Archives du tag ◊ libre ◊

Auteur :
• 4 octobre 2010

Voici une liste de liens microblogués au cours de la dernière semaine. Pourquoi ce titre? Simplement parce que ceux-ci auraient fait l’objet d’un billet semblable à l’époque pré-twitter, assurant les auteurs (dans le cas de blogue individuel) d’un beau rétrolien.

Alors voici dans le désordre:

Bonne relecture…..

Catégorie : libre, Microblogue | Tags : , , , , ,  | Les commentaires sont désactivés
Auteur :
• 2 octobre 2010

Nous sommes à 8 jours du lancement officiel de Maverick Meerkat et voici comment procéder afin de mettre à jour votre système vers cette nouvelle mouture. Il est bien certain que la mise à jour se fera vers la version Relase Candidate, mais bon, le billet porte bien son nom, c’est pour les impatients.
Dans le fond, la Release Candidate offre souvent de la stabilité (puisque la version officielle vient 1 semaine plus tard), c’est uniquement qu’on ne peut pas la garantir (comme si on le pouvait de toute façon). Avec les mises à jour quotidiennes, dans une semaine on n’en  parlera plus bien sûr.

Pour la mise à jour, il est possible de passer directement de Luci Lynx à Maverick Meerkat. Si vous êtes sous Karmic Koala, vous devrez mettre à jour vers Lucid Lynx préalablement.

Si vous êtes comme moi et qu’il vous faut toujours la dernière version et que, de toute façon vous suivez la progression d’Ubuntu, Maverick peut être intéressant. Sinon conserver Lucid, elle sera supportée bien plus longtemps (puisqu’une LTS  l’est pendant trois ans)  que Maverick qui elle ne le sera que pendant 18 mois.

Les manipulations qui suivent nécessitent des manipulations à effectuer avec des droits superutilisateurs (root) dont le mauvais usage peut engendrer des effets néfastes pour votre système. Je ne suis donc pas responsable de vos erreurs

Bref, voici pour les impatients, la technique est toujours la même. Je présume que vous êtes connecté à internet.

Méthode 1

Dans un terminal taper (sous Lucid Lynx):

gksu 'update-manager -c -d'

Ensuite:

  1. Le gestionnaire de mises à jour devrait s’ouvrir.
  2. Cliquez sur le bouton Vérifier ;
  3. S’il existe des mises à jour pour votre version actuelle de Ubuntu (Lucid Lynx), installez-les en cliquant sur le bouton Installer les mises à jour ;
  4. Ensuite, au-dessus de la zone des mises à jour disponibles, un bandeau vous informe qu’une nouvelle version d’Ubuntu est disponible. Cliquer sur le bouton Mettre à niveau, au bout de ce bandeau, pour démarrer la procédure de mise à niveau ;
  5. Suivez les instructions à l’écran.

Méthode 2

  1. On télécharge la version alternate d’Ubuntu.
  2. On grave l’image iso sur un CD et on l’insère dans l’ordinateur qui doit-être mise à jour.
  3. Un message dialogue vous demandera si vous désirez mettre à jour votre système à partir de ce cd.
    Suivez les instructions à l’écran

Note 1

Si le fichier iso est sur l’ordinateur qui doit être mis à jour, on peut monter directement l’image iso

sudo mount -o loop ~/Téléchargement/ubuntu-10.10-rc-alternate-i386.iso /media/iso

Note 2

Si l’outils de mise à jour ne démarre pas, lancer la commande suivante et attaché votre tuque….

gksu "sh /media/iso/cdromupgrade"

Maintenant posons-nous la question triviale suivante: faire une mise à jour où bien une nouvelle installation ?

Auteur :
• 30 septembre 2010

L’annonce a été faite dans la liste Ubuntu-annonce en début de soirée. Il est d’ailleurs maintenant possible de télécharger afin d’expérimenter la release candidate (liens à la fin du billet).

La version Ubuntu Desktop se démarque en autre par le passage à la version GNOME 2.32, la disparition de F-Spot par Shotwell comme utilitaire de photo.Une version de Gwibber mise à jour afin d’incorporer les derniers changements au système d’authentification de Twitter. De nouveaux thèmes, de nouvelles icônes et de nouveaux papiers peints qui semblent apporter une plus valu à la distribution (en regard au look..)

Notons que la version Edubuntu comprend maintenant l’utilitaire de contrôle parental Gnome Nanny ainsi que de nouveaux papiers peints.

