Archives du tag ◊ twitter ◊

Auteur :
• 14 février 2011

Voici le TOP 30 des influenceurs du web au Canada francophone dans le domaine de l’éducation. Tout d’abord, j’avoue avoir un peu de difficulté avec ce type de classement. Alors, pourquoi en publier un me direz vous? Simplement parce qu’il semble que ce soit inévitable. Nous nous sommes donc dit, Alexandre Riopel et moi, que ce serait une bonne idée de faire le même exercice que fait Raymond Morin avec son classement des influenceurs web au Québec ( http://raymondmorin.com/top100fev/ ), mais en incluant les influenceurs francophones du ROC. L’exercice se veut donc ludique et complémentaire au travail de monsieur Morin et conduit également à une espèce de recueil de technopédagogues.

Puisque nous espérons que notre travail soit récupéré (nous n’avons pas l’intention de répéter l’exercice), nous avons donc utilisé pour notre classement la méthodologie suivante:

  • Être actif sur Twitter et Facebook. et avoir un compte (gratuit) sur Klout
  • Tweeter en français, à partir du Canada, et proposer régulièrement des contenus (liens) pertinents concernant la technopédagogie,
  • Être identifié à une personne morale reconnue, ou à un entrepreneur indépendant. Les comptes uniquement identifiés à un pseudo ou un avatar ne sont pas acceptés.

Ce classement est d’abord basé sur le Klout score qui établit une cote de 1 à 100 selon l’activité générale de l’influenceur sur Twitter, et sur Facebook, selon 35 variables différentes. En cas d’égalité, c’est le poids du réseau (Network score) qui détermine la position, puis finalement celui du True Reach si l’égalité persiste.

Ce classement est basé sur le Klout score du 13 février 2011.

1. @JeanBoileau 72 (78)
2. @Alex_Riopel 65 (71)
3. @slyberu 65 (70)
4. @sebpaquet 64 (73)
5. @MarioAsselin 63 (70)
6. @zecool 62 (67)
7. @profnoel 61 (69)
8. @FrancoisBourdon  57 (65)
9. @FrancoisGuite 57 (64)
10. @mariellepotvin 54 (61)
11. @ppoulin 54 (59)
12. @profenhistoire 54 (54)
13. @frederic_dufour 53 (60)
14. @sstasse 53 (60)
15. @mvc_enseignants 53 (60)
16. @nathcouz  53 (60)
17. @Infobourg 53 (59)
18. @RIRE_CTREQ 53 (59)
19. @gauviroo 53 (59)
20. @petitbenoit 50 (58)
21. @psyscolaire 50 (56)
22. @manzerbe 50 (55)
23. @pgiroux  50 (54)
24. @jbernatchez 49 (56)
25. @Lucie_Pearson 49 (56)
26. @JeanDore 49 (52)
27. @educations 48 (56)
28. @catlap78  47 (55)
29. @pierrelachance 46 (54)
30. @sebasrioux 46 (53)

Autres technopédagogues influenceurs du web

australopitek
jocenado
helenedufour
AndreRoux
AndrejrTur
MarcAndreCaron
Cyberprofesseur
gagnonmar
Acotte
micdanis
verodamours
recitfr
marcottea
FQDE
Missmath
julied39
morais_ma
stephanemlavoie
bbesnard
ochartrand
gillesjobin
gpayette
cyrillesimard
Aurise
davidmartel
SBrousseau
recitus
mideschenes
garykenny
mariejoharnois
longbri
GeRichard
annemichaud
sevparent
losier49
michel_20_100
ph_dupuis
christinerenaud
RobbieRobSki
nbastien_TacTIC
dlfournier
Bmcgrawleblanc
pascallapalme
jpperro
lyne_ouellette
thierryUdM
H_Seguin
loribrh
infomaitres

Si vous répondez aux critères énoncés ci-haut, vous devriez y être. Alors, n’hésitez pas à me le souligner. Il nous fera plaisir de vous ajouter sur la liste.

Merci à Jacques Cool pour l’ajout des influenceurs hors Québec.

Auteur :
• 7 novembre 2010

StatusnetJe m’étais promis de ne plus écrire de billet dédié à l’enseignement. Mais bon, disons que j’y vais à partir d’un logiciel libre.

On m’associe souvent dans les réseaux sociaux comme un opposant à Twitter en classe. Bien que j’exprime beaucoup de réticences à l’utilisation de Twitter en classe, j’ai par contre un vif intérêt à pouvoir microbloguer en classe. Certains ne remarqueront pas la subtilité, mais pour moi elle est de taille. J’ai donc fait un collage qui donne la présentation suivante.

Mise à jour

Voici un lien direct pour le fichier:

statusnet_en_classe

Auteur :
• 27 avril 2009

Pterodactyl FossilCe qui m’a séduit de Twitter il y a 6 mois est en train de disparaître, de mourir à petit feu.

