Archives du tag ◊ je partage ◊

Auteur :
• 26 mai 2009

Happy Birthday to ME!Il y a exactement 4 ans, j’écrivais mon tout premier billet intitulé : « 5 ans déjà..« . J’aurai donc pu intituler le billet présent : « 4 ans déjà de puis le 5 ans déjà » ou plus simplement « déjà 9 ans, je l’ai dit il y a 4 ans ».

Finalement, je n’ai rien a dire aujourd’hui, je voulais juste m’autosouhaiter bonne fête et vous remercier tous de me lire et de me commenter!

Mais pour être franc, le cybercarnet du ProfNoël s’appelait autrement lors de cette première journée (et uniquement cette journée au fait), puisque Google est votre ami, que fut ce nom de blogue qui a eu comme qualité l’éphémérité d’un seul jour?

Auteur :
• 9 mai 2009

Voici comment installer la dernière version d’OpenOffice 3,1 (amélioration entre autres du travail collaboratif) dans votre Ubuntu. Dans ce billet on y parle des nouvelles fonctionnalités.

Ils faut par contre passer par les dépôts semi-officiels de l’équipe Scribbers.

Avertissement: les manipulations qui suivent nécessitent des manipulations à effectuer avec des droits superutilisateurs (root) dont le mauvais usage peut engendrer des effets néfastes pour votre système. Je ne suis donc pas responsable de vos erreurs.

La méthode suivante est à privilégier si vous utilisé Jaunty, Intrepid ou Hardy.

On choisit Système -> Administration -> Sources de logiciels

Et dans Logiciels de tierces parties on ajoute pour Jaunty:

deb http://ppa.launchpad.net/openoffice-pkgs/ppa/ubuntu jaunty main

Et ensuite on tappe dans une console, afin d’ajouter la clé:

wget -q 'http://keyserver.ubuntu.com:11371/pks/lookup?op=get&search=0x60D11217247D1CFF' -O- | sudo apt-key add -

Et on effectue la mise à jour:

sudo aptitude update && sudo aptitude full-upgrade -y

Voilà c’est terminé!


Si vous n’utilisez pas Jaunty, Intrepid ou Hardy (ou que vous n’utilisez pas les dépôts), voici comment installer la 3.1 sans les dépôts.

On doit s’assurer de désinstaller la version 3.0.1,

Dans un terminal on tape:

sudo apt-get remove openoffice.org-common

(note: on peut aussi faire sudo apt-get remove openoffice*.* qui est un peu plus brutal et moins élégant) <- vraiment pas à essayer!

Pour que la nouvelle version soit entièrement fonctionnelle (pour certaines fonctions avancées, mais ça fonctionne aussi sans), on se doit d’installer un Java run time environnement.

sudo apt-get install sun-java6-jre sun-java6-plugin sun-java6-fonts

Ensuite téléchargeons OpenOffice 3.1 (Université de Sherbrooke)

wget http://gulus.usherbrooke.ca/pub/appl/openoffice/localized/fr/3.1.0/OOo_3.1.0_LinuxIntel_install_fr_deb.tar.gz

On décompresse

tar -xvzf OOo_3.1.0_LinuxIntel_install_fr_deb.tar.gz

On se positionne dans le bon répertoire

cd OOO310_m11_native_packed-4_fr.9399/DEBS/

Et on installe

sudo dpkg -i *.deb

Maintenant il faut installer les menus et les correspondances

cd desktop-integration
sudo dpkg -i *.deb

Voilà c’est terminé. On peut faire un peu de ménage.

rm -r ~/OOO310_m11_native_packed-4_fr.9399
cd
rm OOo_3.1.0_LinuxIntel_install_fr_deb.tar.gz

Bonne version 3.1 !

MAJ 9 mai 17h57

  • Il semble que dans l’installation via les dépôts il y ait une difficulté concernant la francisation. Soyons patient.
  • Dans l’installation via l’archive, la francisation semble correcte.
  • Si vous obtenez un plantage systématique à l’ouverture dOpenOffice, effacez le répertoire .openoffice.org dans votre dossier personnel.

MAJ 18 mai 12h20

Il semble que les dépôts ne soient pas pressés de nous donner la version française. J’ai fini par ne plus être patient. Si la version francophone est primordiale pour vous, avant de repasser à la 3.0 vous pouvez télécharger la paquet de francisation de Debian et l’installer (dans le cas bien sur où vous avez installer OOo via les  dépôts semi-officiels de l’équipe Scribbers):

openoffice.org-l10n-fr_3.1.0-1_all.deb

C’est bien sur à titre expérimental, je viens de le faire et cela semble stable.

