Archives du tag ◊ prof ◊

Auteur :
• 29 mars 2009

Signe que les temps changent, bien que nous ne sommes pas en période électorale, il y a de plus en plus d’hommes et de femme politiques dans la sphère du microblogue québécoise. Bien que je salue l’initiative de ces politiques, je me permets d’émettre mon humble avis, quant à l’utilisation par ceux-ci d’outils web 2.0, comme Twitter.
Voici donc les 5 pièges à éviter pour les politiques intéressés par le microblogue.

Pourquoi le microblogue? Il peut-être intéressant de se poser la question avant d’entreprendre l’aventure Twitter comme politique. Nous pourrions retourner la question, et nous demander comment gazouiller efficacement. Parce que, soyons honnêtes, écrire 140 caractères 1 fois par jours, on peut tous le faire.

Rappelons que le microblogue est un outil parfait pour diffuser, pour échanger de façons différentes, pour interroger, pour questionner, pour obtenir de la rétroaction et même pour couvrir des évennements. Le succès réside dans un savant mélange de toutes ces opportunités. En choisir une seule, c’est de passer à côté de l’aventure. L’exemple que l’on voit trop souvent, c’est ce que j’appelle les monologues. On diffuse y de l’information et c’est tout. Le parallèle que l’on pourrait dresser serait le suivant : vous recevez un appel téléphonique, et c’est un message enregistré de votre député vous expliquant comment votre avis est important, et qu’après le message, on raccroche. Celui-ci pourrait-il se vanter, puisqu’il aurait utilisé le téléphone, d’avoir « échangé » avec ses électeurs? Ce qui m’amène au premier piège du microblogue politique :

Premier Piège : Utiliser le microblogue pour uniquement diffuser de l’information, sans aucune forme de rétroaction.

Les gens aiment être entendus, le politique doit donner une image d’ouverture et démocratique. N’est-il pas un représentant du peuple? N’est-il pas là pour l’écouter? Un des vecteurs du cynisme envers la politique est justement l’image du politique qui ne sort de sa tanière qu’une fois au quatre ans afin d’échanger avec les citoyens. Il faut nécessairement contrer cette perception, et pour cela, abonnez-vous également aux gazouillis de tous ceux qui sont abonnés aux vôtres. Vous signifierez ainsi alors aux gens que ce qui compte pour eux vous préoccupe également. Il faut briser la perception de « clique », le deuxième piège :

Deuxième piège : Faire de l’élitisme, en ne s’abonnant qu’aux gazouilles que de quelques personnes qui sont, en apparence, triées sur le volet (comme les « influenceurs »).

Lorsque vous gazouillez, ne répondez pas à la question : « What are you doing? », mais répondez d’abord à la question : « Ce qui retient mon attention présentement ». Soyez authentique et soyez constructif. Évitez les « Ghots Twitter », c’est-à-dire des gens qui gazouillent en votre nom de façon anonyme. Voici e troisième piège :

Troisième piège: Faire appel à un « Ghost Twitter » anonyme.

Le microblogue c’est du web 2.0, on s’attend à du bidirectionnel. Il serait illusoire de prétendre répondre à tous vos messages « @ ». Mais il est important de répondre à plusieurs, afin d’entretenir l’esprit du web 2.0. Poser des questions aussi. Bien que muni d’un excellent moteur de recherche (pratique si vous désirez savoir si l’on parle de vous), c’est souvent l’instantanéité qui prime. Évitez donc les longs dialogues, utilisez les messages directs si une discussion se prolonge avec un seul interlocuteur. Il faut faire confiance aux gens. Si certains par contre ne comprennent pas, vous aurez la possibilité de les bloquer.

Quatrième piège : Les longs dialogues, on ne sait pas quand ils commencent, ni quand ils finiront.

