Archives du tag ◊ politique ◊

Auteur :
• 29 mars 2009

Signe que les temps changent, bien que nous ne sommes pas en période électorale, il y a de plus en plus d’hommes et de femme politiques dans la sphère du microblogue québécoise. Bien que je salue l’initiative de ces politiques, je me permets d’émettre mon humble avis, quant à l’utilisation par ceux-ci d’outils web 2.0, comme Twitter.
Voici donc les 5 pièges à éviter pour les politiques intéressés par le microblogue.

Pourquoi le microblogue? Il peut-être intéressant de se poser la question avant d’entreprendre l’aventure Twitter comme politique. Nous pourrions retourner la question, et nous demander comment gazouiller efficacement. Parce que, soyons honnêtes, écrire 140 caractères 1 fois par jours, on peut tous le faire.

Rappelons que le microblogue est un outil parfait pour diffuser, pour échanger de façons différentes, pour interroger, pour questionner, pour obtenir de la rétroaction et même pour couvrir des évennements. Le succès réside dans un savant mélange de toutes ces opportunités. En choisir une seule, c’est de passer à côté de l’aventure. L’exemple que l’on voit trop souvent, c’est ce que j’appelle les monologues. On diffuse y de l’information et c’est tout. Le parallèle que l’on pourrait dresser serait le suivant : vous recevez un appel téléphonique, et c’est un message enregistré de votre député vous expliquant comment votre avis est important, et qu’après le message, on raccroche. Celui-ci pourrait-il se vanter, puisqu’il aurait utilisé le téléphone, d’avoir « échangé » avec ses électeurs? Ce qui m’amène au premier piège du microblogue politique :

Premier Piège : Utiliser le microblogue pour uniquement diffuser de l’information, sans aucune forme de rétroaction.

Les gens aiment être entendus, le politique doit donner une image d’ouverture et démocratique. N’est-il pas un représentant du peuple? N’est-il pas là pour l’écouter? Un des vecteurs du cynisme envers la politique est justement l’image du politique qui ne sort de sa tanière qu’une fois au quatre ans afin d’échanger avec les citoyens. Il faut nécessairement contrer cette perception, et pour cela, abonnez-vous également aux gazouillis de tous ceux qui sont abonnés aux vôtres. Vous signifierez ainsi alors aux gens que ce qui compte pour eux vous préoccupe également. Il faut briser la perception de « clique », le deuxième piège :

Deuxième piège : Faire de l’élitisme, en ne s’abonnant qu’aux gazouilles que de quelques personnes qui sont, en apparence, triées sur le volet (comme les « influenceurs »).

Lorsque vous gazouillez, ne répondez pas à la question : « What are you doing? », mais répondez d’abord à la question : « Ce qui retient mon attention présentement ». Soyez authentique et soyez constructif. Évitez les « Ghots Twitter », c’est-à-dire des gens qui gazouillent en votre nom de façon anonyme. Voici e troisième piège :

Troisième piège: Faire appel à un « Ghost Twitter » anonyme.

Le microblogue c’est du web 2.0, on s’attend à du bidirectionnel. Il serait illusoire de prétendre répondre à tous vos messages « @ ». Mais il est important de répondre à plusieurs, afin d’entretenir l’esprit du web 2.0. Poser des questions aussi. Bien que muni d’un excellent moteur de recherche (pratique si vous désirez savoir si l’on parle de vous), c’est souvent l’instantanéité qui prime. Évitez donc les longs dialogues, utilisez les messages directs si une discussion se prolonge avec un seul interlocuteur. Il faut faire confiance aux gens. Si certains par contre ne comprennent pas, vous aurez la possibilité de les bloquer.

Quatrième piège : Les longs dialogues, on ne sait pas quand ils commencent, ni quand ils finiront.

Microbloguer nécessite un minimum d’investissement, mais il faut prendre le temps de bien lancer votre adhésion. Lors de celle-ci, et pour quelques jours, soyez un peu plus présent, ne seraient-ce que pour répondre à vos messages de bienvenue. Qu’ils soient ciblés ou bien généraux, ceux-ci renforcent l’impression que vous êtes au bon endroit et pour les bonnes raisons. Comme mentionné plus haut, en répondant à la question : « Ce qui retient mon attention pour le moment » on évitera la surabondance de gazouillis. Il faut toujours avoir en tête qu’un gazouillis peut entrainer de très intéressantes réactions. Il faut donc miser la qualité plutôt que la quantité. Un gazouillis qui vous fournit une bonne rétroaction vous sera bien plus profitable, qu’un flot ininterrompu, et chaotique.

Le cinquième piège : Miser la quantité, afin de démontrer une présence forte, sans se donner le temps de le faire.

Voilà!

Bon microbloging!

