Archives du tag ◊ linux ◊

Auteur :
• 20 novembre 2008

L’an dernier, j’avais configuré un serveur mandataire dans lequel j’y avais installé squidguard comme contrôle parental. L’avantage était que je n’avais qu’un ordinateur à configurer afin d’utiliser le contrôle parental.

Depuis cet été, le serveur est mort et par manque de temps je n’ai pas pris la peine d’en remonter un autre. Donc, les ordinateurs des enfants ont donc perdu tout contrôle parental en ce qui a attrait au contenu web.

Une des alternatives dont j’avais eu l’an dernier était l’installation de dansguardian (qui utilise les mêmes fichiers de liste noire que squidguard). Voici donc une synthèse des étapes que j’ai exploitée afin d’installer un contrôle parental transparent dans Ubuntu.

Bien que j’ai pigé à gauche et à droite (la solution fonctionne chez moi), si vous êtes témoins d’une faille de sécurité, il ne faut pas hésiter à me la signaler.

Nous allons donc installer:

On ouvre la liste de dépot

sudo gedit /etc/apt/sources.list

Et on ajoute, si vous êtes sous Hardy heron

deb http://ppa.launchpad.net/ubuntume.team/ubuntu hardy main

Ou si vous êtes sous Intrepid Ibex

deb http://ppa.launchpad.net/ubuntume.team/ubuntu intrepid main

Et on installe

sudo apt-get update
sudo apt-get install webstrict firehol

Les fichiers suivants seront installés: clamav clamav-base clamav-freshclam dansguardian libclamav3 libesmtp5 tinyproxy webstrict firehol

Configuration de dansguardian

On édite le fichier de configuration

sudo gedit /etc/dansguardian/dansguardian.conf

Et nous commentons UNCONFIGURED

# Comment this line out once you have modified this file to suit your needs
#UNCONFIGURED

On change la ligne :

language = 'ukenglish'

par

language = 'french'

Configuration de tinyproxy

On édite le fichier de configuration

sudo gedit /etc/tinyproxy/tinyproxy.conf

Et on fait les changements suivants;

##
## tinyproxy.conf -- tinyproxy daemon configuration file
##

#
# Name of the user the tinyproxy daemon should switch to after the port
# has been bound.
#
User nobody
Group nogroup

#
# Port to listen on.
#
#Port 8888
Port 3128

Configuration de firehol

On édite le fichier de configuration

sudo gedit /etc/firehol/firehol.conf

Voici le contenu de mon fichier:

#
# $Id: client-all.conf,v 1.2 2002/12/31 15:44:34 ktsaou Exp $
#
# This configuration file will allow all requests originating from the
# local machine to be send through all network interfaces.
#
# No requests are allowed to come from the network. The host will be
# completely stealthed! It will not respond to anything, and it will
# not be pingable, although it will be able to originate anything
# (even pings to other hosts).
#

version 5
iptables -t filter -I OUTPUT -d 127.0.0.1 -p tcp --dport 3128 -m owner ! --uid-owner dansguardian -j DROP
transparent_squid 8080 "nobody root"

# Accept all client traffic on any interface
interface any world
    policy drop
    protection strong
    client all accept

Ensuite on édite le fichier suivant:

sudo gedit /etc/default/firehol

Et on s’assure d’avoir

START_FIREHOL=YES

Fin de la configuration

Il reste maintenant à redémarer les services

sudo /etc/init.d/dansguardian restart
sudo /etc/init.d/tinyproxy restart
sudo /etc/init.d/firehol restart

Vous avez accès à un nouveau menu en Système ->Administration->webstrict qui vous permet de manière graphique de régler les paramètres de dansguardian (voir cette page pour son utilisation).

Tout ceci n’est qu’un filet de sécurité et son but n’est nullement de nous remplacer. Rien n’est aussi efficace que le dialogue et l’éducation que nous devons avoir avec nos enfants face à l’internet.