Microbloguer nécessite un minimum d’investissement, mais il faut prendre le temps de bien lancer votre adhésion. Lors de celle-ci, et pour quelques jours, soyez un peu plus présent, ne seraient-ce que pour répondre à vos messages de bienvenue. Qu’ils soient ciblés ou bien généraux, ceux-ci renforcent l’impression que vous êtes au bon endroit et pour les bonnes raisons. Comme mentionné plus haut, en répondant à la question : « Ce qui retient mon attention pour le moment » on évitera la surabondance de gazouillis. Il faut toujours avoir en tête qu’un gazouillis peut entrainer de très intéressantes réactions. Il faut donc miser la qualité plutôt que la quantité. Un gazouillis qui vous fournit une bonne rétroaction vous sera bien plus profitable, qu’un flot ininterrompu, et chaotique.

Le cinquième piège : Miser la quantité, afin de démontrer une présence forte, sans se donner le temps de le faire.

Voilà!

Bon microbloging!

Auteur :
• 28 mars 2009

Je croyais que j’avais passé l’âge de jouer à l’ours, mais non! Patricia Tessier a eu la gentillesse [sic] dans son billet de ma taguer à propos de mes habitudes littéraires.

Alors, voici donc le résultat:

1.Plutôt corne ou marque-page ?

Marque-page, et tout peut servir de marque-page, de vieilles factures en passant par une vieille enveloppe.

2. Un livre en cadeau ?

Reçu : Dernier livre reçu: La part de l’autre, mais généralement, on me connait bien, de la SF et de plus en plus de fantastique. Je suis donc un assidu des éditions Alire (en plus, c’est Québécois).

Offert : Le Noël de Toupi, ma fille l’adore !

3. Lis-tu dans ton bain ?

Jamais. J’ai essayé une fois, avec des résultats aquatiques.

4. As-tu déjà pensé à écrire un livre ?

Non, pas assez de patience et surtout de talent.

5. Que penses-tu des séries de plusieurs tomes ?

J’adore! C’est ce que je recherche. Sans doute influencé par les K.H. Scheer de ma jeunesse.

6. As-tu un livre culte ?

Oh oui! Azazel d’Isaac Asimov.

7. Aimes-tu relire ?

Oui, surtout lorsque je ne me souviens plus de l’avoir lu.

8. Rencontrer ou ne pas rencontrer les auteurs de livres qu’on a aimés ?

Non, je ne vois pas l’intérêt.

9. Aimes-tu parler de tes lectures ?

Non pas vraiment. Il y a toujours un comique qui te vend le punch.

10. Comment choisis-tu tes livres ?

Je vais dans les pages web spécialisées en science-fiction, à la recherche de cycle.

11. Une lecture inavouable?

37,2 le matin, mais j’ai une maususte de bonne défaite.

12. Des endroits préférés pour lire?

Dans mon lit à la maison, dans mon lit au chalet et dans mon lit dans le campeur.

13. Un livre idéal pour toi serait ?

On ne sait pas que la fin est proche parceque’il ne reste que 1/8 de pouce.

14. Lire par-dessus l’épaule ?

Des fois, mais généralement, ils bougent trop.

15. Télé, jeux vidéos ou livre ?

Le livre.

16. Lire et manger ?

Que le journal, c’est jetable.

17. Lecture en musique, en silence, peu importe ?

Le silence, la paix.

18. Lire un livre électronique ?

J’aurais le goût d’imprimer les pages.

19. Le livre vous tombe des mains : aller jusqu’au bout ou pas ?

On prend un petit brake.

20. Qu’arrive-t-il à la page 100?

Je l’ignore.

21. Un livre que tu donnerais à ton pire ennemi?

Un livre sous-titré, ou avec des versets.

Voilà!

Je vais continuer la contagion dans Facebook Patricia.

Catégorie : General | Tags : , ,  | Les commentaires sont désactivés
Auteur :
• 24 mars 2009

Le projet Colibris est une distribution de logiciels libres francophones (à saveur éducationnelle), facilitant ainsi leurs installations la maison, et à l’école. Comme ceux-ci le disent :

Nous voulons surtout offrir des logiciels indispensables et utilisés par la plupart des enseignants et des élèves. Notre cédérom étant destiné avant tout au monde scolaire, nous y avons ajouté des logiciels propres à certaines disciplines scolaires comme les mathématiques, la musique, la physique, etc. Nous mettons donc la priorité sur les logiciels les plus susceptibles d’être piratés : suite bureautique, logiciels d’édition d’images et de sons, utilitaires, etc.