Auteur :
• 16 novembre 2008

Le parti libéral qui mène dans les sondages et qui brille par son absence dans les médias sociaux a les coffres bien garnis et il risque de devenir le prochain gouvernement. Finalement, c’est le problème des saucisses Hygrade (je crois que c’est ce nom) qui se pose à nous (pour les plus jeunes, la pub des saucisses disait: qu’elles étaient les meilleures parce que tout le monde en mange et tout le monde en mange parce qu’elles sont les meilleures « Plus de gens en mangent parce qu’elles sont plus fraîches et elles sont plus fraîches parce que plus de gens en mangent »), le web 2.0 n’influence pas la politique parce que le meneur l’ignore et le meneur l’ignore parce que le web 2.0 n’a pas d’influence sur la politique.
La gravité de la situation pourrait se traduire (tout comme la loi de la gravité universelle) en mot par : les résultats aux derniers sondages, sont inversement proportionnel au carré de la distance virtuelle qui sépare les partis des électeurs.
Oui, mais Obama lui… peut-être parce qu’il incarnait un changement et que les médias sociaux n’ont amplifié que ce qui était déjà là. Et sans le « déjà là » on a beau socialiser virtuellement un maximum, ça n’a pas grand influence.

Peut-être que dans le fond nous sommes en plein désert de « déjà là » et qu’on s’époumone à vouloir amplifier le néant. Bref, je regarde tout cela et je me demande : « la politique 2.0 qu’ossa donne?».

Catégorie : Clin d’œil | Tags : ,  | 6 commentaires
Auteur :
• 7 novembre 2008

Depuis le début de la campagne électorale québécoise, la parti québécois s’est installé dans l’application de micro-bloging Twitter.

Au moment de l’écriture de ce billet, 97 personnes suivaient QuebecGagnant et celui-ci ne suivait que 48 personnes.

QuebecGagnant est resté muet à mon questionnement vis-à-vis cette distorsion (ainsi qu’à toutes mes interventions/questionnements/réponses d’ailleurs). Mais bon ce n’est pas grave.

Ce qui me choque par contre c’est ce message :

QuebecGagnant: @mdumais en débarquant tout juste sur Twitter et en voulant rejoindre des gens influents, il allait de soi de débuter par Yulbiz.

Je déplore énormément cette attitude monorégionaliste basée sur l’exclusion. C’est contraire à l’esprit Twitter à mon avis (de même qu’aux réseaux sociaux) ou l’échange est primordial selon moi.

je m’empresse donc de retirer ce blogeur fantôme et de l’ajouter à l’endroit ou il devrait être: dans mon agrégateur RSS.

J’avais également pensé intituler le billet : »L’élitisme du PQ dans Twitter ».

Auteur :
• 29 septembre 2008

Vous savez moi, quand on mélange web et politique…….

Après mon expérience d’hier, j’ai pu prendre connaissance des statistiques générées par buzzz.tv.

Les statistiques (licence Creative Commons) ont été présentées en trois fichiers.

Je ne sais pas, je reste sur ma faim. Comme disait mon grand-père, c’est « drabe ». Mais d’un autre côté, je n’avais aucunes attentes. Paradoxale.

buzzz.tvJ’avais émis des réserves dans mon dernier billet sur l’affichage en direct des intentions des autres internautes. À mon avis, c’était une source de biais. Une source biais si c’est un outil statistique, mais en tant qu’outil social de partage c’est une autre histoire.

Il y a un ou deux débats, Radio-Canada avait tenté une expérience semblable. On avait rassemblé un auditoire trié sur le volêt et très représentatif du pays. La force de l’expérience à mon avis était de revoir en différé, le débat avec en superposé les réactions des gens.

Pour buzzz.tv j’ignore s’ils peuvent utiliser les images du débat (droit d’auteur, etc.), mais si c’est possible ce serait un bon coup (en superposant les deux). Ou peut-être une espèce de « replayer », afin d’avoir un graphique, des intentions en fonction du temps, l’internaute pourrait alors le synchroniser avec la bonne vidéo.

Je ne sais pas….

Si au débat, celui-ci devient un outil statistique rigoureux, avec un livré de stats semblable, je ne suis plus certain de participer à l’aventure.

buzzz.tv, outil statistique ou outil social de partage?

Catégorie : Non classé | Tags : , ,  | 2 commentaires
Auteur :
• 28 septembre 2008

Voilà, l’émission tout le monde en parle est terminé de même que l’ultrabeta de buzzz.tv

Ces premières impressions « à chaud  » ne se veulent que constructives, car je salue l’initiative de l’équipe de ce projet.

Tout d’abord, comme je l’avais écrit ici, j’avais prévu utiliser mon mobile, mauvaise idée, car je n’ai jamais réussi dépasser l’étape de la page d’accueil. Je me suis donc retourné vers mon ordinateur portable. Au départ, on m’a demandé mon intention de vote, mon sexe, mon age ainsi que les trois premiers caractères de mon code postal, standard.