Auteur :
• 24 avril 2009

Voici une petite « recette » que j’ai appliquée à mes installations Jaunty Jackalope afin de maximiser l’écoute de fichiers multimédias.

Bien sûr, cette liste répond à mes besoins, elle est donc discutable pour d’autres utilisateurs. Mais je me permets de la partager quand même.

On doit tout d’abord ajouter le dépôt Medibuntu à votre liste de dépôt. Il faut aller dans Système → Administration → Sources de mise à jour. Dans l’onglet Sources des mises à jour, on clique sur Ajouter

deb http://packages.medibuntu.org/ jaunty free non-free

Ensuite on ajoute la clé en tapant dans un terminal:

wget -q http://fr.packages.medibuntu.org/medibuntu-key.gpg -O- | sudo apt-key add -

Et on met à jour.

sudo apt-get update
sudo apt-get upgrade

L’installation des paquets maintenant.

Si vous planifiez configurer compiz, il faut installer compizconfig-settings-manager qui vous permettra de le faire.

sudo apt-get install compizconfig-settings-manager

Si vous avez quelques difficultés à configurer votre son, les deux paquets suivants m’ont été très utiles : asoundconf-gtk et alsa-oss .

sudo apt-get install asoundconf-gtk alsa-oss

Maintenant l’installation de plusieurs codecs incluant la lecture de DVD:

sudo apt-get install libasound2 libasound2-plugins padevchooser gstreamer0.10-pulseaudio ubuntu-restricted-extras w32codecs libavcodec52 winff libdvdcss2

Et puisque je fais un peu de montage audio, j’aime bien les lecteurs mplayer et vlc, audacity pour monter du son et avidemux par habitude :

sudo apt-get install mplayer vlc audacity avidemux

Bien sûr on peut tout installer en une seule étape :

sudo apt-get install compizconfig-settings-manager asoundconf-gtk alsa-oss libasound2 libasound2-plugins padevchooser gstreamer0.10-pulseaudio ubuntu-restricted-extras w32codecs mplayer vlc audacity libavcodec52 winff avidemux libdvdcss2

Voilà, c’est ma recette, elle discutable et surtout perfectible….

Catégorie : Du code | Tags : ,  | 14 commentaires
Auteur :
• 28 mars 2009

Je croyais que j’avais passé l’âge de jouer à l’ours, mais non! Patricia Tessier a eu la gentillesse [sic] dans son billet de ma taguer à propos de mes habitudes littéraires.

Alors, voici donc le résultat:

1.Plutôt corne ou marque-page ?

Marque-page, et tout peut servir de marque-page, de vieilles factures en passant par une vieille enveloppe.

2. Un livre en cadeau ?

Reçu : Dernier livre reçu: La part de l’autre, mais généralement, on me connait bien, de la SF et de plus en plus de fantastique. Je suis donc un assidu des éditions Alire (en plus, c’est Québécois).

Offert : Le Noël de Toupi, ma fille l’adore !

3. Lis-tu dans ton bain ?

Jamais. J’ai essayé une fois, avec des résultats aquatiques.

4. As-tu déjà pensé à écrire un livre ?

Non, pas assez de patience et surtout de talent.

5. Que penses-tu des séries de plusieurs tomes ?

J’adore! C’est ce que je recherche. Sans doute influencé par les K.H. Scheer de ma jeunesse.

6. As-tu un livre culte ?

Oh oui! Azazel d’Isaac Asimov.

7. Aimes-tu relire ?

Oui, surtout lorsque je ne me souviens plus de l’avoir lu.

8. Rencontrer ou ne pas rencontrer les auteurs de livres qu’on a aimés ?

Non, je ne vois pas l’intérêt.

9. Aimes-tu parler de tes lectures ?

Non pas vraiment. Il y a toujours un comique qui te vend le punch.

10. Comment choisis-tu tes livres ?

Je vais dans les pages web spécialisées en science-fiction, à la recherche de cycle.

11. Une lecture inavouable?

37,2 le matin, mais j’ai une maususte de bonne défaite.