Catégorie : ubuntu | Tags : , , , , ,  | Les commentaires sont désactivés
Auteur :
• 17 novembre 2008

J’avais écrit dans ce billet 8 raisons pour lesquelles je ne passerais pas immédiatement (c’est important de mentionner le mot immédiatement ici) à Intrepid Ibex. Une de ces huit raisons était l’incompatibilité de mon précieux Antidote et de la version 8.10 d’Ubuntu.

Plusieurs commentaires de ce billet faisaient également mention de la préoccupation de certains concernant ce même petit problème.

J’ai donc communiqué cet après-midi avec un responsable Druide informatique à propos, dans un premier temps de l’intégration d’antidote à OpenOffice 3 et dans un second temps de la compatibilité avec Intrepid Ibex.

Voici la réponse que j’ai reçue :

Dans sa dernière version (v7), Antidote RX ne s’intègre pas dans OpenOffice 3 et n’est pas compatible avec Ubuntu 8.10. Nous attendions la sortie de la version grand public pour compléter nos travaux et tests d’intégration.

Afin de connaître en primeur la date de sortie de la version d’Antidote intégrée à OpenOffice 3 et la compatibilité avec Ubuntu 8.10, nous vous suggérons de vous inscrire à notre liste de diffusion Info-Druide (http://www.druide.com/listes.html).

Donc ce n’est pas une erreur d’installation de ma part, l’incompatibilité est confirmée (de même que la non-intégration à open office) Alors, on se met en mode attente….

p.s. J’aime bien mon jeu de mots dans le titre du billet 😉

Catégorie : ubuntu | Tags : , , , ,  | 3 commentaires
Auteur :
• 14 novembre 2008

Édit 20 novembre

Puisqu’il est toujours avantageux d’utiliser les dépôts (mise à jour automatique, etc.), voici comment installer OpenOffice 3 de cette façon.

On choisit Système -> Administration -> Sources de logiciels

Et dans Logiciels de tierces parties on ajoute:

deb http://ppa.launchpad.net/openoffice-pkgs/ubuntu intrepid main

Et ensuite on tappe dans une console:

sudo aptitude update && sudo aptitude full-upgrade -y

Pour Hardy Heron c’est ici.

Je sais, certain dirons que je me suis auto copié/collé, mais voici en quelques étapes faciles l’installation de la dernière mouture d’OpenOffice dans notre Intrepid Ibex 8.10 (et oui, ce sont les mêmes que pour Hardy Heron, un gros titre, il n’y a rien de mieux pour régler les questions…).

On doit s’assurer de désinstaller la version 2.4,

Dans un terminal on tape:

sudo apt-get remove openoffice.org-common

(note: on peut aussi faire sudo apt-get remove openoffice*.* qui est un peu plus brutal et moins élégant)

Pour que la nouvelle version soit entièrement fonctionnelle (pour certaines fonctions avancées, mais ça fonctionne aussi sans), on se doit d’installer un Java run time environnement.

sudo apt-get install sun-java6-jre sun-java6-plugin sun-java6-fonts

Ensuite téléchargeons OpenOffice 3.0.0 (Université de Sherbrooke)

wget http://gulus.usherbrooke.ca/pub/appl/openoffice/localized/fr/3.0.0/OOo_3.0.0_LinuxIntel_install_fr_deb.tar.gz

On décompresse

tar -xvzf OOo_3.0.0_LinuxIntel_install_fr_deb.tar.gz

On se positionne dans le bon répertoire

cd OOO300_m9_native_packed-1_fr.9358/DEBS/

Et on installe

sudo dpkg -i *.deb

Maintenant il faut installer les menus et les correspondances

cd desktop-integration
sudo dpkg -i *.deb

Voilà c’est terminé. On peut faire un peu de ménage.

rm -r ~/OOO300_m9_native_packed-1_fr.9358
cd
rm OOo_3.0.0_LinuxIntel_install_fr_deb.tar.gz

Bonne version 3.0.0 !