J’ai été séduit dès le départ par le look et l’ergonomie de la page principale. Il était évident que celle-ci a été conçue pour bien s’agencer au iPhone ou bien à l’itouch.

Buzz.tv

Un pouce vert pour les moments que l’on aime, un rouge pour ceux que l’on aime moins et un point d’exclamation pour les moments forts.

Ce que j’ai moins aimé par contre était qu’il y avait trop d’informations (avec des histogrammes et des intentions en temps réel). Il me semble qu’un bon outil de mesure statistique ne doit en aucun cas interférer avec la mesure prise. De voir la courbe dans le rouge a un moment qui plait à l’usager, peut pousser celui-ci à cliquer l’opposé (plus qu’il ne l’aurait fat normalement) afin de compenser une situation qu’il peut juger injuste.

J’ai donc hâte de suivre la suite, de voir les ajustements, et surtout de voir ce que contiendront les statistiques de l’ultrabeta.

Chapeau!

Catégorie : Non classé | Tags : , ,  | 4 commentaires
Auteur :
• 28 septembre 2008

Ce soir premier test pour buzzz.tv.

Mario et Clément explique bien la génèse du projet.

Né d’un désir de s’engager dans le débat des chefs en cette présente campagne électorale fédérale, le projet buzzz permet à tout internaute de réagir, en temps réel, à ce qu’il voit et entend à la télévision.

Au terme de la présentation télévisée du débat des chefs, trois fichiers contenant les données recueillies seront mis en disponibilité sous licence Creative Commons

Pour ma part n’ayant pas de wifi a proximité, je vais tenté l’opération via web mobile (même si ce n’est pas dutout pensé pour), sur mon fusic.

Au moins, nous serons fixé pour le web mobile..

Catégorie : Non classé | Tags : , ,  | Les commentaires sont désactivés
Auteur :
• 20 avril 2007

Quel est l’utilisation de nos parlementaires du web? Si vous avez suivi les derniers billets à ce propos (ici, ici et ) force est d’admettre que c’est un peu décevant, sur les 73 parlementaires québécois siégeant à la chambre des communes, seulement 17 obtiennent la note de passage (24%), rappelons que pour obtenir cette distinction, ceux-ci devaient posséder un site Web, fonctionnel et comportant une mise à jour récente, ce qui est à mon avis un stricte minimum.

Et pour le blogue ? Des premiers de classe ? Aucun ! nada ! 0% !

Pourtant, j’observe, d’outre atlantique, la campagne présidentielle via l’observatoire des blogs francophones. C’est sidérant, à chaque jours, il y a un billet sur la blogosphère politique en brèf. Cela vaut la peine également de compter le nombre de blogue politique (candidats, conseillers, etc.) dans la colonne de droite. Phénomène français ? Je ne crois pas, je pense à l’étude américaine ainsi qu’au blogue politique du ministre suisse Moritz Leuenberger, qui lançait son propre blogue (français-allemand) le mois dernier.

Cet automne, je recommencerai l’exercice avec la députation de l’assemblée nationale. Laissons leur le temps de s’installer, mais tout ces nouveaux venu changeront-t-ils les choses sur ce point ?

Mais, que ce passe-t-il ici ? Est-ce uniquement la politoglosphère qui est touché ?

Catégorie : Non classé | Tags : , ,  | Un commentaire
Auteur :
• 19 avril 2007
Député Allégeance
politique.
Présente
un site web?
Fonctionnel? Forum? Blogue? Mise à jour
récente?
Mourani, Maria BQ NON
Nadeau, Richard BQ OUI NON NON NON NON
Ouellet, Christian BQ NON
Pacetti, Massimo LIB OUI OUI NON NON NON
Paquette, Pierre BQ OUI OUI* NON NON OUI
Paradis, Christian PCC OUI OUI NON NON OUI
Patry, Bernard LIB OUI OUI* NON NON NON
Perron, Gilles-A. BQ OUI NON
Petit, Daniel PCC NON
Picard, Pauline BQ OUI NON NON NON NON
Plamondon, Louis BQ NON
Proulx, Marcel LIB OUI OUI NON NON NON
Robillard, Lucienne LIB OUI OUI NON NON NON*
Rodriguez, Pablo LIB OUI OUI NON NON NON
Roy, Jean-Yves BQ NON
Scarpaleggia, Francis LIB OUI OUI NON NON OUI
Deschamps, Johanne BQ OUI OUI NON NON OUI
Blaney, Steven PCC OUI OUI NON NON OUI
St-Cyr, Thierry BQ NON
St-Hilaire, Caroline BQ OUI OUI NON NON OUI
Thibault, Louise BQ NON
Verner, Josée PCC OUI OUI* NON NON OUI
Vincent, Robert BQ NON

De la dernière cohorte de 23 parlementaires, 7 obtiennent la note de passage.
À suivre

Catégorie : General | Tags : , ,  | Les commentaires sont désactivés
Page 1 sur 3123