Honnêtement, j’en ai royalement marre de ceux qui utilisent la magnifique opportunité qu’offre le microblogue comme un banal canal de diffusion unidirectionnel. Du web 1.0 au fait.

Quand j’ai une interrogation ou un appel à tous à faire, je peux compter sur ma communauté, tout comme celle-ci peut compter sur moi. C’est l’esprit du 2.0 non?

Quand je vois des utilisateurs avec 10 following et 600 followers, je me demande ce qu’ils font là?

  • Ils pompent le maximum sans rien partager : ils diffusent.
  • Ils mesurent leur popularité au nombre de followers: ils rayonnent.
  • Ils sont à la mode: ils twittent.

Ce sont des ptérodactyles, des dinosaures du web 1.0. Ils ne twittent pas, ils ptérodactylent……

Allez ouste, direct dans mon agrégateur….

Auteur :
• 1 avril 2009

À mon passage sous Jaunty Jackalope, au moment d’installer le client Twitter (non libre) que j’utilisais dans mon installation Hardy Heron, je me suis dit que ce serait peut-être le temps de refaire le tour du jardin, afin de trouver une application libre capable de livrer la marchandise. J’ai donc découvert l’application Gwibber. Ai-je dit capable de livrer la marchandise? Et même plus! Les possibilités de ce client de microblogue m’ont vraiment impressionné, et elles ont amplement dépassé ce que j’utilisais comme ancienne solution (les trous de sécurité en moins….)

Gwibber, qui a un très bel aspect en passant, peut intégrer plusieurs réseaux sociaux. Gwibber dans Jaunty intègre Ping.fm, Flickr, Facebook, Jaiku, Laconi.ca, Twitter, Digg, Pidgin et Identi.ca. On peut même y ajouter des fils RSS.

Pour installer Gwibber dans Jaunty:

sudo apt-get install gwibber

De plus, il est possible d’associer une couleur pour chacun de vos comptes. Ce qui facilite la lecture. Voici ce que cela donne chez moi (Twitter, Identi.ca et FB):

gwibber-1

Là où cela devient intéressant, c’est qu’il intègre les doublons, vous savez ceux qui publient le même contenu dans tous les réseaux, en plaçant un + à gauche du message afin de nous le signifier. Donc au lieu de répéter le même message dans trois couleurs (une par réseau) Gwibber ne l’affiche qu’une seule fois, avec le petit + vert.

De plus, Gwibber n’envoie les messages, que dans les réseaux concernés. Prenons mon exemple, si j’écris un message direct, il sera diffusé dans mes trois réseaux où je suis abonné. Par contre si je réponds à un  usager du réseau Twitter, la réponse ne sera envoyée que dans le réseau Twitter. Si je réponds dans Identi.ca, la réponse ne sera envoyée que dans ce réseau. Moi je trouve cela simplement génial! Je ne pollue pas mes autres réseaux avec de l’information impertinente (et souvent incompréhensible) aux usagers des réseaux non concernés.

À cela s’ajoute la nouvelle notification dans Jaunty.  Vraiment bien.

gwibber-2

Seul bémol, le français ne semble pas s’être intégré ici, c’est peut-être mon local fr_CA.UTF-8? Vous me le direz. Mais bon, on l’oublie vite.

Bon Gwibber

Auteur :
• 29 mars 2009

Signe que les temps changent, bien que nous ne sommes pas en période électorale, il y a de plus en plus d’hommes et de femme politiques dans la sphère du microblogue québécoise. Bien que je salue l’initiative de ces politiques, je me permets d’émettre mon humble avis, quant à l’utilisation par ceux-ci d’outils web 2.0, comme Twitter.
Voici donc les 5 pièges à éviter pour les politiques intéressés par le microblogue.

Pourquoi le microblogue? Il peut-être intéressant de se poser la question avant d’entreprendre l’aventure Twitter comme politique. Nous pourrions retourner la question, et nous demander comment gazouiller efficacement. Parce que, soyons honnêtes, écrire 140 caractères 1 fois par jours, on peut tous le faire.

Rappelons que le microblogue est un outil parfait pour diffuser, pour échanger de façons différentes, pour interroger, pour questionner, pour obtenir de la rétroaction et même pour couvrir des évennements. Le succès réside dans un savant mélange de toutes ces opportunités. En choisir une seule, c’est de passer à côté de l’aventure. L’exemple que l’on voit trop souvent, c’est ce que j’appelle les monologues. On diffuse y de l’information et c’est tout. Le parallèle que l’on pourrait dresser serait le suivant : vous recevez un appel téléphonique, et c’est un message enregistré de votre député vous expliquant comment votre avis est important, et qu’après le message, on raccroche. Celui-ci pourrait-il se vanter, puisqu’il aurait utilisé le téléphone, d’avoir « échangé » avec ses électeurs? Ce qui m’amène au premier piège du microblogue politique :

Premier Piège : Utiliser le microblogue pour uniquement diffuser de l’information, sans aucune forme de rétroaction.