Auteur :
• 5 novembre 2008

Ce n’est pas facile la vie d’une distribution Ubuntu lorsqu’elle suit une LTS (long term support). Alors, voici huit raisons pour lesquelles je ne passerai pas immédiatement à Intrepid Ibex dans mon ordinateur principal.

  1. Hardy Heron est robuste et stable.
  2. Intrepid Ibex n’a pas intégré OpenOffice 3
  3. Intrepid Ibex n’a pas intégré Firefox 3.1
  4. La gestion wifi du network manager semble éprouver de sérieux problèmes
  5. Les bogues d’affichage sur ma nvidia lorsque compiz est activé.
  6. Antidote ne fonctionne pas.
  7. Plus lent que les autres versions
  8. Intrepid iBex sera supporté jusqu’en avril 2010 alors que Hardy Heron le sera un an de plus (avril 2011).

Bon, maintenant que la raison a parlé, combien de temps vais-je résister?

J’ai l’impression d’avoir fait mes résolutions du jour de l’an 😉

Auteur :
• 31 octobre 2008
OpenOffice.org School Mascot

Mascotte scolaire OpenOffice.org

Il y a trois ans, mon école passait sous une solution libre. L’an dernier, probablement à cause de la fusion de l’école, par souci d’uniformité et surtout par manque de temps, nous revenions à Windows.

J’ai donc vécu, dans un très court laps de temps, le début, le milieu et la fin d’une propagation ~Linux~.

Ce fut une période très stimulante, mais aussi frustrante. Bien que nous soyons de retour sous Windows (tous? Non, il y a un ordinateur sous Linux dans l’école….devinez lequel?) je crois qu’à brève échéance, nos écoles n’auront pas le choix de revenir sous une solution libre, afin de libérer ces sommes d’argent astronomiques et quelles puissent servir à la seul chose quel devrait desservir : la pédagogie.

J’ai entrepris une minisérie de billets sur ce que j’éviterai de (ou que je devrai) faire, si on me demandai de propager une solution libre dans l’école.

2. Avoir à l’idée que peu importe la solution déployée, l’homogénéité des applications doit primer, et ce bien avant le déploiement de la solution.

Pour plusieurs raisons qu’il n’est pas nécessaire d’énumérer ici, une école peut envisager le passage à la solution libre de deux façons :

  • Le parc hybride, Windows et Linux par exemple (par choix, ou bien parce que le déploiement de la solution libre se fait en plusieurs étapes).
  • Un parc dédié à Linux.

Peu importe le choix ou l’étape choisie, l’homogénéité des applications doit primer. Dans un univers scolaire où l’échange et la coconstruction deviennent la norme, il ne faut pas sombrer dans des difficultés de compatibilités. La plupart des outils libres de Linux sont également disponibles pour Windows (alors que le contraire n’est pas tout a fait vrai). Il devient donc optimal de préférer ces applications.

Donc, afin d’adoucir le transfert technologique, dès l’année qui précède le déploiement, il faut privilégier ces applications (OpenOffice, Firefox, etc.). De cette façon, l’utilisateur lambda conservera ses repères lors du déploiement.

Le changement d’une culture technologique ne s’improvise pas, ça se prépare.

Auteur :
• 28 octobre 2008

Je sais, j’ai encore cédé à la tentation. J’ai installé Intrepid Ibex (ubuntu 8.10) dans mon ordinateur au travail.

Si vous êtes impatient comme moi (puisque la version final ne sera disponible que vendredi prochain), voici comment mettre à jour votre Hardy Heron (Ubuntu 8.04) Vers l’Intrepid Ibex.