Disponible sous forme de cédérom en version Mac et Windows, voici que Colibris (profitant de l’outil Remastersys) publie un Live CD (en DVD) basé sur Linux (Intrepid Ibex); Ubuntu Colibris Remix version 0.8 .

Ce Live Cd peut devenir un outil très intéressant de présentation/expérimentation basé justement sur un des avantages du Live CD: essayer sans rien changer/bousiller.

Quelques applications contenues dans le projet.

  • 7-Zip
  • Audacity
  • CDex
  • Celestia
  • Dmaths
  • FileZilla
  • Firefox
  • Freemind
  • GCompris
  • GeoGebra
  • GEONExT
  • GIMP
  • GNU Chess
  • Inkscape
  • JAlbum
  • JSudoku-FR
  • Tans
  • KompoZer
  • OpenOffice.org
  • Paint.net
  • PDFCreator
  • Scribus
  • SuperTuxKart
  • Sweet Home 3D
  • Thunderbird
  • Tux Math
  • TuxPaint
  • TuxTyping 2
  • VLC media player

Ce qui me fait penser à un autre projet de Live Cd publié il y a quelques années sous le nom de MsTUX. Le projet était l’initiative du service national du RÉCIT mathématique, Science et technologie et était basé sur une Knopix. La distribution proposait aux élèves et aux enseignants un environnement de travail informatique nomade. Il rassemblait plusieurs logiciels à caractère mathématique et scientifique.

Auteur :
• 23 mars 2009

Puisque que je traite de plusieurs sujets, qui peuvent vous paraitre hétéroclites (mais qui pour mois sont tellement liés), j’ai décidé d’éclater mes fils RSS afin que vous puissiez suivre l’activité qui vous intéresse de ce blogue.

Bonne agrégation (ça se dit ?)

Catégorie : General | Tags : , ,  | Un commentaire
Auteur :
• 21 mars 2009

Get your twitter mosaic here.

Catégorie : General | Tags : , , ,  | 2 commentaires
Auteur :
• 19 mars 2009

security camerasVoici un texte que j’avais fait afin de sensibiliser mes élèves à la protection de la confidentialité dans internet. Je me permets de le partager avec vous aujourd’hui.

Vous côtoyez plusieurs personnes tous les jours, certaines de celles-ci sont des amies intimes, d’autres de bons amis, ou encore elles sont de simples connaissances. Il y a aussi ceux que l’on salue par politesse, sans vraiment connaître leurs noms.

Naturellement, vous ne partagez pas le même type d’information avec tous ces gens. Facebook, lui le fait! La configuration par défaut de FB place toutes ces personnes, ainsi que tous leurs amis (de purs étrangers pour vous) sur le même pied d’égalité et les abreuve, sans aucune distinction, de toutes les informations (souvent personnels) que vous décidez de partager.

Par exemple, vous téléversez des photos, vous marquez un de vos amis. Tous ses amis, même ceux qui sont pour vous de purs étrangers, auront accès à toutes les photos de votre album (pas uniquement la photo marquée)!

Ce petit tutoriel n’a pas la prétention de sécuriser pleinement vos données personnelles dans Facebook, mais à mon avis il s’agit d’un minimum.

Voici donc en trois étapes ce que vous pouvez faire afin d’augmenter votre confidentialité.

1- Créer des groupes.

Vous pouvez former des groupes d’amis. Le minimum que je propose c’est de former deux groupes. En formant plus de groupes, correspondant au niveau d’amitié de chacun de vos amis FB, vous pourriez affiner l’affichage de vos données personnelles. C’est à vous de voir.

Les deux groupes proposés, permettraient de diviser vos amis FB en trois sections. Le premier groupe pourrait être vos amis proches (ceux avec qui vous pourriez partager votre quotidien ou les photos de votre dernière activité, sans aucune gêne). Le deuxième groupe pourrait être celui des connaissances vagues, nous les connaissons sans vraiment les connaître, mais pour reseauter, nous voulons les conserver comme ami FB. Et la dernière section serait celle de ceux qui ne sont ni des amis proches, ni de vagues connaissances.