Les gens aiment être entendus, le politique doit donner une image d’ouverture et démocratique. N’est-il pas un représentant du peuple? N’est-il pas là pour l’écouter? Un des vecteurs du cynisme envers la politique est justement l’image du politique qui ne sort de sa tanière qu’une fois au quatre ans afin d’échanger avec les citoyens. Il faut nécessairement contrer cette perception, et pour cela, abonnez-vous également aux gazouillis de tous ceux qui sont abonnés aux vôtres. Vous signifierez ainsi alors aux gens que ce qui compte pour eux vous préoccupe également. Il faut briser la perception de « clique », le deuxième piège :

Deuxième piège : Faire de l’élitisme, en ne s’abonnant qu’aux gazouilles que de quelques personnes qui sont, en apparence, triées sur le volet (comme les « influenceurs »).

Lorsque vous gazouillez, ne répondez pas à la question : « What are you doing? », mais répondez d’abord à la question : « Ce qui retient mon attention présentement ». Soyez authentique et soyez constructif. Évitez les « Ghots Twitter », c’est-à-dire des gens qui gazouillent en votre nom de façon anonyme. Voici e troisième piège :

Troisième piège: Faire appel à un « Ghost Twitter » anonyme.

Le microblogue c’est du web 2.0, on s’attend à du bidirectionnel. Il serait illusoire de prétendre répondre à tous vos messages « @ ». Mais il est important de répondre à plusieurs, afin d’entretenir l’esprit du web 2.0. Poser des questions aussi. Bien que muni d’un excellent moteur de recherche (pratique si vous désirez savoir si l’on parle de vous), c’est souvent l’instantanéité qui prime. Évitez donc les longs dialogues, utilisez les messages directs si une discussion se prolonge avec un seul interlocuteur. Il faut faire confiance aux gens. Si certains par contre ne comprennent pas, vous aurez la possibilité de les bloquer.

Quatrième piège : Les longs dialogues, on ne sait pas quand ils commencent, ni quand ils finiront.

Microbloguer nécessite un minimum d’investissement, mais il faut prendre le temps de bien lancer votre adhésion. Lors de celle-ci, et pour quelques jours, soyez un peu plus présent, ne seraient-ce que pour répondre à vos messages de bienvenue. Qu’ils soient ciblés ou bien généraux, ceux-ci renforcent l’impression que vous êtes au bon endroit et pour les bonnes raisons. Comme mentionné plus haut, en répondant à la question : « Ce qui retient mon attention pour le moment » on évitera la surabondance de gazouillis. Il faut toujours avoir en tête qu’un gazouillis peut entrainer de très intéressantes réactions. Il faut donc miser la qualité plutôt que la quantité. Un gazouillis qui vous fournit une bonne rétroaction vous sera bien plus profitable, qu’un flot ininterrompu, et chaotique.

Le cinquième piège : Miser la quantité, afin de démontrer une présence forte, sans se donner le temps de le faire.

Voilà!

Bon microbloging!

Auteur :
• 21 mars 2009

Get your twitter mosaic here.

Catégorie : General | Tags : , , ,  | 2 commentaires
Auteur :
• 6 mars 2009

Je ne suis pas tellement du type classement et autres trucs du genre, mais je suis tombé sur le classement québécois publié pat Twitter Grader, appelé pompeusement Twitter Elite et deux choses ont frappés le régionaliste francophone que je suis:

  1. Du top 15, ils sont tous situés à Montréal.
  2. Du top 15, 1 seul est francophone.

Étrange non ?

Catégorie : Clin d’œil | Tags : , , ,  | Les commentaires sont désactivés
Auteur :
• 7 novembre 2008

Depuis le début de la campagne électorale québécoise, la parti québécois s’est installé dans l’application de micro-bloging Twitter.

Au moment de l’écriture de ce billet, 97 personnes suivaient QuebecGagnant et celui-ci ne suivait que 48 personnes.

QuebecGagnant est resté muet à mon questionnement vis-à-vis cette distorsion (ainsi qu’à toutes mes interventions/questionnements/réponses d’ailleurs). Mais bon ce n’est pas grave.

Ce qui me choque par contre c’est ce message :

QuebecGagnant: @mdumais en débarquant tout juste sur Twitter et en voulant rejoindre des gens influents, il allait de soi de débuter par Yulbiz.

Je déplore énormément cette attitude monorégionaliste basée sur l’exclusion. C’est contraire à l’esprit Twitter à mon avis (de même qu’aux réseaux sociaux) ou l’échange est primordial selon moi.

je m’empresse donc de retirer ce blogeur fantôme et de l’ajouter à l’endroit ou il devrait être: dans mon agrégateur RSS.

J’avais également pensé intituler le billet : »L’élitisme du PQ dans Twitter ».