Dans un terminale taper:

gksu 'update-manager -c -d'

Ensuite:

  1. Ouvrez le gestionnaire de mises à jour (Système → Administration → Gestionnaire de mises à jour) ;
  2. Cliquez sur le bouton Vérifier ;
  3. S’il existe des mises à jour pour votre version actuelle de Ubuntu (Hardy heron), installez-les en cliquant sur le bouton Installer les mises à jour ;
  4. Ensuite, au-dessus de la zone des mises à jour disponibles, un bandeau vous informe qu’une nouvelle version d’Ubuntu est disponible. Cliquez sur le bouton Mettre à niveau, au bout de ce bandeau, pour démarrer la procédure de mise à niveau ;
  5. Suivez les instructions à l’écran.
Inspiré de : http://doc.ubuntu-fr.org/migration_hardy_intrepid
Catégorie : Du code, ubuntu | Tags : , , , ,  | 4 commentaires
Auteur :
• 26 octobre 2008

Il y a trois ans, mon école passait sous une solution libre. L’an dernier, probablement à cause de la fusion de l’école, par souci d’uniformité et surtout par manque de temps, nous revenions à Windows.

J’ai donc vécu, dans un très court laps de temps, le début, le milieu et la fin d’une propagation Linux.

Ce fut une période très stimulante, mais aussi frustrante. Bien que nous soyons de retour sous Windows (tous? Non, il y a un ordinateur sous Linux dans l’école….devinez lequel?) je crois qu’à brève échéance, nos écoles n’auront pas le choix de revenir sous une solution libre, afin de libérer ces sommes d’argent astronomiques et quelles puissent servir à la seul chose quel devrait desservir : la pédagogie.

J’entreprends donc une minisérie de billets sur ce que j’éviterai de (ou que je devrai) faire, si on me demandai de propager une solution libre dans l’école.

  1. Avoir à l’idée que bien que nous ayons un plein contrôle sur la technologie que nous déployons, nous devons avoir une très forte influence sur celle que nous ne contrôlons pas.

En effet, un des écueils de ce type que nous avons eu la dernières fois n’a pas été au niveau de Linux lui même, mais au niveau d’OpenOffice. Oui il y avait OpenOffice à l’école, mais à la maison il ne l’avait pas.

Avec OOo on parle de compatibilité de 99%. On en a cassé du sucre sur le 1%. Il est certain que la mise en page d’un document texte, ou la présentation des diapositives d’une présentation peuvent être dérangées, si nous n’utilisons pas les mêmes outils à l’école et à la maison (et comme la norme est d’être à la dernière minute…).

Il ne faut pas se contenter de mentionner que c’est téléchargeable quelque part dans internet. Pour la prochaine fois, il faudra remettre, à tous les élèves, un cd avec la même OpenOoofice (même version que celle déployée à la maison) accompagné d’instructions d’installation claires.

Il faut influencer, à notre avantage, la technologie que nous ne contrôlons pas.

Éric Noël

Auteur :
• 18 octobre 2008

L’information cours dans internet, radio-canada s’associe avec youtube. Il est maintenant possible de visionner du contenu de radio-canada directement dans youtube. Est-ce une phase de tests? Qu’elles seront les formats présentés (car présentement on semble priviliéger la segmentation d’émission)? Je l’ignore.

Pas moyen de trouvé dans le site de radio-canada ou dans les actualités de google la moindre annonce officielle sur cette nouvelle tangente.

En partie je me réjouis, car ce passage pourrait signifier que le contenu de notre société serait, enfin, multiplateforme, c’est à dire pouvant être visionné par Windows, Mac et Linux. Fini tout le bricolage et le changement de codec intempestif (comme aux olympiques) dans des formats peu courants, propriétaires et non libres! Enfin de pouvoir consulter du matériel d’archives sans obligatoirement s’assurer d’avoir une machine tournant sous Windows en classe.

Mais je dois me « bémoliser », sans annonce officielle, nous sommes peut-être simplement dans un projet bêta, qui ne verra jamais le jour……

En tout cas, profitons-en un peu:

Page 6 sur 8« Première page345678