12. Des endroits préférés pour lire?

Dans mon lit à la maison, dans mon lit au chalet et dans mon lit dans le campeur.

13. Un livre idéal pour toi serait ?

On ne sait pas que la fin est proche parceque’il ne reste que 1/8 de pouce.

14. Lire par-dessus l’épaule ?

Des fois, mais généralement, ils bougent trop.

15. Télé, jeux vidéos ou livre ?

Le livre.

16. Lire et manger ?

Que le journal, c’est jetable.

17. Lecture en musique, en silence, peu importe ?

Le silence, la paix.

18. Lire un livre électronique ?

J’aurais le goût d’imprimer les pages.

19. Le livre vous tombe des mains : aller jusqu’au bout ou pas ?

On prend un petit brake.

20. Qu’arrive-t-il à la page 100?

Je l’ignore.

21. Un livre que tu donnerais à ton pire ennemi?

Un livre sous-titré, ou avec des versets.

Voilà!

Je vais continuer la contagion dans Facebook Patricia.

Catégorie : General | Tags : , ,  | Les commentaires sont désactivés
Auteur :
• 19 mars 2009

security camerasVoici un texte que j’avais fait afin de sensibiliser mes élèves à la protection de la confidentialité dans internet. Je me permets de le partager avec vous aujourd’hui.

Vous côtoyez plusieurs personnes tous les jours, certaines de celles-ci sont des amies intimes, d’autres de bons amis, ou encore elles sont de simples connaissances. Il y a aussi ceux que l’on salue par politesse, sans vraiment connaître leurs noms.

Naturellement, vous ne partagez pas le même type d’information avec tous ces gens. Facebook, lui le fait! La configuration par défaut de FB place toutes ces personnes, ainsi que tous leurs amis (de purs étrangers pour vous) sur le même pied d’égalité et les abreuve, sans aucune distinction, de toutes les informations (souvent personnels) que vous décidez de partager.

Par exemple, vous téléversez des photos, vous marquez un de vos amis. Tous ses amis, même ceux qui sont pour vous de purs étrangers, auront accès à toutes les photos de votre album (pas uniquement la photo marquée)!

Ce petit tutoriel n’a pas la prétention de sécuriser pleinement vos données personnelles dans Facebook, mais à mon avis il s’agit d’un minimum.

Voici donc en trois étapes ce que vous pouvez faire afin d’augmenter votre confidentialité.

1- Créer des groupes.

Vous pouvez former des groupes d’amis. Le minimum que je propose c’est de former deux groupes. En formant plus de groupes, correspondant au niveau d’amitié de chacun de vos amis FB, vous pourriez affiner l’affichage de vos données personnelles. C’est à vous de voir.

Les deux groupes proposés, permettraient de diviser vos amis FB en trois sections. Le premier groupe pourrait être vos amis proches (ceux avec qui vous pourriez partager votre quotidien ou les photos de votre dernière activité, sans aucune gêne). Le deuxième groupe pourrait être celui des connaissances vagues, nous les connaissons sans vraiment les connaître, mais pour reseauter, nous voulons les conserver comme ami FB. Et la dernière section serait celle de ceux qui ne sont ni des amis proches, ni de vagues connaissances.

Pour former les groupes, il faut cliquer sur l’onglet ami en haut de votre page FB. Dans cette page, dans le menu de gauche, on clique créer une liste.

fb_1

Il y a deux façons d’ajouter des amis aux listes. En saisissant un nom à la fois, ou en sélectionnant plusieurs amis (vous aurez alors une liste à cocher des gens à ajouter dans le groupe).
2

2- Les propriétés générales de confidentialité.

Maintenant, il faut configurer les groupes que nous venons de créer. En survolant le pointeur de la souris sur l’onglet paramètres, on choisit Confidentialité.
3

Commençons par le profil

4

Par défaut, toutes les informations sont disponibles pour vos amis ainsi qu’à vos réseaux. Par exemple, le réseau de Montréal compte plus de 800 000 personnes. Ça en fait du monde qui ont accès à vos informations.

7

En cliquant dans le menu déroulant, ont choisis personnaliser. La plupart des menus offrent une liste rouge (les groupes à exclure) et d’autre, une liste blanche (les groupes à inclure).
Comme suggestion, on peut choisir « Seulement mes amis », « Aucun de mes réseaux » et on ajoute comme exception le groupe des connaissances vagues.