Télécharger Ubuntu 10.10 RC

Auteur :
• 28 septembre 2010

Pour faire suite au rachat de Sun par le géant du logiciel Oracle, la communauté des développeurs a décidé de créer un  embranchement (un nouveau logiciel créé à partir du code source d’un logiciel existant, un fork dans la langue de Shakespeare) de la suite bureautique OpenOffice, en créant une fondation indépendante, baptisée la Document Foundation. Cette nouvelle fondation aura pour but de poursuivre le développement du logiciel baptisé LibreOffice. Cette fondation compte déjà parmi la liste de ses soutiens la Free Software Foundation, Google, Novell, Red Hat, Canonical, la Gnome Foundation etc. (voir la liste complète).

Un des souteneurs du projet, Mark Shuttleworth, déclare même:

« Office productivity software is a critical component of the free software desktop, and the Ubuntu Project will be pleased to ship LibreOffice from The Document Foundation in future releases of Ubuntu. The Document Foundation’s stewardship of LibreOffice provides Ubuntu developers an effective forum for collaboration around the code that makes Ubuntu an effective solution for the desktop in office environments »

En gros, les prochaines moutures d’Ubuntu seraient livrées avec LibreOffice.

On peut même télécharger la chose en version bêta si le cœur vous en dit, mais je n’ai pu voir qu’une version anglophone et pleine de RPM.

LibreOffice pour toujours? Peut-être pas, Oracle et Sun sont les propriétaires du nom OpenOffice. Peut-être le cèderont-ils? L’avenir nous le dira!

Auteur :
• 27 septembre 2010

Voici une liste de liens microblogués au cours de la dernière semaine. Pourquoi ce titre? Simplement parce que ceux-ci auraient fait l’objet d’un billet semblable à l’époque pré-twitter, assurant les auteurs (dans le cas de blogue individuel) d’un beau rétrolien.

Alors voici dans le désordre:

L’histoire dira si j’ai bien réussi à faire des rétro-liens avec des urls raccourcis…….

Auteur :
• 25 septembre 2010

Un disque

Plus tôt cette semaine, je publiais un billet concernant l’installation d’un RAID logiciel (RAID 1) dans une Ubuntu 10.04.1 server. Sans vouloir revenir sur la définition d’un RAID 1, rappelons simplement que cette solution permet une redondance des données en disques en miroir et peut tolérer la panne d’un disque.

En fin de billet, je précisais qu’une prochaine étape serait les procédures à suivre dans le cas de la panne d’un disque, ce billet d’aujourd’hui en discutera donc.

Tout d’abord, précisons que la configuration proposée dans le billet précédant comporte une lacune majeure (voir la discussion à la fin du billet) compliquant grandement la récupération des données. En effet, puisque la partition boot (nécessaire au démarrage) n’est présente que sur le premier disque, la perte du second disque est facilement récupérable, le système pouvant quand même démarrer. Alors que la panne du premier disque empercherait le système de démarrer.

Lire ce billet dans son intégralité…

Auteur :
• 23 septembre 2010

Comme je le disais dans un billet précédant, j’ai récemment mis en production mon nouveau serveur. En inspectant l’ancienne machine, je réalise que j’avais un deuxième disque dur identique à celui-ci quelque part. Deux disques identiques, et pourquoi ne pas expérimenter un RAID logiciel?

RAID vous dite?

Pour mieux se situer, voici un extrait de Wikipédia.

En informatique, le mot RAID (Redundant Array of Independent Disks) désigne les techniques permettant de répartir des données sur plusieurs disques durs afin d’améliorer soit la tolérance aux pannes, soit la sécurité, soit les performances de l’ensemble, ou une répartition de tout cela.

Dans le cas du RAID matériel, une carte ou un composant est dédié à la gestion des opérations

En RAID logiciel, le contrôle du RAID est intégralement assuré par une couche logicielle du système d’exploitation. Cette couche s’intercale entre la couche d’abstraction matérielle (pilote) et la couche du système de fichiers.

Lire ce billet dans son intégralité…

Auteur :
• 20 septembre 2010

IconitoPetite découverte de la soirée, que je vais expérimenter prochainement dans mon serveur. Il s’agit d’un espace numérique de travail (cyberapprentissage) qui me semble bien intéressant. Il s’agit d’Iconico école numérique.

C’est tout d’abord une application web (nécessitant un serveur LAMP)  à destination de tous les usagers du système scolaire et de ses partenaires éducatifs de proximité. Sous licence libre LPGL, cette application web offre l’utilisation d’un courriel sécurisé, d’une gestion personnelle de documents, d’un annuaire global, d’un album photo ou encore d’un cahier de textes.
De plus on peut créer afin de favoriser un travail collaboratif, des groupes de travail allant jusqu’à la publication d’un blogue personnalisé accessible depuis internet.

Puisque c’est toujours intéressant de voir, voici un lien vers une page de démonstration.

La page web du projet.

Le téléchargement

Et un guide d’installation.

On s’en reparle.

Page 2 sur 9123456Dernière page »