Pour former les groupes, il faut cliquer sur l’onglet ami en haut de votre page FB. Dans cette page, dans le menu de gauche, on clique créer une liste.

fb_1

Il y a deux façons d’ajouter des amis aux listes. En saisissant un nom à la fois, ou en sélectionnant plusieurs amis (vous aurez alors une liste à cocher des gens à ajouter dans le groupe).
2

2- Les propriétés générales de confidentialité.

Maintenant, il faut configurer les groupes que nous venons de créer. En survolant le pointeur de la souris sur l’onglet paramètres, on choisit Confidentialité.
3

Commençons par le profil

4

Par défaut, toutes les informations sont disponibles pour vos amis ainsi qu’à vos réseaux. Par exemple, le réseau de Montréal compte plus de 800 000 personnes. Ça en fait du monde qui ont accès à vos informations.

7

En cliquant dans le menu déroulant, ont choisis personnaliser. La plupart des menus offrent une liste rouge (les groupes à exclure) et d’autre, une liste blanche (les groupes à inclure).
Comme suggestion, on peut choisir « Seulement mes amis », « Aucun de mes réseaux » et on ajoute comme exception le groupe des connaissances vagues.

5

Avec une liste blanche (ex les personnes ayant accès aux photos ou l’on vous aura identifié)
Comme suggestion, on peut choisir « Certains amis » en choisissant le groupe de vos amis proches et « Aucun de mes réseaux ».

6

Ensuite on refait la même chose pour les applications. En survolant le pointeur de la souris sur l’onglet paramètres, on choisit Applications.
3
On clique sur « Modifier vos paramètres » et ensuite on choisit l’onglet profil. Et dans confidentialité, on choisi personnaliser.

8

3- La confidentialité de vos albums photo.

Il reste maintenant à sécuriser vos albums photo. Dans votre profil on clique l’onglet photos. Reste ensuite à choisir: « Confidentialité des albums ».

fb10

On sélectionne encore dans le menu déroulant ont choisis personnaliser. Pour les albums vous aurez une liste blanche et une liste rouge.

6

Je pense que le minimum serait d’accorder les droits uniquement aux amis et refuser ceux du groupe des connaissances vagues et des réseaux.
Ou encore, ne donner les droits qu’à votre groupe d’amis proches et d’en refuser les droits au reste de l’univers.

C’est libre à vous…..!

Photographie par Leo Reynolds

Auteur :
• 17 mars 2009

Comme je le mentionnais ici, l’aspect monétaire ne doit pas être le seul argument lors d’un passage à une solution libre, mais disons qu’il peut être un argument porteur.

J’ai bien aimé la lecture de cet article : « La crise économique pousse l’entreprise vers Linux » en ligne aujourd’hui chez Toollinux.

Linux dopé par la crise, on s’en doutait. Une récente étude de marché, menée par IDC pour le compte de Novell, révèle une « augmentation de l’acquisition de Linux, motivée par la récession mondiale.»

À quand cette solution dans nos écoles?

MAJ
J’ai retiré ce billet de planet-libre, puisque quelqu’un d’autre avait publié (avant moi) un texte avec le même référant.

Catégorie : General | Tags : , , ,  | Les commentaires sont désactivés
Auteur :
• 16 mars 2009

Voici ce que j’ai reçu dans le courrier du sac d’école de ma fille.

La récupération et le recyclage des TIC

Titre assez accrocheur pour un papa comme moi, j’ouvre le pamphlet et à l’intérieur je peux lire :

Saviez-vous que les TIC contiennent plusieurs matières dangereuses?
En voici quelques-unes :

Suivi d’une liste à puce ayant une tête de mort comme motif :

  • Plomp
  • Mercure
  • Cadnium
  • Béryllium
  • Antimoine
  • Arsenic
  • Chrome hexavalent
  • Ignifugeants bromés
  • Polychlorure de vinyle (PVC)

Cela me fait drôle, j’ai toujours abordé les TIC d’un angle philosophique et non physique. Je suis répondant TIC à mon école et je dois faire la promotion des TIC.

Suis-je devenu tout à coup un gros pollueur? La compétence TIC remplacée par une recherche environnementale?

Catégorie : TIC | Tags : , , , ,  | Un commentaire
Page 3 sur 41234