 !

Page 1 sur 212