5

Avec une liste blanche (ex les personnes ayant accès aux photos ou l’on vous aura identifié)
Comme suggestion, on peut choisir « Certains amis » en choisissant le groupe de vos amis proches et « Aucun de mes réseaux ».

6

Ensuite on refait la même chose pour les applications. En survolant le pointeur de la souris sur l’onglet paramètres, on choisit Applications.
3
On clique sur « Modifier vos paramètres » et ensuite on choisit l’onglet profil. Et dans confidentialité, on choisi personnaliser.

8

3- La confidentialité de vos albums photo.

Il reste maintenant à sécuriser vos albums photo. Dans votre profil on clique l’onglet photos. Reste ensuite à choisir: « Confidentialité des albums ».

fb10

On sélectionne encore dans le menu déroulant ont choisis personnaliser. Pour les albums vous aurez une liste blanche et une liste rouge.

6

Je pense que le minimum serait d’accorder les droits uniquement aux amis et refuser ceux du groupe des connaissances vagues et des réseaux.
Ou encore, ne donner les droits qu’à votre groupe d’amis proches et d’en refuser les droits au reste de l’univers.

C’est libre à vous…..!

Photographie par Leo Reynolds

Auteur :
• 16 mars 2009

Gnu

J’aurais pu également nommer ce billet: « Intégrer une solution, libre hors série ». Dans ce billet de cette série, j’expliquai qu’une façon de bien intégrer un changement de système d’exploitation vers une solution libre est de passer graduellement à des applications libres.

De cette manière, la migration se fera un peu plus en douceur, car l’utilisateur conservera plusieurs repères, puisque toutes les applications suivantes s’installent ou bien dans le système Windows, ou bien dans un système GNU/Linux.

Voici donc mon top 15 des applications libres (ou gratuites):

  1. OpenOffice.org
  2. Firefox
  3. GIMP
  4. VLC Media Player
  5. Thunderbird
  6. FileZilla
  7. Pidgin
  8. 7-Zip
  9. Launchy
  10. Skype -> Ekiga
  11. DropBox
  12. Opera -> Inskscape
  13. HandBrake
  14. Audacity
  15. Amarok


Auteur :
• 10 mars 2009

Il y a trois ans, mon école passait sous une solution libre. L’an dernier, probablement à cause de la fusion de l’école, par souci d’uniformité et surtout par manque de temps, nous revenions à Windows.

J’ai donc vécu, dans un très court laps de temps, le début, le milieu et la fin d’une propagation Linux.

Ce fut une période très stimulante, mais aussi frustrante. Bien que nous soyons de retour sous Windows (tous? Non, il y a un ordinateur sous Linux dans l’école….devinez lequel?) je crois qu’à brève échéance, nos écoles n’auront pas le choix de revenir sous une solution libre, afin de libérer ces sommes d’argent astronomiques et quelles puissent servir à la seul chose quel devrait desservir : la pédagogie.

J’entreprends donc une minisérie (ici et là) de billets sur ce que j’éviterai de (ou que je devrai) faire, si on me demandai de propager une solution libre dans l’école.

3. L’implantation d’une solution libre est un investissement, il ne faut s’attendre à faire de pleines économie dès l’an 1.

L’implantation d’une solution libre est tout d’abord un investissement

  1. humain
  2. technologique
  3. et monétaire

Les trois types d’investissements doivent exister et coexister. Il doit y avoir un équilibre entre ceux-ci. Durant l’implantation, une partie des sommes monétaires épargnées doit nécessairement être investie dans un accompagnement technologique et humain.

Si le but de la manœuvre est uniquement d’économiser complètement les sommes dédiés à l’achat des licences, sur une très courte échéance, la pérennité de l’implantation de la solution libre est fortement vouée à l’échec.

L’implémentation réussie d’une solution libre est un investissement gagnant c’est certain, il faut simplement éviter la recherche de l’économie instantanée.

Auteur :
• 6 mars 2009

Je ne suis pas tellement du type classement et autres trucs du genre, mais je suis tombé sur le classement québécois publié pat Twitter Grader, appelé pompeusement Twitter Elite et deux choses ont frappés le régionaliste francophone que je suis:

  1. Du top 15, ils sont tous situés à Montréal.
  2. Du top 15, 1 seul est francophone.

Étrange non ?

Catégorie : Clin d’œil | Tags : , , ,  | Les commentaires sont désactivés
Page 3 sur 512345